Israël en guerre - Jour 234

Rechercher

GB: le policier qui a diffusé deux images en soutien au Hamas risque la prison

Mohammed Adil, un agent de 26 ans qui travaillait pour la West Yorkshire Police dans le nord de l'Angleterre, est poursuivi pour deux chefs d'inculpation en vertu de la loi antiterroriste

Mohammed Adil, 26 ans, agent de la police du West Yorkshire, accusé d'infractions terroristes pour avoir partagé des messages de soutien au Hamas, quitte le tribunal de Westminster dans le centre de Londres, le 2 mai 2024. (Crédit : Victoria Jones/PA via AP)
Mohammed Adil, 26 ans, agent de la police du West Yorkshire, accusé d'infractions terroristes pour avoir partagé des messages de soutien au Hamas, quitte le tribunal de Westminster dans le centre de Londres, le 2 mai 2024. (Crédit : Victoria Jones/PA via AP)

Un policier, inculpé au Royaume-Uni pour avoir diffusé sur WhatsApp deux images en soutien au Hamas, organisation terroriste interdite dans le pays, a plaidé coupable jeudi devant un tribunal londonien.

Mohammed Adil, un agent de 26 ans qui travaillait pour la West Yorkshire Police dans le nord de l’Angleterre, est poursuivi pour deux chefs d’inculpation en vertu de la loi antiterroriste.

Peu après l’attaque sanglante du 7 octobre perpétrée par le Hamas en Israël, il avait partagé une image sur WhatsApp, montrant un terroriste du Hamas accompagnée d’un message attribué à Mohammed Deif, le chef des brigades al-Qassam, la branche armée du Hamas.

En novembre, il avait partagé une autre image, accompagnée cette fois d’un message attribué au porte-parole du Hamas, qui figure sur la liste des organisations terroristes interdites au Royaume-Uni, a détaillé la représente du procureur à l’audience qui s’est tenue à la Westminster Magistrate Court.

Elle a également affirmé que deux des collègues de Mohammed Adil avaient alerté leur hiérarchie après avoir vu ces messages et exprimé leur « inquiétude ».

Il a été arrêté le 6 novembre et suspendu.

Le magistrat en chef Paul Goldspring a déclaré à Adil que les crimes étaient « très graves » et qu’il ne pouvait pas « exclure la détention » lorsqu’il le condamnerait le mois prochain.

Le juge l’a libéré sous contrôle judiciaire dans l’attente de l’annonce de sa peine le 4 juin.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.