Se moquant de la faiblesse d’Israël, Nasrallah évoque le suivi psy des soldats
Rechercher

Se moquant de la faiblesse d’Israël, Nasrallah évoque le suivi psy des soldats

Naftali Bennett a riposté en rappelant qu'Israël a forcé le chef du Hezbollah à "dormir dans un bunker"

Le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah prononce une discours lors des funérailles de l'un des leaders du groupe terroriste à Beyrouth, le 16 février 2018. (AFP Photo/Joseph Eid)
Le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah prononce une discours lors des funérailles de l'un des leaders du groupe terroriste à Beyrouth, le 16 février 2018. (AFP Photo/Joseph Eid)

Le chef du groupe terroriste libanais du Hezbollah Hassan Nasrallah a mentionné des chiffres publiés par l’armée israélienne, qui révèlent que 44 000 soldats israéliens ont consulté un psychiatre en 2017.

Dans un discours télévisé, Nasrallah s’est servi de ces statistiques pour prouver la faiblesse et le mauvais niveau du préparation de l’Etat hébreu dans le cadre d’une éventuelle guerre contre le groupe terroriste libanais.

Nasrallah a déclaré que « les experts israéliens » ont déterminé que l’armée israélienne « n’est pas prête à entrer en guerre ».

Le chef du Hezbollah a également déclaré que l’armée a du mal à recruter de nouveaux combattants parce que le moral est au plus bas.

Le ministre de l’Education Naftali Bennett a riposté en déclarant qu’Israël avait contraint le chef du Hezbollah à « dormir dans un bunker ».

Le ministre de l’Éducation, Naftali Bennett, s’adresse à la presse avant la réunion hebdomadaire du cabinet du Premier ministre à Jérusalem le 25 mars 2018. (Marc Israel Sellem/Pool/Flash90)

« Nasrallah se targue d’être « le défenseur du Liban » mais il est devenu le destructeur du Liban » pour le compte de l’Iran, a écrit Bennett sur Twitter.

Selon le ministre de l’Education, Nasrallah « a passé 20 ans à transformer les villages libanais en plate-formes de lancement de roquettes contre Israël, mais le public comprend désormais que ses villages sont devenus des coupes-gorges pour eux. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...