Rapport : Washington fait pression sur des élus européens pour s’opposer au BDS
Rechercher

Rapport : Washington fait pression sur des élus européens pour s’opposer au BDS

Un rapport du Département d'Etat présenté la semaine dernière au Congrès dresse la liste des actions prises par des diplomates américains pour s'opposer au mouvement BDS

Des manifestants pour le boycott de l'Etat juif devant la Délégation gouvernementale espagnole à Barcelone, le 20 octobre 2015 (Crédit : Albert Llop/Anadolu Agency/Getty Images/via JTA/File)
Des manifestants pour le boycott de l'Etat juif devant la Délégation gouvernementale espagnole à Barcelone, le 20 octobre 2015 (Crédit : Albert Llop/Anadolu Agency/Getty Images/via JTA/File)

WASHINGTON (JTA) — Des diplomates américains à Dublin et à Berlin ont appelé les élus et les officiels en Irlande et en Allemagne à s’opposer aux initiatives de boycott d’Israël et de ses implantations juives en Cisjordanie.

Un rapport du Département d’Etat présenté la semaine dernière au Congrès et obtenu lundi par le JTA dresse la liste des actions prises par des diplomates américains pour s’opposer au mouvement BDS contre Israël, en vertu d’une loi de 2015 imposant de tels rapports périodiques.

Selon le rapport, les diplomates ont contacté de hauts responsables du gouvernement et des dirigeants de partis irlandais « en les appelant fermement à abandonner leur soutien » à un projet de loi qui imposerait des pénalités sur des produits en provenance des implantations en Cisjordanie.

Le projet de loi passé en première lecture en janvier n’a pas achevé le processus législatif. Le document du Département d’Etat n’explique pas clairement si la mesure a avancé.

Le ministre irlandais des Affaires étrangères et l’assistant du Premier ministre, Simon Coveney, est opposé au projet, expliquait le rapport, parce qu’il craint que cela ne limiterait l’influence irlandaise dans la région.

En Allemagne, le rapport a noté qu’un tribunal avait rejeté l’année dernière une plainte déposée par un Israélien contre Kuwait Airlines parce qu’elle n’avait pas autorisé le passager à monter à bord du vol. A la suite de la décision de justice, le rapport a noté que l’ambassade de Berlin avait contacté des officiels, ajoutant que l’ambassade « a des contacts » réguliers auprès d’officiels allemands, mais aussi d’élus fédéraux et d’état, au sujet d’Israël et de la vie juive.

En conséquence, le Parlement a approuvé une résolution qualifiant le BDS d’antisémite.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...