Israël en guerre - Jour 146

Rechercher

Séjourné reçoit les familles des 4 Français « détenus arbitrairement en Iran »

Le chef de la diplomatie leur a réaffirmé la "mobilisation totale" de la France pour les faire libérer ; L'Iran détient plus de 10 ressortissants occidentaux

Le nouveau ministre français des Affaires étrangères, Stéphane Séjourné, s'exprime lors d'une conférence de presse conjointe avec le ministre polonais des Affaires étrangères au ministère des Affaires étrangères à Varsovie, le 15 janvier 2024. (Crédit : Wojtek Radwanski / AFP)
Le nouveau ministre français des Affaires étrangères, Stéphane Séjourné, s'exprime lors d'une conférence de presse conjointe avec le ministre polonais des Affaires étrangères au ministère des Affaires étrangères à Varsovie, le 15 janvier 2024. (Crédit : Wojtek Radwanski / AFP)

Le chef de la diplomatie française Stéphane Séjourné a reçu mercredi les familles des quatre Français « détenus arbitrairement en Iran depuis de trop longs mois », selon le ministère des Affaires étrangères.

Le ministre « les a assurées qu’il se tenait à leurs côtés dans cette terrible épreuve, tout comme tous les services de l’Etat », ajoute le communiqué, réaffirmant la « mobilisation totale » de la France pour leur libération.

Cécile Kohler, une enseignante française de 39 ans, et son compagnon Jacques Paris, sont détenus depuis mai 2022.

Le consultant Louis Arnaud, arrêté le 28 septembre 2022 à Téhéran et condamné à 5 ans de prison, et un autre Français dont l’identité n’a jamais été rendue publique, sont également prisonniers en Iran.

Capture d’écran d’une vidéo de la citoyenne française Cecile Kohler, détenue en Iran et soupçonnée d’espionnage. (Capture d’écran: Twitter, used in accordance with Clause 27a of the Copyright Law)

Un autre Français, Benjamin Brière, et un ressortissant franco-irlandais, Bernard Phelan, ont été libérés en mai pour « raisons humanitaires ».

La chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah, arrêtée en 2019 pour atteinte à la sécurité nationale, puis libérée en février 2023, est revenue en France en octobre dernier.

La République islamique d’Iran détient plus de dix ressortissants occidentaux et est accusée par leurs soutiens et des ONG de s’en servir comme monnaie d’échange dans des négociations d’Etat à Etat.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.