Recevant la n°1 du Meretz, Abbas attaque Israël pour son gel des revenus fiscaux
Rechercher

Recevant la n°1 du Meretz, Abbas attaque Israël pour son gel des revenus fiscaux

Tamar Zandberg dit au président de l'Autorité palestinienne que la paix relève de "l'intérêt suprême de l' État d'Israël" et doit être au cœur des prochaines élections

La présidente du Meretz Tamar Zandberg et le président de l'Autorité palestinienne Palestinian Authority President Mahmoud Abbas se rencontrent à Ramallah, le 10 mars 2019. (Crédit : Elad Malka)
La présidente du Meretz Tamar Zandberg et le président de l'Autorité palestinienne Palestinian Authority President Mahmoud Abbas se rencontrent à Ramallah, le 10 mars 2019. (Crédit : Elad Malka)

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas s’en est pris à Israël dimanche, lui reprochant de retenir les revenus fiscaux revenant à son gouvernement en raison de la politique palestinienne de versement de fonds aux prisonniers de sécurité et les familles de terroristes morts.

Les propos ont été tenus lors d’une rencontre avec la présidente du Meretz Tamar Zandberg et d’autres membres du parti de gauche israélien au siège de l’Autorité palestinienne à Ramallah.

« Nous disons au gouvernement israélien que vous n’avez pas le droit de retenir nos fonds contre notre volonté, » a déclaré Abbas.

Le cabinet de sécurité israélien avait décidé en février dernier d’autoriser la retenue progressive des 502 697 millions de shekels (123 millions d’euros environ) de revenus fiscaux destinés à l’Autorité palestinienne sur l’année. La décision avait été prise dans le cadre de l’application d’une nouvelle loi permettant à Israël de retenir les impôts dus aux Palestiniens, en raison des subventions qu’ils versent aux prisonniers de sécurité et aux proches d’auteurs de massacres.

Israël perçoit les recettes fiscales pour le compte de Ramallah chaque mois pour les transférer ensuite à l’Autorité palestinienne. Mais le Premier ministre palestinien sortant Rami Hamdallah avait fait savoir fin février que l’État juif avait retenu le mois précèdent 41 800 000 de shekels (environ 10 millions d’euros) des recettes fiscales dues.

Hamdallah avait également déclaré que les Palestiniens refusaient de recevoir toute recette fiscale reversée par Israël en protestation. L’État juif a récemment perçu environ 190 millions d’euros d’impôts par mois pour l’Autorité palestinienne.

Mahmoud Abbas a cependant précisé dimanche que même si « Israël est la cause de la dure crise économique et financière que traverse l’Autorité [palestinienne], » les Palestiniens ne reviendront pas sur leur position en soutien à « une vision à deux États à la lutte contre le terrorisme et la violence. »

La présidente du Meretz Tamar Zandberg, des membres du parti Meretz et des officiels palestiniens au siège de l’Autorité palestinienne à Ramallah, le 10 mars 2019. (Crédit : Elad Malka)

Si l’Autorité palestinienne maintient encore plusieurs mois sa position, il fera probablement face à une crise financière majeure. Les recettes fiscales constituent une part importante de son budget et des salaires de ses employés.

Le président de l’Autorité palestinienne défend depuis longtemps la solution à deux États et ordonne à ses forces de sécurité de démanteler le Hamas, y compris ses activités terroristes visant les Israéliens en Israël et en Cisjordanie.

Pour sa part, Tamar Zandberg a indiqué qu’elle et d’autres membres de son parti s’étaient rendus à Ramallah pour transmettre « un message de paix. »

« La paix est dans l’intérêt suprême de l’État d’Israël. Elle doit être au centre des élections et du programme du prochain gouvernement, » a fait savoir Zandberg. « La paix garantira la sécurité d’Israël et est dans l’intérêt des deux peuples. La voie vers la paix, c’est la négociation d’une [solution] à deux États. »

La dernière série de négociation entre l’État juif et les Palestiniens a échoué en mai 2014. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et Mahmoud Abbas ne se sont pas rencontrés dans le cadre de telles discussions depuis septembre 2010.

Le Meretz est l’un des quelques partis israéliens ayant manifesté son soutien à une telle solution lors de la campagne électorale.

Abbas reçoit souvent des dirigeants et membres du Meretz à Ramallah. Plusieurs officiels palestiniens étaient aux côtés d’Abbas lors de la rencontre avec Tamar Zandberg, dont le porte-parole du président de l’Autorité palestinienne, Nabil Abu Rudeineh.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...