Israël en guerre - Jour 283

Rechercher

La Maison Blanche fustige les propos de Netanyahu sur l’aide militaire américaine

"Ces commentaires étaient profondément décevants et certainement offensants pour nous, étant donné l'ampleur du soutien que nous avons fourni", a dit John Kirby

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu dans un message vidéo publié le 19 juin 2024. (Crédit : Capture d'écran GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu dans un message vidéo publié le 19 juin 2024. (Crédit : Capture d'écran GPO)

La Maison Blanche a souligné jeudi sa frustration à l’égard du Premier ministre Benjamin Netanyahu pour sa déclaration vidéo accusant les États-Unis de retenir les livraisons d’armes et de munitions à Israël.

L’administration Biden a exprimé à plusieurs reprises sa frustration à propos de la vidéo, mais les deux parties ont semblé tourner la page hier, le bureau de Netanyahu ayant publié un communiqué indiquant que les États-Unis lui avaient donné des assurances concernant ses préoccupations. Dans le même temps, la Maison Blanche a démenti avec force les informations selon lesquelles elle avait annulé une réunion de haut niveau avec les principaux collaborateurs de Netanyahu à cause de la vidéo, et a poursuivi son projet d’accueillir ces collaborateurs pour une réunion séparée avec le conseiller à la sécurité nationale, Jake Sullivan, plus tard dans la journée.

Interrogé à nouveau sur la vidéo lors d’un briefing téléphonique avec les journalistes, le porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, John Kirby, a répété que les propos de Netanyahu étaient « profondément décevants et certainement offensants »

« Ces commentaires étaient profondément décevants et certainement offensants pour nous, étant donné l’ampleur du soutien que nous avons fourni et que nous continuerons à fournir », a dit John Kirby, porte-parole du Conseil de sécurité nationale.

John Kirby a confirmé par ailleurs que le conseiller à la sécurité nationale américain Jake Sullivan devait rencontrer jeudi son homologue israélien Tzachi Hanegbi ainsi que Ron Dermer, ministre israélien des Affaires stratégiques.

Les deux émissaires israéliens doivent aussi s’entretenir dans la journée avec Antony Blinken, selon un haut responsable américain.

Jeudi soir, Benjamin Netanyahu a adressé une réponse de défi à la Maison Blanche. « Je suis prêt à subir des attaques personnelles tant qu’Israël reçoit des États-Unis les munitions dont il a besoin dans une guerre pour son existence », a déclaré le Premier ministre dans un communiqué.

Le conseiller en communication de la Maison Blanche pour la sécurité nationale, John Kirby, s’exprimant lors du briefing quotidien, à la Maison Blanche, à Washington, le 28 mai 2024. (Crédit : Susan Walsh/AP)

Les États-Unis insistent sur le fait qu’ils n’ont retenu qu’une seule cargaison de bombes, ce qu’ils affirment ouvertement depuis plus d’un mois. Netanyahu n’a pas encore révélé à quelles autres livraisons d’armes il faisait référence lorsqu’il a dénoncé les « goulets d’étranglement » américains « inconcevables » dans les transferts d’armes.

« Aucun autre pays ne fait plus pour aider Israël à se défendre contre la menace du Hamas et contre les autres menaces régionales », a-t-il ajouté. »

« Ce président a fait décoller des avions de chasse à la mi-avril pour aider à abattre plusieurs centaines de drones et de missiles, y compris des missiles balistiques tirés depuis l’Iran sur Israël », a-t-il poursuivi. « Aucun autre pays n’a fait plus et ne continuera à faire plus que les États-Unis pour aider le Premier ministre Netanyahu. »

Kirby a affirmé que les États-Unis avaient fait part à Israël de leur mécontentement à l’égard de Netanyahu par le biais de différents canaux.

Dans une vidéo postée il y a deux jours sur le réseau social X, Benjamin Netanyahu avait jugé « inconcevable qu’au cours des derniers mois, (le gouvernement américain) puisse retenir des armes et des munitions pour Israël ».

« Nous ne savons vraiment pas de quoi il parle », avait lâché mardi la porte-parole de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre, une sortie qui témoignait déjà de l’agacement de Washington.

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken avait pour sa part expliqué que certes les États-Unis « poursuivaient l’examen » d’une livraison de bombes spécifique à Israël, qui avait été suspendue par crainte qu’elles ne soient utilisées à Rafah, mais que tous les autres envois d’aide militaire se déroulaient normalement ».

Le chef de l’opposition israélienne, Yair Lapid, s’en est également pris à Netanyahu après les critiques formulées par la Maison Blanche. Il a affirmé que les critiques américaines étaient également entendues dans les capitales de l’Arabie Saoudite, de la Russie, de la Chine et d’autres pays.

« Dans ces endroits, tout le monde arrive à la même conclusion : Israël n’est plus le plus proche allié des États-Unis. Voilà les dommages que Netanyahu nous cause. C’est sa terrible irresponsabilité et voilà les conséquences », a déclaré Lapid dans un communiqué.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.