Israël en guerre - Jour 283

Rechercher

Shiraz Brodash, 23 ans et Avshalom Peretz, 27 ans: Les « deux anges dorénavant ensemble »

La coach et le policier de l'unité antiterroriste Yamam ont été tués près de Netivot, le 7 octobre

Avshalom Peretz et Shiraz Brodash (Autorisation)
Avshalom Peretz et Shiraz Brodash (Autorisation)

Shiraz Brodash, 23 ans, de Ramot Meir et Avshalom Peretz, un policier au grade de sergent-chef de Netivot, 27 ans, ont été tués alors qu’ils étaient ensemble dans le sud d’Israël, le 7 octobre.

Selon les récits des deux familles et de leurs amis, Peretz, intégré dans l’unité de lutte anti-terroriste Yamam avait été appelé sur la ligne de front et il avait décidé de ramener chez elle sa petite amie, Brodash, pour qu’elle soit en sécurité avant de rejoindre les autres agents. Aucun d’entre eux n’est finalement arrivé à destination. Il est encore difficile de dire si le couple a été tué par un impact de roquette ou par une grenade.

Yarin Abu, ami et beau-frère de Peretz, a rendu hommage à ce dernier en évoquant « notre combattant de Yamam, la fierté de notre famille qui est aussi devenue la fierté de toute une nation ».

Abu a écrit sur Facebook que Peretz « a été rappelé samedi matin au sein de l’unité à laquelle tu étais si fier d’appartenir. La moitié du pays dormait encore et n’avait aucune idée de ce qui était en train de se produire, et tu étais sur le point de rejoindre ton équipe. Pour nous protéger ». Il a ajouté que Peretz affichait toujours une grande humilité s’agissant de son service « parce que c’était ainsi que tu étais, pudique à en être pénible – tu avais une telle modestie, une telle humilité ».

Yael Yaakobi, la tante de Peretz, s’est souvenue du jeune homme qui était « notre protecteur… notre prince… notre héros ».

« Un trou béant s’est ouvert dans mon cœur et il ne guérira jamais », a écrit Yaakobi sur les réseaux sociaux. « Tu jouais avec tout le monde, tu apprenais des choses à tout le monde, tu était un ami, un frère, un oncle et avant tout, tu étais mon neveu bien-aimé… Timide, avec des yeux qui riaient et un cœur énorme ».

Brodash était une athlète et coach personnel. Elle s’était alignée au niveau national comme sprinteuse, à l’épreuve du 100 mètres et elle avait remporté un championnat national junior en 2018.

Sa tante, Sarit Hadad, a déclaré avoir le cœur brisé : « Je ne reverrai plus jamais ton sourire, qui irradiait d’amour. »

« Comment le monde pourra-t-il encore continuer à tourner sans ton cœur immense, sans ta générosité ? », a écrit Hadad sur Facebook. « Qui s’occupera avec autant d’amour et de dévouement de tous ces gens que tu formais et que tu aimais tellement ? »

Hadad a poursuivi en disant que Brodash avait trouvé « l’amour de ta vie – un ange, comme toi – et samedi, vous êtes retournés ensemble aux cieux… Nous nous sommes réveillés en faisant face à une réalité noire, à laquelle nous allons devoir redonner des couleurs… Mais comment avancer maintenant ? Comment ? »

Hadad a écrit que Brodash « faisait la cuisine avec amour ; entraînait des élèves avec amour ; ce qu’elle donnait venait du cœur et entrait si profondément dans les nôtres… C’est la raison pour laquelle nous avons le cœur brisé. Mon amour, j’ai l’impression qu’une partie de mon corps m’a été physiquement arrachée ».

Une amie de Brodash, Linoy Barlev, a indiqué qu’elle ne parvenait pas à accepter la nouvelle de la mort de cette dernière, écrivant sur Instagram qu’elle s’imaginait plutôt qu’elle avait été prise en otage « et que tu tentes de redonner le moral aux gens autour de toi, de leur redonner de l’espoir – parce que ça, c’était toi ! »

Barlev a ajouté que Brodash était « une grande lumière et c’était la fille la plus optimiste qu’il m’a été donné de rencontrer… Elle savait toujours comment vous faire des compliments et vous redonner le moral quand vous en aviez besoin. Et tu pouvais me faire rire pendant des heures ! »

Elle a précisé que Brodash lui avait dit combien elle était heureuse de fréquenter Peretz, « et tous tes plans d’avenir avec Avshalom, la bague que tu avais choisie… Deux anges, vous êtes dorénavant ensemble là-bas et vous nous voyez de là-haut ».

L’année dernière, Brodash avait consacré un post sur Facebook à sa mère, qui se rétablissait après une chirurgie du cerveau : « Ma mère héroïque, qui a traversé une période difficile où elle et moi avons vécu la situation la plus dure de toute notre vie lorsque son pronostic vital était engagé – et tout le reste a alors pris des proportions différentes. Embrassez ceux que vous aimez et appréciez tous les petits bonheurs de la vie ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.