Restitution à l’Egypte de 114 pièces d’antiquité sorties illégalement du pays
Rechercher

Restitution à l’Egypte de 114 pièces d’antiquité sorties illégalement du pays

Illustration : Le masque en or massif du roi Toutankhamon dans sa vitrine, au Musée égyptien près de la place Tahrir au Caire, en Égypte, le 30 octobre 2013. (Photo AP / Nariman El-Mofty)
Illustration : Le masque en or massif du roi Toutankhamon dans sa vitrine, au Musée égyptien près de la place Tahrir au Caire, en Égypte, le 30 octobre 2013. (Photo AP / Nariman El-Mofty)

Plus d’une centaine d’antiquités d’origine égyptienne, qui avaient quitté illégalement ce pays, ont été restituées cette semaine à l’Égypte par les enquêteurs de l’office central de lutte contre les trafics de biens culturels (OCB).

L’office dirigé par le colonel Didier Berger, avait été saisi de cette affaire en décembre 2019 à la suite d’une dénonciation anonyme sur la présence, dans la succession d’un passionné d’égyptologie, d’objets dépourvus des documents idoines pour autoriser leur sortie du territoire égyptien.

Et la juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Bordeaux avait ouvert une enquête.

Ces pièces d’antiquité, 114 au total, étaient « des petits objets ayant une valeur extrêmement importante pour l’Égypte », a raconté à l’AFP le colonel Berger.

Il y avait ainsi des « statuettes, des objets funéraires, des masques, des morceaux de statue en granit, de la vaisselle égyptienne antique… »

Les deux héritiers du passionné d’égyptologie, qui partageait son temps entre l’Égypte et la France, ont reconnu devant les enquêteurs être « dépourvus » des certificats autorisant la sortie de ces objets de leur pays et ont accepté leur restitution , a ajouté le colonel.

La restitution a eu lieu mercredi à l’ambassade d’Égypte à Paris, en présence du procureur général de ce pays, qui a rang de ministre, Hama El Sawi, et de membres du ministère des Antiquités, et côté français du colonel Berger, de la magistrate du parquet de Bordeaux en charge du dossier, notamment.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...