Shabbat organisé dans un avant-poste pour protester contre sa démolition
Rechercher

Shabbat organisé dans un avant-poste pour protester contre sa démolition

Les résidents de Netiv Haavot, où 15 maisons devraient être détruites, ont déclaré que le but de cet événement était de mobiliser des soutiens à travers le pays

Jacob Magid est le correspondant implantations du Times of Israël

Les résidents de Netiv Ha'avot protestent contre la décision de la Haute Cour de démolir 17 structures de leur avant-poste, manifestent à l'extérieur de la Knesset le 17 juillet 2017. (Crédit : Jacob Magid / Times of Israel)
Les résidents de Netiv Ha'avot protestent contre la décision de la Haute Cour de démolir 17 structures de leur avant-poste, manifestent à l'extérieur de la Knesset le 17 juillet 2017. (Crédit : Jacob Magid / Times of Israel)

Les habitants de l’avant-poste de Netiv Haavot en Cisjordanie ont accueilli environ 1 000 jeunes durant le Shabbat dernier dans le but de mobiliser et d’obtenir un soutien national avant la démolition en mars de 15 maisons dans l’implantation illégale d’Elazar.

Bravant le froid et la pluie, des dizaines de groupes d’écoles, de yeshivot et d’organisations de jeunesse ainsi que des familles individuelles de tout le pays se sont rassemblés dans le camp d’Etzion, de vendredi après-midi et restant jusqu’à samedi soir.

Les sympathisants se sont rassemblés pour l’office du vendredi soir dans la synagogue de l’avant-poste, suivi d’un « tisch », rassemblement pendant lequel ils ont chanté et ont été informés par les résidents de Netiv Haavot de la démolition prochaine et des raisons de cette démolition.

Les jeunes des implantations, en particulier les adolescents, sont un élément incontournable contre les démolitions par le gouvernement des implantations et des avant-postes illégaux, se rassemblant à l’intérieur des bâtiments destinés à être rasés et parfois même en affrontant les forces de sécurité dans le but de ralentir l’inévitable.

En réponse à une pétition soumise par un groupe de Palestiniens revendiquant la propriété de la terre, la Haute cour de Justice a ordonné en septembre 2016 à l’Etat de démolir 17 maisons illégalement construites dans le secteur d’Elazar.

La démolition de deux structures non résidentielles avait déjà été décidée antérieurement. Un mémorial pour les soldats de Tsahal tombés au combat a été retiré en mai et un atelier de menuiserie a été démoli provoquant des manifestations importantes en novembre. Les 15 maisons restantes devraient être détruites au bulldozer le 6 mars.

« Le but de ce Shabbat était de générer des soutiens à Netiv Haavot dans tout le pays afin que notre cri soit entendu », a déclaré Rachel Bulvik, une résidente de l’avant-poste au Times of Israel.

« Au lieu de rester sous une couverture avec une tasse de chocolat chaud, le public a bravé les mauvaises conditions météorologiques pour venir nous soutenir. Et ils feront de même en mars », a-t-elle ajouté.

Des adolescents israéliens réunis dans une menuiserie de l’avant-poste de Netiv Haavot pour empêcher les forces de sécurité de la démolir, le 29 novembre 2017 (Crédit :Hadas Parush/Flash90)

Les personnes seules et les familles ont dormi chez des résidents d’Elazar et les plus grands groupes de jeunes ont dormi dans des sacs de couchage dans divers auditoriums et bâtiments communautaires de l’implantation, a indiqué Mme Bulvik.

Elle a déclaré que ce n’était pas une coïncidence si un jour avant le rassemblement, l’organe du ministère de la Défense chargé d’autoriser la construction en Cisjordanie a publié un plan dans lequel il a tenté de fournir des permis de construire rétroactifs à 11 des 15 foyers condamnés à être détruits.

Le plan – qui devrait être approuvé mercredi – représente une tentative ultime du gouvernement pour sauver la majorité des maisons après que la Haute Cour a rejeté un compromis proposé par les résidents, consistant à abattre les « parties posant problème » de ces six maisons qui n’empiètent que de quelque mètres sur un terrain privé palestinien.

Le mouvement La Paix Maintenant qui scrute les implantations a qualifié ce plan de « honte », arguant qu’il violait la décision de la Haute Cour. L’ONG a déclaré qu’elle déposerait une objection si le Sous-comité de planification de l’Administration civile acceptait la proposition.

Cinq des sept habitants palestiniens d’al-Khader qui ont déposé une requête à la Haute cour contre l’établissement de l’avant-poste de Netiv Haavot sur ce qu’ils estiment être une propriété privée (Autorisation : La paix maintenant)

Bulvik a également condamné le plan, disant qu’il ne fournit pas de solution pour les maisons restantes condamnées à être démolies, dont la sienne fait partie. « Parce qu’ils sont en train d’épargner certaines maisons, la destruction des autres serait acceptable ? », a-t-elle demandé.

Elle a concédé que les maisons seraient probablement démolies, mais a demandé au gouvernement de retarder la destruction jusqu’à ce que d’autres maisons permanentes soient construites pour les résidents. « Nous n’accepterons pas d’être transformés en réfugiés et nous ne laisserons pas le gouvernement mener tranquillement la démolition de mars », a déclaré Rachel Bulvik.

Bien qu’elle admette que la construction des maisons n’ait pas été effectuée de manière légale, Bulvik a insisté sur le fait qu’ils n’avaient d’autre choix que de construire d’abord et seulement ensuite demander l’autorisation. « C’est ainsi que cela a été fait à l’intérieur de la Ligne Verte », a-t-elle soutenu.

Le temps s’est dégagé pendant quelques heures samedi en fin d’après-midi et les invités se sont rassemblés devant la synagogue de l’avant-poste pour le repas de fin d’après-midi.

Les jeunes ont alors récité ensemble la bénédiction de la havdalah marquant la fin du Shabbat. À la fin de la prière, les jeunes ont entonné un chant tiré d’un verset de la Bible (Genèse 13:15) où Dieu promet à Abraham que toute la terre qu’il voit devant lui sera donnée à sa progéniture. Cependant, les jeunes ont légèrement changé les mots du verset pour chanter « Nous n’abandonnerons pas Netiv Haavot / C’est à nous et nous ne le donnerons à personne. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...