Israël en guerre - Jour 232

Rechercher

Suite à la fusillade de Huwara, Netanyahu réunit les responsables de la Défense

Le Premier ministre ordonne une intensification de la lutte contre le terrorisme après l'attaque d'une famille sur la Route 60

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des images d'une caméra de surveillance montrant un homme armé tirant sur un véhicule appartenant à Israël avec une famille à l'intérieur, dans la ville de Huwara, en Cisjordanie, le 5 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran)
Des images d'une caméra de surveillance montrant un homme armé tirant sur un véhicule appartenant à Israël avec une famille à l'intérieur, dans la ville de Huwara, en Cisjordanie, le 5 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a ordonné jeudi aux hauts responsables de la Défense d’intensifier les efforts de lutte contre le terrorisme en Cisjordanie, en mettant l’accent sur la ville palestinienne de Huwara où un terroriste a ouvert le feu sur une famille israélienne jeudi soir.

La réunion de Netanyahu avec le ministre de la Défense Yoav Gallant, le chef d’état-major de Tsahal, le général Herzi Halevi, le directeur de l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet, Ronen Bar, le chef du Commandement du Centre de Tsahal, le général Yehuda Fuchs, et le secrétaire militaire du Premier ministre, a eu lieu quelques heures après qu’un couple d’Israéliens et leur bébé soient sortis indemnes de la fusillade contre leur véhicule à Huwara plus tôt dans la soirée.

« Nous ne devrions pas tolérer les attaques terroristes en Judée et en Samarie », a déclaré Netanyahu jeudi, en utilisant les termes bibliques pour désigner les régions de Cisjordanie, selon un communiqué du Bureau du Premier ministre.

Netanyahu a demandé à Tsahal et au Shin Bet « d’augmenter la défense et les contre-mesures contre les éléments terroristes, en se concentrant immédiatement sur le corridor de Huwara », selon le communiqué.

Jeudi soir, des affrontements entre résidents d’implantations israéliens et des Palestiniens ont éclaté dans la ville. L’armée israélienne a déclaré dans un communiqué que les deux groupes s’étaient lancé des pierres, faisant quelques blessés légers et endommageant des véhicules. Trois Israéliens ont été légèrement blessés dans les affrontements, a rapporté Walla.

Un suspect palestinien a lancé un gros parpaing sur un véhicule appartenant à un Israélien, ce à quoi les soldats israéliens ont répondu en ouvrant le feu, a déclaré l’armée jeudi soir. « Un coup [direct] a été reconnu », a déclaré l’armée. Le suspect a été grièvement blessé, selon les médias israéliens.

L’agence de presse palestinienne Wafa a rapporté qu’un Palestinien avait été grièvement blessé par des tirs des troupes israéliennes à Huwara dans la nuit de jeudi à vendredi, et qu’il avait succombé à ses blessures. Il n’a pas été encore possible de déterminer s’il s’agissait du même incident.

Tsahal avait précédemment annoncé qu’elle avait ordonné la fermeture des magasins palestiniens à Huwara, « dans le but de renforcer le déploiement de la sécurité dans la région ».

Les forces de la police et de la police des frontières ont été renforcées dans la zone, a indiqué l’armée.

Lors de sa rencontre avec les responsables de la Défense, Netanyahu a exigé que le calendrier de construction d’une route de contournement de Huwara – où un certain nombre d’attaques palestiniennes meurtrières contre des Israéliens ont eu lieu cette année – soit divisé par deux, en réponse aux représentants du mouvement pro-implantations qui accusent sa coalition radicale de ne pas avoir réussi à endiguer le terrorisme.

Huwara est depuis longtemps un point ultra-sensible en Cisjordanie, en raison de la présence d’une route principale, la Route 60, qui traverse la ville et qui est régulièrement empruntée par les Israéliens pour se rendre dans les implantation et en revenir.

Les travaux visant à construire une route de contournement pour les résidents d’implantations, afin de leur éviter de passer par la ville, traînent depuis des années.

En février, deux jeunes frères israéliens ont été abattus par un homme armé qui a ouvert le feu à bout portant alors qu’ils circulaient à Huwara. La ville a ensuite été le théâtre d’émeutes provoquées par des résidents d’implantations.

Six mois plus tard, un père et son fils ont été abattus alors qu’ils se trouvaient dans une station de lavage de voitures de la ville par un tireur qui s’est approché à pied. Plusieurs autres personnes, des civils et des soldats, ont été blessées dans des fusillades distinctes à Huwara au cours des dix derniers mois.

Des soldats israéliens déployés sur les lieux où un tireur palestinien a ouvert le feu sur des soldats dans la ville de Huwara, en Cisjordanie, le 25 mars 2023. (Crédit : Majdi Mohammed/AP)

Jeudi, une famille identifiée par les autorités comme un homme et son épouse âgés de 25 ans et leur fille d’un an et demi, roulait sur une route encombrée de Huwara lorsqu’un homme armé s’est approché de la voiture, tirant à plusieurs reprises sur le véhicule qui s’est éloigné en trombe. Aucun blessé n’est à déplorer.

L’assaillant présumé a pris la fuite et a été abattu par les troupes quelques heures plus tard.

Netanyahu a demandé à Tsahal et aux forces de sécurité de lui présenter des mesures supplémentaires pour lutter contre le terrorisme et renforcer la sécurité des résidents israéliens en Cisjordanie. Une réunion sur ces suggestions aura lieu dimanche, selon le communiqué du cabinet du Premier ministre.

Le chef du Conseil régional de Samarie, Yossi Dagan, a critiqué le gouvernement Netanyahu jeudi après la fusillade, déplorant que « le gouvernement de droite échoue à chaque fois à apporter la sécurité aux Israéliens dans le centre du pays ».

« Nous n’accepterons pas une situation dans laquelle, à chaque fois, des terroristes prennent pour cible des Juifs et tentent de les assassiner », a déclaré Dagan dans un communiqué. Il a exigé « un retour immédiat des points de contrôle au cœur de la Samarie » et une opération militaire de grande envergure dans les villes palestiniennes afin d’éradiquer les terroristes.

« Nous attendons des résultats de la part du gouvernement. Nous attendons que notre honneur national soit restauré et nous attendons la sécurité », a-t-il affirmé.

Un législateur du parti d’extrême-droite HaTzionout HaDatit a déclaré qu’il ouvrirait un bureau dans la ville palestinienne en réponse à la dernière fusillade.

Les violences sont en recrudescence dans la région depuis un an et demi, avec une forte augmentation des attaques à l’arme à feu contre les civils et contre les soldats israéliens en Cisjordanie, des raids d’arrestation nocturnes quasi-quotidiens menés par les militaires et une forte hausse des violences commises par les partisans du mouvement pro-implantations à l’encontre des Palestiniens.

Plus tôt dans la journée de jeudi, deux membres du groupe terroriste palestinien du Hamas ont été tués par les troupes israéliennes après avoir ouvert le feu sur un automobiliste israélien près de l’implantation d’Avnei Hefetz. Cette attaque est survenue quelques heures après que cinq agents de la police des frontières ont été blessés, dont trois grièvement, lors d’affrontements avec des Palestiniens armés dans la ville voisine de Tulkarem, en Cisjordanie.

Suite aux affrontements de jeudi, la police a renforcé ses forces en Cisjordanie, a déclaré une source militaire au Times of Israel.

Un homme parlant à des soldats israéliens patrouillant près de la ville de Tulkarem en Cisjordanie après des affrontements entre les forces israéliennes et des tireurs palestiniens, le 5 octobre 2023. (Crédit : Zain Jaafar/AFP)

Depuis le début de l’année, les attaques palestiniennes en Israël et en Cisjordanie ont fait 27 morts parmi les civils et trois parmi les soldats, et plusieurs autres ont été gravement blessés.

Selon le Times of Israel, 193 Palestiniens de Cisjordanie et Jérusalem-Est ont été tués au cours de la même période, la plupart lors d’affrontements avec les forces de l’ordre ou d’attaques, sans oublier les civils non impliqués et autres victimes tués dans des circonstances peu claires, parfois par des résidents d’implantations israéliens armés.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.