Israël en guerre - Jour 238

Rechercher

Selon Ari Aster, son dernier film est un « Seigneur des Anneaux juif »

Le cinéaste dit que la sortie prochaine de « Beau Is Afraid », mettant en vedette Joaquin Phoenix, est en partie inspirée par ses origines juives

Joaquin Phoenix dans une séquence animée de la bande annonce pour "Beau Is Afraid". (Capture d'écran : YouTube via la JTA)
Joaquin Phoenix dans une séquence animée de la bande annonce pour "Beau Is Afraid". (Capture d'écran : YouTube via la JTA)

JTA – « C’est une sorte de ‘Seigneur des Anneaux’ juif, mais qui va simplement voir sa mère. »

C’est ainsi que le réalisateur Ari Aster, connu pour ses films d’horreur à succès « Hereditary » et « Midsommar », décrit son dernier film, « Beau Is Afraid », avec Joaquin Phoenix, dans une vidéo du tournage publié mercredi.

Tous ces films parlent du voyage difficile de leur personnage principal, même s’ils sont au final d’une nature bien différente.

Aster, qui travaille avec A24, le studio de la révélation des Oscars de cette année « Everything Everywhere All at Once », disait dans une interview en 2018 être « fier d’être Juif » même s’il « ne pratiquait pas très activement », soulignant que ses films ne parlaient pas de judaïsme.

Il a également déclaré au Jewish Chronicle de Londres que sa « vision pessimiste » de l’existence pourrait lui venir du traumatisme juif.

Il a ajouté beaucoup s’intéresser au travail du père de la psychanalyse, Sigmund Freud, également de confession juive.

En faisant la promotion de « Beau Is Afraid », qui sortira en salles le 21 avril, il se penche sur les thèmes juifs qui sous-tendent son œuvre.

« Culpabilité ? », lâche-t-il dans une interview au New York Times publiée mardi.

« Est-ce que cela ne forme pas une grande partie de la vie ? Pour moi, ce film est une grande comédie juive, et c’était logiquement la première des choses à y mettre. »

Le film, sur lequel Aster dit travailler depuis plus d’une dizaine d’années, parle d’un homme d’âge moyen qui tente de rendre visite à sa mère, blessée par un lustre.

Beau semble envahi par l’anxiété, et cette visite anodine prend des airs de voyage surnaturel, plein de science-fiction, d’horreur et de séquences animées.

« C’est une sorte d’odyssée freudienne comique que j’espère très drôle », a-t-il déclaré au Times.

« Imaginez un enfant de 10 ans gavé de Zoloft auquel vous auriez demandé de faire vos courses. Ce film donne à peu près le même résultat », a-t-il ajouté dans la vidéo de A24, son studio et celui d’autres films à succès, comme le thriller « Uncut Gems » d’Adam Sandler, sur le quartier des diamantaires.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.