Israël en guerre - Jour 195

Rechercher

Sixième édition du Prix Ilan Halimi, 18 ans après le drame antisémite

Le Grand prix a été attribué à sept jeunes de la mission locale de Limoges pour leur court-métrage "Une nuit étoilée, contre l'antisémitisme"

Le sixième prix Ilan Halimi, qui récompense des jeunes ayant œuvré contre les préjugés et les stéréotypes racistes et antisémites, a été remis le 14 février dernier, dix-huit ans après la mort du jeune homme de 23 ans.

Mis en place au niveau national en 2019 par la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (DILCRAH), ce prix est un hommage au jeune homme juif torturé à mort début 2006 par « le gang des Barbares » qui pensait pouvoir extorquer de l’argent à sa famille parce qu’il était Juif.

La cérémonie de la remise du prix le 14 février, à Matignon, a été présidée par le Premier ministre français Gabriel Attal.

« Le supplice d’Ilan Halimi est une blessure pour la République, et il n’est malheureusement pas le seul. Le fléau de l’antisémitisme ne s’est pas éteint, loin de là. […] Mais pourtant, c’est le message que je veux passer aujourd’hui, il faut qu’on garde collectivement espoir », a-t-il notamment déclaré, devant des élus, des responsables politiques et des représentants communautaires juifs.

Le Grand prix a été attribué cette année à sept jeunes de 16 à 25 ans de la mission locale de Limoges pour leur court-métrage « Une nuit étoilée, contre l’antisémitisme ».

Leur film vise, à travers l’art et des images d’archives, en cinq minutes, à dénoncer les discriminations, et en particulier l’antisémitisme. Il a pour vocation à devenir un document pédagogique diffusé en classe de primaire ou au collège.

Des « prix du jury » ont également été attribués au projet « Les déportés de Saint-Malo », par des élèves de deux classes de Terminale du lycée Jacques Cartier de Saint-Malo, qui se sont lancés dans un travail de mémoire visant à retracer l’histoire et le parcours des 63 hommes, femmes et enfants déportés de la ville ; au projet « Le procès fictif » du BDE de la faculté de droit d’Aix Marseille ; et au clip de sensibilisation « On dit non » des élèves du lycée Aragon-Picasso de Givors. 45 projets concourraient pour le prix cette année.

Ilan Halimi a été retrouvé agonisant le 13 février 2006 le long des voies ferrées du RER C à Sainte-Geneviève-des-Bois, peu de temps avant de mourir après son transfert à l’hôpital, suite à de nombreuses blessures et trois semaines d’un long calvaire. Ilan repose à Jérusalem et aurait été âgé de 41 ans aujourd’hui.

Outre le prix, d’autres hommages lui ont été rendus cette année. À Sainte-Geneviève-des-Bois, l’Union des étudiants juifs de France a déposé une couronne, s’opposant également à la présence du député Antoine Léaument du parti La France insoumise, accusé d’antisémitisme et d’apologie du terrorisme.

À Marseille, une commémoration – annuelle – en mémoire d’Ilan Halimi a eu lieu au Parc de Bagatelle, et la mairie des 6e et 8e arrondissements a aussi reçu deux classes pour un moment de recueillement en mémoire du jeune homme.

Les hommages se sont aussi multipliés sur les réseaux sociaux.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.