Suspension de la licence d’Unilever après la vente de céréales contaminées à la salmonelle
Rechercher

Suspension de la licence d’Unilever après la vente de céréales contaminées à la salmonelle

240 paquets ont pu être vendus ; le ministère de la Santé a ordonné des inspections quotidiennes à l’usine jusqu’à la fin de la peur de la contamination

Céréales de la marque Telma, qui a récemment rappelé des centaines de paquets de céréales après la découverte de salmonelle dans ses produits, en août 2016. Illustration. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Céréales de la marque Telma, qui a récemment rappelé des centaines de paquets de céréales après la découverte de salmonelle dans ses produits, en août 2016. Illustration. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Le ministère de la Santé a annoncé dimanche avoir suspendu la licence de production accordée à la multinationale Unilever, après la découverte de céréales contaminées à la salmonelle qui ont pu être vendues à des consommateurs israéliens.

Le ministère a déclaré dans un communiqué avoir mené une inspection de l’usine d’Arad, avec la coopération totale de la compagnie, et avoir découvert qu’Unilever avait été négligent, mais pas criminel, dans la gestion de son usine du sud d’Israël.

« Il y a eu une série d’erreurs par négligence, et pas un incident avec une intention malveillante par la direction de la compagnie et les procédures de contrôle qualité », est-il écrit dans le communiqué.

L’entreprise avait initialement refusé d’avertir le public, déclarant que les céréales contaminées n’avaient jamais quitté l’usine. Cependant, selon la Dixième chaîne, une inspection menée vendredi matin chez Unilever avait montré que 240 paquets de céréales contaminées n’étaient ni dans les rayons des supermarchés, ni dans les entrepôts, et auraient été vendus par la chaîne Shufersal dans tout le pays. Les paquets proviendraient de la même livraison que le paquet contaminé qui avait déclenché le premier rappel.

Le ministère a déclaré que l’enquête était en cours, et que la source de contamination bactérienne n’avait pas encore été identifiée.

« Etant donné l’incident, et en accord avec l’audition, la licence de bonne pratique de production de la compagnie a été suspendue jusqu’à ce qu’un certain nombre de corrections et de déclarations soit mené », a annoncé le ministère. Il n’y a que 80 usines qui possèdent cette licence en Israël. Le ministère a annoncé qu’il continuerait ses inspections quotidiennes de l’usine jusqu’à la résolution de l’affaire.

La commission de contrôle de l’Etat de la Knesset va convoquer une réunion urgente sur le sujet mardi, pendant les vacances parlementaires, pour demander une enquête sur l’échec apparent du ministère de la Santé à empêcher la distribution de céréales contaminées.

La présidente de la commission de contrôle de l’Etat, la députée Karin Elharar (Yesh Atid), a déclaré qu’ « Israël ne peut pas se fier aux déclarations volontaires des entreprises. Le ministère de la Santé doit examiner les lignes de production. Nous voulons demander quel a été le rôle du ministère de la Santé dans ceci. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...