Rechercher

Six Arabes israéliens arrêtés pour leurs liens présumés avec l’État islamique

Ils auraient programmé un attentat contre une école musulmane de Nazareth et auraient dévoré des contenus jihadistes sur internet et ils prévoyaient d'autres attaques

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des suspects arrêtés pour leurs liens présumés avec l'État islamique, une image publiée le 2 octobre par le Shin Bet, dans le sens des aiguilles d'une montre et depuis en haut à gauche : Muhammad Ihab Suleiman, Muamen Nijam, Jihad Bakr, Jafar Suleiman, Ahmed Belal Suleiman. (Crédit : Shin Bet)
Des suspects arrêtés pour leurs liens présumés avec l'État islamique, une image publiée le 2 octobre par le Shin Bet, dans le sens des aiguilles d'une montre et depuis en haut à gauche : Muhammad Ihab Suleiman, Muamen Nijam, Jihad Bakr, Jafar Suleiman, Ahmed Belal Suleiman. (Crédit : Shin Bet)

L’agence de sécurité du Shin Bet a annoncé, dimanche, que six Arabes israéliens avaient été arrêtés, ces dernières semaines, pour leurs liens présumés avec le groupe terroriste de l’État islamique et pour des projets d’attentats terroristes.

« Six habitants de Nazareth (nord) ont été arrêtés il y a quelques semaines et interrogés par le Shin Beth car ils sont soupçonnés d’avoir voulu commettre des activités terroristes au nom de l’EI à l’intérieur d’Israël », a indiqué le Shin Bet dans un communiqué, précisant que les « suspects s’étaient rencontrés pour préparer des attentats ».

Selon le Shin Bet, les hommes – qui sont tous originaires de Nazareth, dans le nord d’Israël – cherchaient à attaquer une école musulmane dans cette ville à majorité arabe parce qu’elle « fonctionnait sur le modèle suivi par les infidèles ».

L’agence a ajouté que le groupe prévoyait également d’attaquer, entre autres, un arrêt de bus très fréquenté du nord du pays, un commissariat de Nazareth ainsi qu’une forêt où se rendent souvent les Juifs israéliens.

« Les suspects ont dévoré des contenus émis par l’État islamique – des contenus auxquels ils ont été exposés en surfant sur internet – ce qui les a amenés à s’identifier profondément aux idées promues par l’organisation terroriste », a fait savoir le Shin Bet.

Les suspects ont été identifiés par l’agence : il s’agit de Muhammad Ihab Suleiman, 25 ans ; de Jafar Suleiman, 21 ans ; de Muamen Nijam, 20 ans ; d’Ahmed Belal Suleiman, 18 ans ; de Jihad Bakr, 20 ans et d’un mineur dont le nom a été interdit à la publication.

Les individus auraient tenté d’obtenir des armes pour leurs attaques et ils auraient aussi essayé de recruter de nouveaux membres pour leur cellule.

Photo d’illustration : Un membre des Forces démocratiques syriennes, appuyées par les États-Unis, enlève un drapeau de l’État islamique dans la ville de Taqba, en Syrie. (Crédit : AFP Photo/Delil Souleiman)

Les six suspects seront inculpés ce dimanche pour activités terroristes, selon le Shin Bet, disant que « l’Etat islamique continue sans relâche de diffuser son idéologie parmi les citoyens israéliens, afin de recruter par sa propagande sur internet et les réseaux sociaux et ce, dans le but de promouvoir des activités terroristes en Israël ».

« Le Shin Bet continuera à agir conformément à l’autorité qui lui a été donnée par la loi et l’agence prendra toutes les mesures à sa disposition de manière à s’attaquer au phénomène lié à l’idéologie islamique extrémiste et de manière à déjouer les intentions visant à nuire à la sécurité de l’État d’Israël », a noté l’agence dans un communiqué.

Elle a ajouté que « cette affaire met en lumière l’influence de l’Etat islamique en Israël qui a inspiré entre autres les auteurs d’attentats » à Beer Sheva (sud) et Hadera (nord), qui ont fait respectivement quatre et deux morts en mars, et avaient fait surgir la crainte de voir le mouvement jihadiste susciter de nouvelles vocations.

Des dizaines de personnes, en majorité des Arabes israéliens, ont été arrêtées ces dernières années pour avoir combattu au sein d’organisations jihadistes ou avoir mené des activités inspirées par ces mouvements.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...