Rechercher

Saisie de 26 armes à feu auprès d’un trafiquant près de Jéricho

Le suspect a été arrêté après une brève chasse à l'homme près d'al-Auja, en Cisjordanie, le long de la frontière avec la Jordanie

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Les armes saisies par les forces de sécurité à proximité d'al-Auja dans la vallée du Jourdain après une tentative de trafic présumée à travers la frontière jordanienne, le 29 août 2022. (Crédit : Police israélienne)
Les armes saisies par les forces de sécurité à proximité d'al-Auja dans la vallée du Jourdain après une tentative de trafic présumée à travers la frontière jordanienne, le 29 août 2022. (Crédit : Police israélienne)

Les forces de sécurité israéliennes ont arrêté un homme soupçonné de trafic d’armes depuis la Jordanie vers la Cisjordanie lundi, en début de matinée, confisquant 26 armes de poing, ont fait savoir l’armée et la police.

L’armée israélienne et la police des frontières ont indiqué que les forces avaient obtenu des renseignements concernant un trafic depuis la frontière et qu’elles avaient identifié un véhicule suspect à proximité de la ville palestinienne d’Al-Auja, au nord de Jéricho.

Après une brève chasse à l’homme, le conducteur a été arrêté et les 26 armes de poing qui se trouvaient en sa possession ont été saisies, a fait savoir la police.

Dimanche, l’armée a indiqué qu’il y avait « une augmentation significative » des tentatives de trafic d’armes en Israël et en Cisjordanie depuis la Jordanie, et que plus de 300 armes avaient été saisies depuis le début de l’année. Dans les années 2020 et 2021, 300 armes à feu ont été confisquées le long de la frontière orientale, a noté Tsahal.

Les responsables de la police ont indiqué que les armes qui entrent clandestinement depuis la Jordanie sont souvent vendues à des Arabes israéliens et à des Palestiniens de Cisjordanie à des fins criminelles et terroristes.

L’armée et la police ont renforcé ces derniers mois leurs efforts de lutte contre les trafics le long de la frontière jordanienne.

Vue de la frontière entre Israël et la Jordanie, dans la vallée du Jourdain, en Cisjordanie, le 17 juin 2020. (Crédit : Yaniv Nadav/Flash90)

Contrairement aux autres frontières d’Israël – avec l’Égypte, le Liban et la Syrie –, la frontière avec la Jordanie est largement ouverte, sans clôture significative et elle est relativement peu gardée, ce qui rend plus faciles les trafics à grande échelle.

L’armée a fait savoir dimanche qu’elle avait renforcé ses défenses sur la frontière avec la Jordanie ainsi que son travail de surveillance et qu’elle avait amélioré ses moyens de transport de manière à mieux déjouer les tentatives de trafic.

L’année dernière, la police, l’armée et l’agence de sécurité du Shin Bet ont établi des cellules de crise conjointes, ce qui leur permet « d’avoir des renseignements en temps réel et de formuler une réponse unie, conjointe, face aux trafics et face aux tentatives de trafic », a commenté Tsahal.

Les autorités cherchent de plus en plus à réprimer l’importante circulation d’armes illégales dans la communauté arabe israélienne, des armes qui ont été utilisées pour commettre un nombre record de meurtres ces dernières années.

Selon le groupe Abraham Initiatives, qui consacre ses activités aux violences au sein de la communauté arabe, 125 arabes sont morts en Israël, l’année dernière, dans le cadre de violences communautaires – un record absolu. 72 Arabes israéliens ont été tués dans des incidents de violences depuis le début de l’année 2022.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...