Rechercher

Selon Saar, la coalition pourrait être menacée sans soutien au projet de loi

Le ministre de la Justice, qui a du mal à faire adopter le renouvellement de la loi sur la Cisjordanie, a reproché à Netanyahu d'agir de manière cynique

Le ministre de la Justice, Gideon Saar arrivant à la réunion hebdomadaire du cabinet au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 22 mai 2022. (Crédit: Olivier Fitoussi/Flash90)
Le ministre de la Justice, Gideon Saar arrivant à la réunion hebdomadaire du cabinet au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 22 mai 2022. (Crédit: Olivier Fitoussi/Flash90)

Le ministre de la Justice, Gideon Saar, a intensifié vendredi ses avertissements selon lesquels la survie de la coalition pourrait être en jeu si la législation visant à renouveler l’application du droit civil et pénal israélien aux résidents d’implantations de Cisjordanie ne passait pas. Mais Saar a également critiqué le Likud du leader de l’opposition Benjamin Netanyahu, qui refuse de soutenir le projet de loi pour des raisons politiques, et non idéologiques.

Lors d’un appel vidéo avec les partisans de son parti Tikva Hadasha, Saar a réitéré sa demande à tous les partis de la coalition en difficulté de soutenir le projet de loi.

« Si la coalition ne se ressaisit pas, il y aura des conséquences. Cela met réellement en péril la pérennité de l’actuel gouvernement », a-t-il déclaré.

Il a ajouté que Tikva Hadasha voulait un gouvernement qui fonctionne bien. « La survie n’est pas suffisant en soi », a-t-il déclaré.

Ses commentaires sont intervenus quelques jours après que le parti de gauche Meretz s’est engagé à soutenir le projet de loi, laissant le parti islamiste Raam comme seul tenant de la coalition. Raam est resté très discret sur la façon dont il votera sur le projet de loi, mais il s’oppose généralement à ce que les résidents d’implantations se voient accorder des droits qui ne sont pas accordés aux Palestiniens.

Toutefois, même si Saar et le Premier ministre Naftali Bennett parviennent à rallier Raam, la coalition n’aurait que 60 des 120 sièges de la Knesset, ce qui ne sera pas suffisant pour approuver la législation si tous les législateurs de l’opposition votent contre.

Bien que le bloc religieux de droite, dirigé par le Likud, soutienne le principe du renouvellement, il a promis de ne pas voter avec la coalition pour l’adopter, s’étant engagé à s’opposer à toute législation parrainée par le gouvernement, quel qu’en soit le contenu, dans le but de faire tomber le gouvernement.

Le leader de l’opposition Benjamin Netanyahu lors d’une promenade matinale à Jérusalem, le 1er juin 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Saar a critiqué Netanyahu pour son refus de soutenir le projet de loi, accusant l’ancien Premier ministre de « cynisme et d’irresponsabilité ».

L’ancien Premier ministre « nuit à notre capacité à maintenir la gouvernance » en Cisjordanie, a-t-il déclaré.

Le ministre de la Justice a accusé les partis d’opposition d’être prêts à laisser le pays « brûler » s’ils ne sont pas au pouvoir.

« Leur volonté de jouer avec le feu est grave », a-t-il déclaré. « J’espère que l’opposition reviendra à la raison. Celui qui pense que s’opposer à cette loi lui apportera des avantages n’a pas tout compris. »

Le ministre a également répété qu’il démentait les informations selon lesquelles son parti aurait eu des discussions avec le Likud pour former une coalition alternative au sein de l’actuelle Knesset, bien qu’il ait refusé d’exclure de telles négociations ultérieurement.

« Mon opinion n’a pas changé », a-t-il déclaré au sujet de la participation à un gouvernement dirigé par Netanyahu. Le programme de Saar était principalement basé sur son refus de siéger dans un gouvernement dirigé par l’ancien Premier ministre.

Des travaux de construction dans l’implantation de Givat Zeev, en Cisjordanie, près de Jérusalem, le 10 mai 2022. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

Le projet de loi présenté par Saar vise à renouveler une mesure d’urgence qui étend le droit pénal israélien et certaines lois civiles clés – telles que l’impôt sur le revenu et l’assurance maladie – aux Israéliens vivant en Cisjordanie. Bien qu’Israël n’ait pas annexé la Cisjordanie, la mesure garantit que les résidents d’implantation qui y vivent soient traités comme s’ils vivaient en Israël dans la plupart des domaines, sans étendre ces mêmes dispositions juridiques aux Palestiniens.

Promulguée à l’origine au lendemain de la guerre des Six Jours de 1967, la loi reste une « mesure d’urgence » qui doit être renouvelée tous les cinq ans. Adoptée pour la dernière fois en 2017, elle doit expirer à la fin du mois de juin.

Saar, dont le parti de droite soutient les implantations et s’oppose au statut d’État palestinien, a déclaré mercredi que si la mesure n’était pas adoptée, les résidents d’implantations israéliens seront soumis au système de justice militaire israélien, qui est basé sur le droit jordanien. Il a déclaré qu’une telle situation ne s’était jamais produite dans l’histoire d’Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...