Rivlin salue les « relations florissantes » avec l’UE après des années de tensions
Rechercher

Rivlin salue les « relations florissantes » avec l’UE après des années de tensions

Lors d'un événement à Tel Aviv, le président a remercié l'ambassadeur de l'UE en Israël pour ses efforts "considérables" visant à améliorer les relations entre l'UE et Israël

Le président Reuven Rivlin (droite) et l'ambassadeur de l'Union européenne en Israël Emanuele Giaufret lors d'un événement à Tel Aviv le 15 mai 2019. (Mark Neiman/GPO)
Le président Reuven Rivlin (droite) et l'ambassadeur de l'Union européenne en Israël Emanuele Giaufret lors d'un événement à Tel Aviv le 15 mai 2019. (Mark Neiman/GPO)

Mercredi, le président Reuven Rivlin a salué les « relations florissantes » d’Israël avec l’Union européenne et l’a remerciée pour son soutien envers Israël pendant les deux jours de violences de ce mois dans et autour de la bande de Gaza.

Les liens entre Israël et l’Union européenne ont été tendues ces dernières années, alors que Jérusalem était à couteaux tirés avec l’UE sur la question du processus de paix israélo-palestinien et l’accord sur le nucléaire iranien. En novembre dernier, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a appelé les 28 pays de l’Union européenne à mettre un terme à « son attitude hypocrite et hostile » envers l’Etat juif.

Lors d’un événement marquant le Jour de l’Europe à Tel Aviv, le président Rivlin a remercié l’ambassadeur de l’UE en Israël Emanuele Giaufret pour ses « contributions considérables pour renforcer nos relations ».

Faisant référence au concours de l’Eurovision qui se tient actuellement à Tel Aviv, le chef de l’État israélien a déclaré : « Nous organisons actuellement ici en Israël l’un des meilleurs exemples de l’intégration et de l’amitié européennes – le concours de l’Eurovision. Le thème de cette année, « Osez rêver », pourrait tout aussi bien être la devise du drapeau de l’UE ».

« C’est naturel que l’UE et Israël soient des partenaires et des alliés. Les deux sont le résultat de rêves qui sont devenus réalité, grâce à la détermination et au courage de leurs fondateurs. Nous partageons aussi les valeurs de démocratie, de diversité et de défense des droits de l’Homme », a continué le président.

Netta Barzilai d’Israël, la lauréate de l’Eurovision 2018, chante lors de la cérémonie d’ouverture de la première demi-finale de le 64e édition du concours de l’Eurovision à l’Expo Tel Aviv, le 14 mai 2019.
(Photo par Jack GUEZ / AFP)

« Je pense que le Moyen-Orient a besoin d’apprendre des leçons de l’Union européenne qui a réussi parce qu’elle a été fondée sur la base d’une coopération économique et une obligation mutuelle », a-t-il déclaré. « En créant une économie commune et en rapprochant les peuples à travers le commerce, l’UE a créé une base solide pour une paix durable. Si nous voulons réaliser ce rêve, nous devrions avoir une approche similaire ».

Le président israélien est allé jusqu’à dire que « l’UE et les Etats européens peuvent et devraient jouer un rôle majeur dans un large effort international pour investir dans la coopération économique entre Israéliens et Palestiniens et des projets communs », sans dire que l’UE devrait avoir un rôle diplomatique plus actif dans les négociations de paix.

« Au Moyen-Orient, comme en Europe, il n’y a pas de raccourci », a-t-il ajouté. « On nous l’a récemment rappelé quand le Hamas a tiré 700 roquettes sur des hommes, des femmes et des enfants israéliens et tué quatre de nos citoyens. Nous apprécions les déclarations de soutien que beaucoup d’entre vous ont envoyées. Mais comme le montrent les attaques terroristes continues, la vraie paix ne se fait pas sur un bout de papier. Mettre un terme à des décennies de conflit impose d’abord de rassembler les gens, de créer des partenariats et de renforcer les intérêts communs ».

L’ambassadeur de l’UE a, pour sa part, déclaré que « l’UE restera un partenaire important pour Israël alors que nous célébrons 60 ans de relations et d’amitiés diplomatiques. Nous restons impliqués pour la paix dans la région et croyons qu’elle est possible grâce à des négociations sérieuses vers une solution à deux Etats. L’UE réitère son engagement fondamental pour la sécurité d’Israël ».

La responsable de la politique étrangère de l’UE Federica Mogherini avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, alors qu’il arrive à leur rencontre au Conseil européen à Bruxelles le 11 décembre 2017. (AFP Photo/Pool/Eric Vidal)

Les dernières années ont vu une augmentation des tensions entre les deux parties, alors que les liens se sont dégradés de manière significative après la décision de l’UE en novembre 2015 d’étiqueter les produits issus des implantations. Sous le coup de la colère, Israël a suspendu ses contacts avec l’UE, mais les a rapidement rétablis.

D’autres signes de détente ont été observés, comme quand un officiel de Bruxelles a déclaré fin 2016 que l’Union européenne était prête à réunir à nouveau le Conseil d’association entre l’UE et Israël, un forum bilatéral au niveau ministériel, après cinq ans d’interruption.

Mais les relations se sont rapidement dégradées à nouveau. En juillet 2017, Netanyahu a été surpris, lors d’une visite à Budapest, en train de traiter l’UE de « folle » pour insister sur l’idée de conditionner le développement de liens bilatéraux au progrès dans le processus de paix.

Les tensions ont aussi été exacerbées après que le président américain Donald Trump a reconnu Jérusalem comme la capitale d’Israël, le 6 décembre 2017, une décision que l’Union européenne a fortement critiquée.

Des membres de la coalition et certains dans l’opposition affirment souvent que l’Union européenne traite l’Etat juif de manière injuste et se tient du mauvais côté de l’histoire. Des ministres ont ouvertement accusé l’UE de financer le boycott anti-Israël et même des organisations avec des liens terroristes.

Raphael Ahren a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...