Rechercher

Selon Pompeo, les Etats-Unis ont évité une guerre nucléaire entre l’Inde et le Pakistan

Dans son livre, M. Pompeo décrit par ailleurs longuement les relations avec la Corée du Nord et la préparation des trois rencontres au sommet entre Donald Trump et Kim Jong Un

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo quitte une réunion avec des membres du Conseil de sécurité de l'ONU au sujet du non-respect présumé de l'accord nucléaire par l'Iran, à New York, le 20 août 2020. (Crédit : MIKE SEGAR / POOL / AFP)
Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo quitte une réunion avec des membres du Conseil de sécurité de l'ONU au sujet du non-respect présumé de l'accord nucléaire par l'Iran, à New York, le 20 août 2020. (Crédit : MIKE SEGAR / POOL / AFP)

L’ancien chef de la diplomatie américaine sous Donald Trump, Mike Pompeo, affirme dans un livre publié mardi que l’Inde et le Pakistan étaient au bord d’une confrontation nucléaire en 2019 et que les Etats-Unis ont alors permis d’éviter l’escalade.

« Je ne pense pas que le monde réalise vraiment comment la rivalité entre l’Inde et le Pakistan a pu être aussi près de basculer dans un affrontement nucléaire en février 2019 », écrit M. Pompeo dans son livre « Never Give an Inch » (« Ne jamais céder un pouce »).

L’Inde avait lancé des frappes aériennes en février 2019 en territoire pakistanais en représailles à un attentat-suicide ayant tué 41 paramilitaires indiens au Cachemire. Le Pakistan avait riposté en abattant un avion indien et capturant le pilote.

M. Pompeo, qui se trouvait à Hanoï pour un sommet entre le président Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, raconte avoir été réveillé par un appel téléphonique urgent d’un haut responsable indien.

« Il pensait que les Pakistanais avaient commencé à préparer leurs armes nucléaires pour une frappe. L’Inde, m’a t-il informé, étudiait sa propre réponse », écrit celui qui a aussi dirigé la CIA sous Donald Trump.

« Je lui ai demandé de ne rien faire et de nous donner une minute pour tenter d’y voir clair. »

Selon Mike Pompeo, les diplomates américains ont ensuite réussi à convaincre les deux pays qu’aucun ne préparait d’attaque nucléaire.

« Aucun autre pays n’aurait pu faire ce que nous avons fait ce soir-là », ajoute-t-il.

A l’époque, le chef de la diplomatie américaine avait publiquement soutenu le droit de l’Inde à se défendre.

L’Inde puis le Pakistan ont testé des bombes atomiques en 1998, faisant dire au président américain de l’époque, Bill Clinton, que le Cachemire était « l’endroit le plus dangereux au monde ».

Cette région himalayenne revendiquée par l’Inde et le Pakistan a été le théâtre de plusieurs guerres pour son contrôle depuis la partition de l’empire britannique des Indes en 1947.

Le président Donald Trump, à droite, et le leader nord-coréen Kim Jong Un, à gauche, au début de leur sommet historique Etats-Unis-Corée du Nord, au Capella Hotel, sur l’île de Sentosa de Singapour, le 12 juin 2018 (Crédit : AFP / SAUL LOEB)

« Vous essayez de me tuer »

Dans son livre, M. Pompeo décrit par ailleurs longuement les relations avec la Corée du Nord et la préparation des trois rencontres au sommet entre Donald Trump et Kim Jong Un.

Il raconte avoir secrètement rencontré Kim Jong Un à Pyongyang en mars 2018, alors qu’il était encore directeur de la CIA.

« Je ne pensais pas que vous viendriez. Je sais que vous essayez de me tuer », lui aurait lancé le dirigeant nord-coréen.

Décidant lui aussi de « faire un peu d’humour », il aurait répondu: « M. le président, j’essaie toujours de vous tuer. »

Mike Pompeo détaille comment Kim Jong Un s’inquiétait des visées de la Chine, au point de dire selon lui qu’il avait « besoin des Américains en Corée du Sud pour se protéger » du Parti communiste chinois.

En référence au journaliste saoudien Jamal Khashoggi, tué et démembré en 2018 dans le consulat du royaume à Istanbul en Turquie, il défend bec et ongle les relations avec l’Arabie saoudite, se félicitant même d’avoir pu faire « un doigt d’honneur au Washington Post et au New York Times » en se rendant à Ryad quelques jours après l’assassinat.

M. Pompeo ironise encore sur le statut de « journaliste » de M. Khashoggi, érigé selon lui par les médias en sorte de « Bob Woodward saoudien devenu martyr pour avoir courageusement critiqué la famille royale saoudienne ».

La fiancée turque du journaliste, Hatice Cengiz, s’est dite « horrifiée » par ces propos dans un tweet.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.