« Shofar », le « Brut » de l’Internet juif francophone
Rechercher

« Shofar », le « Brut » de l’Internet juif francophone

La page Facebook vise, à travers des vidéos, à "diffuser un message juif intéressant et profond", porté par les valeurs "d’une Torah parlante et connectée à notre époque"

Le logo du média "Shofar".
Le logo du média "Shofar".

La page Facebook « Shofar », créée en avril dernier, vise à « diffuser un message juif intéressant et profond sur Internet et les réseaux sociaux », porté par les valeurs « d’une Torah parlante et connectée à notre époque ». Par son format, la page pourrait être comparée au média français « Brut ».

Le shofar est une corne de bélier, utilisée par les Hébreux depuis l’Antiquité et comme instrument de musique à vent lors des fêtes juives.

Ainsi, elle a récemment posté des vidéos sur les thèmes : « À quoi la science ne répond-elle pas ? La religion joue-t-elle un rôle de pseudo-science ? » ; « En 2021, le judaïsme est-il encore d’actualité ? Les civilisations progressent, pourquoi rester ‘coincé’ dans des pratiques passées ? » ; ou encore sur l’histoire de Bernard et Marianne Picard, nommés directeurs d’écoles juives à 25 ans, au lendemain de la guerre, et qui ont incarné le renouveau de l’éducation juive pendant près de 50 ans.

Une autre récente vidéo narre l’histoire des quatre frères Bielski, qui ont sauvé 1 237 Juifs des nazis.

Nés dans l’ouest de l’actuelle Biélorussie, Touvia, chef de l’unité, Assaël, Zus et Aaron ont perdu leurs parents et des frères et sœurs lors d’une tuerie de masse menée par les Einsatzgruppen. Ils ont monté un groupe de résistants après leur fuite du ghetto, composé de voisins et de Juifs de d’autres ghettos à proximité. Leur campement de partisans se nommait « La Jérusalem des bois » et comptait 150 hommes armés – et plus de 1 200 personnes à la fin de la guerre, dont 70 % d’enfants, de femmes et de personnes âgées. Ils ont permis de faire dérailler six trains militaires et ont tué plus de 250 soldats nazis.

Qui étaient les frères Bielski ?–Pour recevoir les contenus #SHOFAR, intégrez le groupe #Whatsapp : http://tiny.cc/SHOFAR

Posted by Shofar on Wednesday, December 23, 2020

Après la libération de l’Armée rouge, Assaël s’est engagé dans ses rangs et a été tué six mois plus tard lors de la bataille de Königsbegr en 1945. Touvia et Zus ont émigré en Israël et ont combattu lors de la guerre d’Indépendance. Aaron s’est installé aux Etats-Unis et est aujourd’hui âgé de 93 ans – il est le seul encore en vie.

Pour être tenu informé des dernières publications de la page Shofar, un groupe WhatsApp a été créé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...