Rassemblement à Jéricho : L’AP tente de réveiller des Palestiniens apathiques
Rechercher
Analyse

Rassemblement à Jéricho : L’AP tente de réveiller des Palestiniens apathiques

Les chefs de Ramallah ont organisé une manifestation "réussie" contre le plan d'annexion d'Israël. Mais une figure de proue de l'Intifada lance un avertissement - à Israël et Abbas

Avi Issacharoff

Avi Issacharoff est notre spécialiste du Moyen Orient. Il remplit le même rôle pour Walla, premier portail d'infos en Israël. Il est régulièrement invité à la radio et à la télévision. Jusqu'en 2012, Avi était journaliste et commentateur des affaires arabes pour Haaretz. Il enseigne l'histoire palestinienne moderne à l'université de Tel Aviv et est le coauteur de la série Fauda. Né à Jérusalem , Avi est diplômé de l'université Ben Gourion et de l'université de Tel Aviv en étude du Moyen Orient. Parlant couramment l'arabe, il était le correspondant de la radio publique et a couvert le conflit israélo-palestinien, la guerre en Irak et l'actualité des pays arabes entre 2003 et 2006. Il a réalisé et monté des courts-métrages documentaires sur le Moyen Orient. En 2002, il remporte le prix du "meilleur journaliste" de la radio israélienne pour sa couverture de la deuxième Intifada. En 2004, il coécrit avec Amos Harel "La septième guerre. Comment nous avons gagné et perdu la guerre avec les Palestiniens". En 2005, le livre remporte un prix de l'Institut d'études stratégiques pour la meilleure recherche sur les questions de sécurité en Israël. En 2008, Issacharoff et Harel ont publié leur deuxième livre, "34 Jours - L'histoire de la Deuxième Guerre du Liban", qui a remporté le même prix

Des milliers de Palestiniens participent à un rassemblement contre le projet d'annexion de certaines parties de la Cisjordanie par Israël, dans la ville de Jéricho, en Cisjordanie, le 22 juin 2020. (Flash90)
Des milliers de Palestiniens participent à un rassemblement contre le projet d'annexion de certaines parties de la Cisjordanie par Israël, dans la ville de Jéricho, en Cisjordanie, le 22 juin 2020. (Flash90)

Lundi, les dirigeants de l’Autorité palestinienne, et du Fatah en particulier, semblent avoir enfin réussi à réveiller un certain esprit de protestation dans un public palestinien largement apathique aux plans d’annexion israéliens.

Après plusieurs tentatives infructueuses d’organiser des rassemblements contre le projet controversé d’Israël d’appliquer la souveraineté à certaines parties de la Cisjordanie, plusieurs milliers de Palestiniens ont participé à une manifestation du Fatah contre l’annexion à Jéricho, malgré la chaleur intense, les restrictions liées à la COVID-19 et les forces de Tsahal qui ont bloqué les entrées de la ville pour limiter les manifestants. Des dizaines de bus ont été bloqués, leurs passagers ont été priés de partir, et beaucoup d’entre eux ont décidé de se rendre à pied au rassemblement.

L’organisateur du rassemblement était Jibril Rajoub, ancien chef de la Force de sécurité préventive en Cisjordanie, et l’un des principaux candidats à la succession du président de l’AP Mahmoud Abbas. Jibril Rajoub a disparu du radar de nombreux Israéliens, mais il continue à faire preuve de compétences considérables en matière de politique palestinienne. Il reste l’un des membres les plus éminents du Fatah et a des fiefs dans sa ville natale de Hébron, Bethléem, et dans le sud de la Cisjordanie.

Il est difficile d’évaluer exactement le nombre de personnes qui ont participé au rassemblement : plus de 10 000 selon certains, seulement quelques milliers selon d’autres. En tout cas, en ces temps troublés de pandémie, où les Palestinien sont réticents à descendre dans la rue, l’événement a certainement été un succès relatif pour Rajoub et le Fatah.

Jibril Rajoub, haut responsable du Fatah, dans la ville de Ramallah en Cisjordanie, le 6 juin 2018. (Flash90)

Le mot-clé est cependant « relatif ». Des milliers de personnes présentes étaient en fait des membres des forces de sécurité nationales palestiniennes à qui l’on avait demandé de passer la nuit à Jéricho et de s’assurer que le rassemblement ne comporte pas de zones vides.

Néanmoins, le rassemblement a mis en évidence une opération de transport organisée et une liste impressionnante de personnalités, dont des dizaines de diplomates occidentaux, venus exprimer leur soutien pour la lutte contre l’annexion.

Attrayant pour un public international

Réalisant le potentiel de relations publiques de l’événement, Rajoub et les autres organisateurs ont créé l’atmosphère d’un rassemblement pour la paix. Nickolay Mladenov, coordinateur spécial des Nations unies pour le Moyen-Orient, a pris la parole et a été applaudi. Les ambassadeurs russes et chinois ont également fait des déclarations. Il va sans dire qu’aucun fonctionnaire américain n’était présent.

L’envoyé spécial des Nations unies pour le Moyen-Orient, Nickolay Mladenov, s’exprime lors d’une conférence de presse à Jérusalem le 25 juin 2020. (Menahem KAHANA / AFP)

La liste des orateurs ne comprenait pas de personnalités controversées, comme d’anciens prisonniers de sécurité, mais plutôt des victimes d’actes israéliens : Il s’agit notamment d’un représentant de la famille Dawabsha, qui a été brûlée vive par des extrémistes juifs, de parents de Mohammed Abu Khdeir, qui a été assassiné par des extrémistes juifs à Jérusalem, et de Rana al-Halak, mère d’Iyad al-Halak, un homme autiste qui a été abattu à Jérusalem par des agents de la police des frontières. La mère a parlé de son fils en larmes et a souligné son désir de « Paix des braves ».

Rana, mère de Iyad Halak, 32 ans, montre sa photo à leur domicile à Wadi Joz à Jérusalem-Est, le 30 mai 2020. (AP Photo/Mahmoud Illean)

Les organisateurs ont fait tout ce qu’ils pouvaient pour que l’événement soit un succès et qu’il soit attrayant pour un public international. « C’était mieux que prévu », a déclaré Rajoub, l’homme de la soirée, au Times of Israel. Il a également affirmé que pas moins de 90 bus et des centaines de voitures s’étaient vu refuser l’accès à l’événement par Israël.

« Nous avons une stratégie et un plan pour chaque étape. En ce moment, nous agissons au niveau du peuple, en provoquant un tollé général contre l’annexion au sein de la communauté internationale », a déclaré M. Rajoub.

« Nous avons déjà suspendu la coordination sécuritaire avec Israël et annoncé que nous ne reconnaissons plus les accords antérieurs. Je peux vous promettre une chose : si Israël annexe des parties de la Cisjordanie, nous avons déjà pris une décision concernant nos prochaines étapes. Quelles étapes, me demanderez-vous ? Nous y reviendrons le moment venu », a-t-il déclaré.

Selon M. Rajoub, l’opinion publique palestinienne n’est pas apathique : « Je vous invite à venir voir par vous-même. Nous n’avons pas l’intention de nous incliner devant Israël ou d’accepter ses décisions ».

Quelle est la stratégie ?

Malgré l’humeur optimiste de Rajoub, le principal problème du Fatah a été, et reste, l’indifférence de l’opinion publique palestinienne. La « rue » palestinienne refuse de descendre dans la rue.

Même si l’AP a cessé de payer les salaires de quelque 200 000 employés, même face à une annexion potentiellement imminente, une troisième Intifada semble peu probable dans un avenir proche.

Un haut responsable du Fatah, s’exprimant sous le couvert de l’anonymat, a déclaré au Times of Israel : « Au bout du compte, nos succès seront mesurés d’une seule manière – par nos réalisations stratégiques. Un mouvement national ne peut pas être évalué sur la base d’une ou deux manifestations. Même si un demi-million de personnes avaient assisté à l’événement de Jéricho, la question critique aurait quand même été posée : Quelle est la stratégie ? Quel est le grand plan ?

Le fonctionnaire a poursuivi : « Nous avons qualifié les implantations de tumeur cancéreuse au cœur de la Palestine. Comment allons-nous agir contre cette tumeur ? Allons-nous prendre de l’aspirine ? Une piqûre d’analgésique ? Nous ne pouvons pas ignorer la réalité et simplement arrêter après une ou deux manifestations.

« Il y a eu des rapports selon lesquels Israël pourrait geler ses plans d’annexion si l’AP reprenait le chemin des négociations de paix », a poursuivi le fonctionnaire. Je demande donc à Abbas : « Pourquoi avez-vous arrêté les négociations avec Israël ? »

Racontant une blague sur un mari qui assure à sa femme qu’elle a « un homme dans la maison » pour la protéger d’un voleur nocturne, jusqu’à son enlèvement par ledit voleur, le fonctionnaire a déclaré qu’Abbas était tout aussi impuissant. Nous avons un homme qui « s’en occupe », même si son pays est kidnappé à la vue de tous », a-t-il déclaré avec amertume.

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas à Ramallah en Cisjordanie le 7 mai 2020. (Crédit : Nasser Nasser/Pool/AFP)

Le fonctionnaire, l’un des membres les plus éminents du mouvement pendant la première Intifada et même à la veille de la seconde, donne souvent des interviews à divers médias sous son nom complet, et ne cache pas ses critiques à l’égard de l’AP. Néanmoins, cette fois, il a préféré s’exprimer de manière anonyme.

« Je ne fais pas confiance aux dirigeants actuels », a-t-il déclaré. « C’est tout. Voulez-vous que je dise cela dans les médias israéliens sous mon propre nom ? Oubliez cela. Où pensez-vous que nous sommes, en Suisse ? Je ne dis pas ça par peur, mais il y a des choses à ne pas faire ».

Des milliers de Palestiniens participent à un rassemblement contre le projet d’annexion de certaines parties de la Cisjordanie par Israël, dans la ville de Jéricho, en Cisjordanie, le 22 juin 2020. (Flash90)

Une mise en garde contre l’Intifada, contre Israël et l’AP

Hussam Khader est connu comme l’un des symboles de la Première et de la Deuxième Intifada. Il a été arrêté des dizaines de fois par Israël, condamné pour avoir aidé à financer des actes de terrorisme, et a été une fois expulsé de Cisjordanie. Membre éminent du Fatah du camp de réfugiés de Balata, près de Naplouse, et ancien membre du Parlement, il a un grief contre Abbas, c’est le moins qu’on puisse dire.

Le 5 mars, Khader a été arrêté par des fonctionnaires de l’AP en raison d’un article qu’il avait publié contre le chef palestinien sur les réseaux sociaux, a-t-il déclaré dans une interview. « J’ai publié un message contre Abbas. J’ai demandé la création d’une commission médicale qui examinerait son état cognitif et cérébral. Quelques heures après que l’état d’urgence [COVID-19] qu’il a déclaré ait pris effet, des centaines de soldats sont arrivés au camp et ont assiégé ma maison. Ils sont venus avec des mitrailleuses, des voitures blindées ».

Hussam Khader at Balata Refugee Camp, 2009 (photo credit: Miriam Alster/Flash90)
Hussam Khader au camp de réfugiés de Balata, 2009. (Miriam Alster/Flash90)

Khader a révélé qui avait fait un raid sur sa maison. « Je parle des forces armées de l’AP – pas d’Israël. Les gangs d’Oslo. Pourquoi ? Parce que j’avais écrit un message contre [Abbas]. Des membres des forces de sécurité nationales sont entrés par effraction chez moi sept ou huit fois. Ils ont tiré sur ma voiture et ont menacé ma famille. Que n’ont-ils pas encore fait ?

« Alors cette fois, ils sont venus m’arrêter. Je suis vite sorti de la maison et je me suis rendu. Je savais que si j’attendais, les jeunes du camp se réveilleraient et qu’il y aurait une bagarre entre les résidents armés du camp et les forces de sécurité nationales. Je suis père de famille. Je ne voulais pas que quelqu’un soit blessé. Mais même après que je suis sorti, quelqu’un a tiré sur leurs voitures blindées. »

Début octobre 2000, ce reporter s’est rendu au bureau de Khader à Balata. Ce jour-là, quelques membres éminents du Tanzim sont tous venus au bureau – des personnes qui allaient ensuite créer les Brigades des Martyrs d’al-Aqsa du Fatah, la coalition terroriste responsable de dizaines d’attentats suicides et d’autres attaques contre des civils et des soldats israéliens. Le plus connu d’entre eux était Nasser Awais qui, dans une large mesure, a conçu l’idée des Brigades des Martyrs d’al-Aqsa, avec l’assistant de Marwan Barghouti, Ahmad Barghouti.

Khader a rappelé : Nous avons également parlé à Marwan [Barghouti, qui purge plusieurs peines de prison à vie en Israël pour les meurtres d’Israéliens lors de la seconde Intifada] et lui avons dit : « Nous devrions commencer à tuer des Juifs et à nous débarrasser de la corruption dans nos maisons. En d’autres termes, il faut agir contre les fonctionnaires corrompus de l’AP. C’est Marwan qui a dit que nous ne devrions pas agir contre nos frères palestiniens et a insisté pour que nous nous concentrions sur les Israéliens.

« Ce fut notre grande erreur : au lieu de traiter simultanément l’occupation et la corruption, nous n’avons pas fait ce que nous devions faire avec ces gens. Des années plus tard, j’ai rencontré beaucoup d’entre eux en prison : Marwan, Awais, Bazbaz, Abu Khdeir… Je me suis dit : « Quelle erreur, nous aurions dû nous occuper d’eux. »

Marwan Barghouti (Crédit : Flash90)

« Pour moi, il n’y a pas de différence entre la corruption et l’occupation », a déclaré Khader. « Ils sont une seule et même chose. Les membres du « gang financier d’Oslo » ont ruiné la société palestinienne et agi contre nos intérêts. Le peuple palestinien n’a pas confiance en eux, car ils ont formé une alliance avec l’occupation israélienne. Ils vendent nos intérêts pour obtenir des permis VIP. En d’autres termes, ils offrent à Israël la sécurité en échange d’avantages financiers. C’est le marché.

« Par exemple, ils ne permettent pas aux manifestations de se rapprocher des points de contrôle israéliens. Mais à terme, ils ne pourront pas arrêter cela. La rue est comparable à un feu, et elle va s’enflammer. Pour nous, les gens corrompus [à la direction de l’AP] sont des soldats au service de l’occupation israélienne, et la prochaine Intifada sera aussi contre eux ».

« Le peuple palestinien est déterminé à lutter pour ses droits », a-t-il averti, « et nous devons nous attendre à une nouvelle Intifada, beaucoup plus violente que tout ce que nous avons connu. Le peuple ne se rendra pas et ne cessera pas de résister. Je visite les écoles et les centres communautaires pour les jeunes. Cette nouvelle génération est comme un feu, et elle va exploser ».

Il est difficile de déterminer l’exactitude des évaluations et des avertissements de Khader, si Rajoub a raison de prétendre que le public n’est pas du tout apathique, et comment les Palestiniens pourraient réagir aux mouvements d’annexion israéliens.

L’apparente apathie actuelle pourrait être le résultat d’un changement de génération et d’un certain degré de confort auquel les habitants de Cisjordanie se sont habitués. Mais si c’est le cas, l’AP semble sortir les résidents de leur zone de confort, notamment en ne payant plus les salaires de ses fonctionnaires, qui sont un moteur économique majeur en Cisjordanie.

Compte tenu de la récession que la pandémie a provoquée, qui touche tous les Palestiniens, il se peut que ce confort n’existe plus.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...