Israël en guerre - Jour 283

Rechercher

Selon le NYT et de source officielle iranienne, l’Iran projette de produire des armes nucléaires

L'Iran aurait « conforté son statut d'État du seuil nucléaire » : les autorités américaines sont divisées sur la question de savoir s'il franchira la « dernière étape »

Le Guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei (à droite) visitant une exposition sur les projets nucléaires de l’Iran, à Téhéran, en Iran, le 11 juin 2023. (Crédit : Bureau du Guide suprême iranien/AP)
Le Guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei (à droite) visitant une exposition sur les projets nucléaires de l’Iran, à Téhéran, en Iran, le 11 juin 2023. (Crédit : Bureau du Guide suprême iranien/AP)

Les dirigeants iraniens mènent un « débat stratégique » sur la question de savoir si le moment est venu de fabriquer des armes nucléaires, a rapporté jeudi le New York Times, sur la foi de quatre membres des autorités iraniennes, parmi lesquels des diplomates et des membres du puissant Corps des Gardiens de la révolution islamique d’Iran.

Soulignant que trois hauts responsables proches du guide suprême iranien Ali Khamenei ont déclaré publiquement, ces dernières semaines, que la doctrine affichée par l’Iran, à savoir le non-recours à des armes nucléaires, pourrait s’inverser si le pays faisait face à une menace grave, le Times explique que les « cercles du pouvoir » en Iran réfléchissaient à « l’opportunité d’armer le programme nucléaire et se doter de la bombe ».

Il note que l’Iran a enrichi suffisamment d’uranium à 60 % pour au moins trois bombes et déployé 1 400 « centrifugeuses de nouvelle génération » dans son usine d’enrichissement de Fordo, ces dernières semaines, ce qui lui permettrait de doubler son stock en l’espace de quelques semaines, tout au plus de quelques mois. (L’uranium enrichi à 60 % peut être converti en combustible de qualité militaire en quelques jours voire semaines, indique le New York Times.)

L’installation de Fordo est enterrée si profondément, ajoute le New York Times, citant des responsables militaires, qu’il faudrait « des frappes répétées et précises du plus puissant « dégommeur de bunker » des États-Unis pour atteindre cette profondeur.

Cette photo satellite prise par Maxar Technologies montre le site nucléaire iranien de Fordo le 4 novembre 2020. (Crédit : Maxar Technologies/AP)

Suite à ses entretiens avec une dizaine de responsables américains, européens, iraniens et israéliens, sans oublier des experts indépendants, le NY Times estime que l’Iran a « conforté son statut d’État du seuil nucléaire, capable de se doter de l’arme nucléaire sans pour autant l’avoir fait à ce jour ».

« Les autorités américaines sont divisées sur le point de savoir si l’Iran est prêt à franchir cette dernière étape », ajoute le journal.

Un technicien iranien travaille dans une installation de conversion d’uranium d’Ispahan, le 3 février 2007. (AFP PHOTO/ Behrouz Mehri)

Les responsables américains ont déclaré au journal qu’il n’y avait aucune preuve d’une militarisation de l’uranium alors que « les Israéliens estiment que cela se passe, sous couvert de recherche scientifique ».

Le NY Times relie le récent « renforcement nucléaire » de l’Iran à son attaque sans précédent à base de missiles et de drones contre Israël en avril dernier. Il ajoute que certains dirigeants iraniens sont d’avis que cette attaque, presque totalement déjouée par Israël et les alliés emmenés par les États-Unis, souligne « la nécessité d’une dissuasion beaucoup plus puissante ».

« Il leur faudra sans doute encore plus d’un an pour produire une arme », estime le NY Times, mais « la question est de savoir si les agences de renseignement américaines ou israéliennes seront capables de s’en rendre compte et de l’arrêter. »

Si l’Iran avait enrichi de l’uranium aux niveaux actuels il y a de cela quelques années, lorsque la région n’était pas aussi tendue, « Israël envisagerait presque certainement des options militaires pour frapper les installations nucléaires iraniennes », analyse le journal, citant un diplomate européen actif dans des discussions avec l’Iran.

Mardi, lors d’une réunion au Pentagone avec le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, le ministre israélien de la Défense Yoav Gallant a dit en anglais, dans des propos repris publiquement, que « le temps pressait » pour empêcher l’Iran de se doter de l’arme nucléaire, rappelant qu’Israël et les États-Unis devaient travailler ensemble pour que la menace ne se concrétise pas.

Le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin (à droite) écoutant le ministre de la Défense Yoav Gallant, à gauche, lors de leur rencontre, au Pentagone, à Washington, le 25 juin 2024. (Crédit : Susan Walsh/AP)

« La principale menace pour l’avenir du monde et celui de notre région est l’Iran », a déclaré Gallant. « Le moment est venu de tenir l’engagement pris par les administrations américaines ces dernières années d’empêcher l’Iran de se doter de l’arme nucléaire. »

Selon une information d’Axios publiée hier, adossée au témoignage de trois responsables israéliens, le Premier ministre Benjamin Netanyahu aurait réactivé plusieurs groupes de travail, il y a de cela deux semaines, pour traiter du programme nucléaire iranien, de crainte que la République islamique ne se lance dans des travaux pour se doter de la bombe dès janvier prochain.

Ce regain d’attention sur le programme nucléaire iranien coïncide avec de nouveaux renseignements selon lesquels l’Iran pourrait vouloir « gagner du temps » et passer au nucléaire, estime Yaakov Nagel, ex-conseiller à la sécurité nationale et proche du Premier ministre.

La recherche iranienne se fait « sous couvert d’activités universitaires », poursuit Nagel, et sans l’autorisation officielle du guide suprême Ali Khamenei.

Les autorités chargées du renseignement aux États-Unis et en Israël sont d’avis que Khamenei est au courant, avec une part de déni, conclut-il.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.