Retrait de Syrie : un conseiller de Trump se rendra en Turquie et en Israël
Rechercher

Retrait de Syrie : un conseiller de Trump se rendra en Turquie et en Israël

Washington a défendu le droit d'Israël à effectuer des frappes en Syrie, que l'Etat hébreu dirige contre les forces iraniennes et leurs alliés du Hezbollah

Le conseiller à la sécurité nationale John Bolton donne une conférence de presse après une réunion avec son homologue turc à la mission américaine de Genève, le 23 août 2018 (Crédit : AFP/Fabrice Coffrini)
Le conseiller à la sécurité nationale John Bolton donne une conférence de presse après une réunion avec son homologue turc à la mission américaine de Genève, le 23 août 2018 (Crédit : AFP/Fabrice Coffrini)

Le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche John Bolton a annoncé vendredi qu’il allait se rendre en Turquie et en Israël en janvier afin de discuter de la Syrie après la décision du président Donald Trump de retirer les troupes américaines du pays.

Cette décision a été accueillie très favorablement du côté d’Ankara, mais a provoqué quelques inquiétudes en Israël, proche allié des Etats-Unis.

« Nous discuterons de nos efforts continus pour faire face aux défis sécuritaires qui se posent à nos alliés et partenaires dans la région, notamment la prochaine phase de la lutte contre le groupe Etat islamique alors que les Etats-Unis commencent à rapatrier les troupes de Syrie », a tweeté Bolton.

Donald Trump a annoncé la semaine dernière le retrait des 2 000 soldats américains déployés en Syrie, estimant que le groupe jihadiste Etat islamique (EI), qui a perdu la quasi totalité de son territoire, avait été « vaincu ».

Washington a par ailleurs vigoureusement défendu le droit d’Israël à effectuer des frappes en Syrie, que l’Etat hébreu dirige contre les forces iraniennes et leurs alliés du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah.

La Russie a accusé mercredi Israël de « violation grossière de la souveraineté » de la Syrie dont le territoire a été visé la veille, selon Damas et Moscou, par des frappes aériennes des forces israéliennes.

« Les Etats-Unis soutiennent entièrement le droit d’Israël à se défendre face à l’aventurisme agressif du régime iranien et continueront à s’assurer qu’Israël a la capacité militaire pour le faire efficacement », a déclaré Robert Palladino, porte-parole du département d’Etat américain, dans un communiqué.

Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo doit rencontrer le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu la semaine prochaine au Brésil.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...