Shoah/Pays-Bas: l’Eglise protestante va admettre sa culpabilité envers les Juifs
Rechercher

Shoah/Pays-Bas: l’Eglise protestante va admettre sa culpabilité envers les Juifs

L'église ne va pas pour autant présenter d'excuses pour ne pas avoir plus œuvré pour empêcher la haine raciale contre les Juifs de se propager

Le Binnenhof, le siège du gouvernement néerlandais, à La Haye, Pays-Bas, en 2014. (AP Photo/Phil Nijhuis)
Le Binnenhof, le siège du gouvernement néerlandais, à La Haye, Pays-Bas, en 2014. (AP Photo/Phil Nijhuis)

L’Eglise protestante aux Pays-Bas va pour la première fois admettre sa culpabilité dans l’instigation de l’antisémitisme avant et pendant la Seconde Guerre mondiale dans le pays, a révélé jeudi un média néerlandais.

L’église protestante (Protestantse Kerk Nederland, PKN) doit faire une confession publique en ce sens le mois prochain, à l’occasion du 82e anniversaire de la « Nuit de cristal », a précisé le quotidien Trouw.

Les Pays-Bas commémorent chaque année la « Nuit de cristal », durant laquelle les nazis en Allemagne avaient détruit synagogues et magasins juifs, le 9 novembre 1938.

« Nous avons échoué, dans nos discours, en gardant le silence, dans nos actions et omissions, dans notre attitude et notre pensée », a affirmé le journal, révélant les propos que doit tenir le secrétaire général du PKN Rene de Reuver dans un discours préparé à l’avance.

L’église protestante ne va pas présenter d’excuses, mais reconnaître sa culpabilité pour ne pas avoir plus oeuvré pour empêcher la haine raciale contre les Juifs de se propager.

« La culpabilité est le mot le plus profond qu’on peut utiliser pour l’échec », a ajouté Rene De Reuver.

« Nous ne nous distancions pas du passé, mais nous assumons notre responsabilité et reconnaissons nos erreurs », a-t-il ajouté.

Le Premier ministre Mark Rutte et le maire Femke Halsema assistent à une marche silencieuse vers le monument « Auschwitz Never Again » lors de la Journée nationale du souvenir de l’Holocauste à Amsterdam, le 26 janvier 2020. (Crédit : ANP / AFP) / Netherlands OUT)

Le Premier ministre néerlandais Marc Rutte avait présenté en janvier dernier des excuses au nom du gouvernement pour la persécution des Juifs aux Pays-Bas pendant la Seconde Guerre mondiale.

Ses excuses étaient les premières du gouvernement pour la persécution des Juifs et leur déportation massive vers les camps de la mort. Sur les
140 000 Juifs que comptait le pays, 102 000 ont été tués.

Malgré la résistance aux Pays-Bas, de nombreux citoyens, dont la police et les chemins de fer, avaient activement collaboré avec l’occupation allemande pour arrêter les Juifs et les déporter.

Parmi les victimes figure Anne Franck, l’adolescente de 15 ans devenue tristement célèbre dans le monde entier après la publication de son journal intime rédigé entre 1942 et 1944 alors qu’elle et sa famille se cachaient dans un appartement clandestin à Amsterdam.

Arrêtée en 1944, elle est morte l’année suivante au camp de concentration de Bergen-Belsen.

En 2000, le Premier ministre de l’époque Wim Kok avait présenté ses excuses pour « l’accueil glacial » réservé aux survivants des camps de la mort lors de leur retour aux Pays-Bas.

Environ 15 % de la population néerlandaise, soit quelque 2,5 millions de personnes, sont protestants selon les statistiques officielles. Le PKN est l’instance la plus représentative de ces fidèles.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...