Retour sur la matinée du prince Charles
Rechercher

Retour sur la matinée du prince Charles

Jeudi, le prince a fait sa première halte à la résidence officielle de Rivlin à Jérusalem, où il a planté un arbre ; il s'agit de sa première visite officielle dans le pays

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le prince Charles de Grande Bretagne, au centre, rencontre le président israélien Reuven Rivlin, à gauche, et le rabbin en chef Ephraim Mirvis à sa résidence officielle à Jérusalem, le jeudi 23 janvier 2020. Le prince Charles compte parmi les dizaines de présidents, chefs d'Etat et dignitaires qui sont venus à Jérusalem pour participer au plus grand rassemblement jamais organisé qui se focalise sur la Shoah et la lutte moderne contre l'antisémitisme. (Victoria Jones/Pool via AP)
Le prince Charles de Grande Bretagne, au centre, rencontre le président israélien Reuven Rivlin, à gauche, et le rabbin en chef Ephraim Mirvis à sa résidence officielle à Jérusalem, le jeudi 23 janvier 2020. Le prince Charles compte parmi les dizaines de présidents, chefs d'Etat et dignitaires qui sont venus à Jérusalem pour participer au plus grand rassemblement jamais organisé qui se focalise sur la Shoah et la lutte moderne contre l'antisémitisme. (Victoria Jones/Pool via AP)

Jeudi, le Prince Charles, héritier du trône britannique, a rencontré le président Reuven Rivlin lors de sa première visite officielle en Israël.

Le Prince de Galles est arrivé en Israël mercredi soir pour participer au Forum mondial de la Shoah, célébrant les 75 ans de la libération d’Auschwitz. Il a également prévu de visiter l’Autorité palestinienne.

Jeudi, il a fait sa première halte à la résidence officielle de Reuven Rivlin à Jérusalem, où il a planté un arbre.

Le président israélien a remercié le prince pour sa participation au Forum mondial de la Shoah, soulignant le besoin de combattre la haine des Juifs.

« Nous savons où l’antisémitisme commence. Il commence avec le peuple juif. Mais nous ne savons jamais où il finit », a déclaré ce dernier lors d’une brève séance photo. Ce rassemblement montrera que quand nous sommes unis, nous pouvons lutter contre ce phénomène horrible », a ajouté le président, en référence au principal événement du Forum, une cérémonie mémorielle à Yad Vaashem organisée plus tard jeudi. Près de 50 dirigeants mondiaux y participent.

Rivlin a noté que sa vie avait commencé il y a 80 ans à Jérusalem, en tant que citoyen du Mandat britannique de Palestine.

« Je suis né sujet de votre grand-père le roi George VI », a déclaré le président au prince. « Et quand j’étais au lycée, votre mère est devenue Reine d’Angleterre. Je me souviens de ces jours. Je me souviens encore du jour où vous avez enlevé le drapeau britannique et nous avons placé le drapeau israélien après la fondation de notre état en 1948 ».

Israël a repris de « nombreuses traditions de l’époque britannique », y compris les principes de droit, a commenté le chef de l’État.

Le président a également exprimé sa satisfaction du fait qu’après 70 ans de non-visite officielle en Israël d’un membre important de la famille royale, le boycott officieux a semblé avoir pris fin.

Charles lui-même s’est rendu deux fois en Israël – pour les funérailles d’Yitzhak Rabin et de Shimon Peres — mais n’a jamais fait de visite officielle de la couronne.

L’année dernière, le Prince William – le fils aîné de Charles et deuxième dans la lignée pour accéder au trône – était le premier membre de la famille royale à participer à un déplacement officiel dans le pays.

« Nous attendons toujours la venue de votre mère. Je suis sûr qu’elle viendra », a déclaré le président à son invité, en référence à la Reine Elizabeth II.

Pourtant, le grand rabbin de Grande-Bretagne Ephraim Mirvis a ensuite répondu  qu’une visite de la reine n’aurait probablement pas lieu, puisqu’elle ne voyage plus.

Le prince Charles de Grande Bretagne, au centre, rencontre le président israélien Reuven Rivlin, à gauche, et le rabbin en chef Ephraim Mirvis à sa résidence officielle à Jérusalem, le jeudi 23 janvier 2020.(Victoria Jones/Pool via AP)

Charles a confié à son hôte qu’il était « très reconnaissant pour vos paroles extrêmement gentilles », ajoutant qu’il gardait un excellent souvenir de ses précédents voyages en Israël.

Après que la presse a été invitée à quitter la pièce, les deux hommes se sont entretenus en privé pendant 20 minutes. Ils sont ensuite allés planter un chêne anglais dans le jardin de la résidence du président.

« Cet arbre planté maintenant par le président de l’État d’Israël et vous, votre Altesse royale, est un symbole d’espoir », a déclaré Ephraim Mirvis lors de la brève cérémonie.

« Il représente les aspirations louables pour un développement durable de bonne qualité dans le monde. Et puisse le plantage de cet arbre être maintenant une source d’inspiration pour semer des graines vers une paix durable, ici en Israël et au Moyen-Orient ».

Charles a ensuite rencontré un groupe de survivants de la Shoah au Musée Israël de Jérusalem.

Le prince Charles de Grande Bretagne, deuxième à droite, parle avec la survivante de la Shoah Marta Wise, deuxième à gauche, et George Chef, à gauche, dont la mère a péri à Auschwitz, lors d’une réception au Musée Israël à Jérusalem, le 23 janvier 2020. (AP Photo/Frank Augstein, Pool)

Il devrait aussi se rendre sur la tombe de sa grand-mère, la princesse Alice de Battenberg, reconnue par Yad Vashem comme Juste parmi les nations pour avoir contribué à sauver une famille juive en Grèce pendant la Shoah.

Le prince William de Grande-Bretagne rend visite à la tombe de son arrière-grand-mère la princesse Alice de Battenberg lors d’une visite de l’Eglise Marie de Magdala à Jérusalem Est, le 28 juin 2018. (AFP PHOTO / POOL / Sebastian Scheiner)

Il y a quelques années, le père de Charles, le Prince Philip, avait également planté un chêne anglais en l’honneur de cette dernière à Yad Vashem.

Répondant aux questions du Times of Israël, le grand-rabbin britannique a déclaré que la visite de Charles en Israël était « un symbole de la force des liens entre les différents pays ».

Le fait que le prince ait choisi l’occasion de la tenue du Forum mondial de la Shoah à Jérusalem pour sa première visite d’État, et que « l’héritier à notre trône est ici pour montrer sa solidarité au nom de l’ensemble du peuple britannique, avec la nation juive en ce moment… est d’une importance capitale pour les Juifs du Royaume-Uni », a-t-il ajouté.

« La monarchie britannique a toujours fait preuve d’une grande amitié et d’une grande chaleur à l’égard de l’État d’Israël et au peuple juif, et je peux personnellement témoigner de cela », a poursuivi Ephraim Mirvis. Et nous célébrons le fait que nous arrivons maintenant à une normalisation en terme de visites d’État ».

Le grand rabbin du Royaume-Unie Ephraim Mirvis à la résidence du président à Jérusalem, le 23 janvier 2020. (Raphael Ahren/TOI)

Voir Charles en Israël « sera un moment à savourer pour tout le peuple britannique », selon lui.

Plus tard jeudi, le Prince de Galles a prononcé un discours lors du principal événement du Forum à Yad Vashem. Le grand-rabbin a fait savoir qu’il avait participé à la rédaction de son discours.

Le prince Charles, deuxième à droite, et le rabbin en chef Ephraim Mirvis, deuxième à gauche, visitent le Sanctuaire du Livre au Musée d’Israël à Jérusalem, le jeudi 23 janvier 2020. (Victoria Jones/Pool via AP)

« Je n’ai aucun doute que le prince Charles lui-même a pris un intérêt personnel dans le contenu de ce qu’il va dire. Parce que c’est une personne qui montre de la passion personnelle pour la Shoah », a déclaré Mirvis.

« Il a un lien particulier avec des survivants de la Shoah, ce qu’il montre encore et encore, en choisissant de participer à des événements liés à la Shoah. Il montre une grande sympathie à l’égard du peuple juif ».

« Je ne sais pas ce qu’il va dire, mais vous pouvez être sûrs que ce seront des paroles qui viennent du cœur – et pas seulement les mots que quelqu’un a mis dans sa bouche ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...