Israël en guerre - Jour 290

Rechercher

Netanyahu relance les groupes de travail sur la menace nucléaire iranienne – Axios

Le Premier ministre créé 6 équipes, alors que l'on craint que l'Iran ne cherche à se doter d'une arme nucléaire avant l'investiture du prochain président américain

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu participant à un débat sur les "40 signatures", à la Knesset, à Jérusalem, le 24 juin 2024. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu participant à un débat sur les "40 signatures", à la Knesset, à Jérusalem, le 24 juin 2024. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a rétabli une série de groupes de travail il y a deux semaines pour traiter du programme nucléaire iranien, alors que l’on craint que la République islamique ne cherche à développer une bombe atomique dès le mois de janvier, selon un article publié mercredi par Axios, qui cite trois hauts fonctionnaires israéliens anonymes.

La directive de Netanyahu de réunir les groupes de travail est survenue après avoir ignoré la question tout au long de son dernier mandat, selon l’article.

Le bureau du Premier ministre s’est refusé à tout commentaire.

Les groupes de travail sont le fruit d’une coopération entre les agences de sécurité, le ministère des Affaires étrangères et l’agence du renseignement du Mossad, selon l’article, le Conseil national de sécurité étant chargé de gérer le processus de mise en place de ces groupes de travail.

Le regain d’attention pour le programme nucléaire iranien fait suite à de nouveaux renseignements indiquant que l’Iran pourrait chercher à « raccourcir le calendrier » de sa sortie du nucléaire, selon Yaakov Nagel, un ancien conseiller à la sécurité nationale qui reste proche du Premier ministre.

Les renseignements concerneraient de nouvelles modélisations informatiques et des expériences scientifiques menées par des scientifiques iraniens.

Le Guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei (à droite) visitant une exposition sur les projets nucléaires de l’Iran, à Téhéran, le 11 juin 2023. (Crédit : Bureau du Guide suprême iranien/AP)

Les recherches iraniennes se déroulent « sous l’égide des universités », a déclaré Nagel, et l’on pense qu’elles n’ont pas reçu l’approbation officielle du guide suprême Ali Khamenei. Les agences de renseignement américains et israéliens pensent que Khamenei est au courant de ces activités, mais qu’il cherche à maintenir un certain degré de dénégation, a-t-il ajouté.

Selon l’article, les groupes de travail sont au nombre de six au total. Un groupe, dirigé par le Mossad, s’occupe du programme nucléaire iranien lui-même, selon Axios, tandis qu’un autre, dirigé par l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet, s’occupe des opérations d’influence iraniennes en Israël, qui auraient augmenté au cours de l’année écoulée.

D’autres équipes s’occupent des efforts de l’Iran pour aider ses mandataires terroristes régionaux, notamment le groupe terroriste chiite du Hezbollah au Liban, les Houthis au Yémen et les milices en Irak et en Syrie, en matière de renseignement et de coordination cybernétique, ajoute l’article.

C’est la première fois que le gouvernement aborde sérieusement la question du nucléaire iranien depuis son arrivée au pouvoir en décembre 2022, a rapporté Axios, citant deux anciens responsables israéliens.
« Dernièrement, ils ont enfin compris et ont recommencé à travailler sur la question », aurait déclaré l’un d’entre eux.

Le ministre de la Défense Yoav Gallant (à gauche) rencontrant le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin (hors cadre) au Pentagone, à Washington, le 25 juin 2024. (Crédit : Susan Walsh/AP)

Les fonctionnaires ont attribué la négligence initiale du Premier ministre à l’égard de la question aux efforts déployés par son gouvernement pour radicalement réformer le système judiciaire en 2023.

Ensuite, selon eux, Netanyahu aurait été distrait par la guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas, qui a débuté le 7 octobre, lorsque des milliers de terroristes ont envahi Israël depuis la bande de Gaza, tuant près de 1 200 personnes et en prenant 251 en otage.

Les États-Unis coopéreraient étroitement avec Israël sur la question du nucléaire iranien, alors que l’on craint que la République islamique ne profite de la période électorale américaine, au cours de laquelle le président américain Joe Biden sera occupé à faire campagne.

L’Iran peut également espérer que le président américain soit préoccupé par la guerre à Gaza, ainsi que par l’escalade des combats entre Israël et le Hezbollah, le groupe terroriste chiite libanais mandataire de l’Iran, qui a suscité des craintes d’une guerre à grande échelle.

Si l’ancien président américain Donald Trump bat Biden lors de l’élection présidentielle de novembre, l’Iran pourrait chercher à « s’échapper » – c’est-à-dire à accumuler suffisamment d’uranium hautement enrichi pour produire une arme nucléaire – avant que le nouveau président ne prenne ses fonctions le 20 janvier 2025, selon la version en hébreu de l’article, publiée sur le site d’information Walla.

Le ministre de la Défense Yoav Gallant a averti mardi à Washington le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin que « le temps presse » dans la lutte pour empêcher une percée de l’Iran, lui disant que « le moment est venu de concrétiser l’engagement des administrations américaines au fil des ans » qui ont promis d’agir si cela s’avérait nécessaire.

« L’Iran n’obtiendra jamais l’arme nucléaire », a déclaré un responsable à Axios, promettant que l’administration Biden « veillera à ce que ce soit le cas ». Ce responsable a également déclaré que les États-Unis travaillaient sur cette question « 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, et qu’ils consultaient Israël en permanence à ce sujet ».

Une délégation de fonctionnaires israéliens dirigée par le conseiller à la sécurité nationale Tzahi Hanegbi devrait se rendre à Washington à la mi-juillet pour discuter de la question iranienne dans le cadre du groupe consultatif stratégique américano-israélien.

Les réunions devaient initialement avoir lieu au début du mois, mais elles ont été annulées à la suite d’une querelle diplomatique concernant la fourniture d’armes par les États-Unis à Israël, que Netanyahu a publiquement accusé l’administration Biden de retenir, ce qui a provoqué une réaction négative de la part de la Maison Blanche. Les pourparlers ont ensuite été reprogrammés.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.