Syrie : tirs de la défense antiaérienne après des raids attribués à Israël
Rechercher

Syrie : tirs de la défense antiaérienne après des raids attribués à Israël

Une porte-parole de l'armée israélienne a refusé de commenter "des informations des médias étrangers"

Une explosion dans la ville de Homs, attribuée à des frappes israéliennes, le 5 mars 2020. (Capture d'écran Twitter)
Une explosion dans la ville de Homs, attribuée à des frappes israéliennes, le 5 mars 2020. (Capture d'écran Twitter)

La défense antiaérienne de l’armée syrienne est entrée en action mardi après des tirs de missiles attribués à « l’aviation israélienne » contre des cibles dans le centre de la Syrie, a rapporté l’agence de presse officielle syrienne Sana.

L’agence ne précise pas la nature des positions visées en soirée dans la province de Homs, mais affirme que « la défense antiaérienne a abattu un certain nombre de missiles avant qu’ils n’atteignent leurs cibles ».

Depuis le début en 2011 du conflit en Syrie voisine, Israël a mené de nombreux raids en Syrie contre les forces du régime syrien mais aussi contre celles de ses alliés, l’Iran et le groupe terroriste du Hezbollah libanais, des ennemis de l’Etat hébreu.

« L’aviation militaire israélienne a tiré plusieurs missiles en direction de l’est de Homs », a indiqué une source militaire citée par Sana, en précisant que les tirs avaient été menés depuis l’espace aérien du Liban voisin.

L’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) a aussi fait état des raids israéliens en affirmant qu’ils avaient pris pour cible « l’aéroport militaire d’Al-Chaayrate ». Des forces iraniennes sont présentes sur cet aéroport selon l’ONG.

Contactée par l’AFP, une porte-parole de l’armée israélienne a refusé de commenter « des informations des médias étrangers ».

L’Etat hébreu, qui confirme rarement ses opérations en Syrie, martèle régulièrement qu’il ne laissera pas la Syrie devenir la tête de pont de Téhéran.

Début mars, Sana a fait état de tirs de missiles israéliens dans le sud et le centre du pays. Selon l’OSDH, deux aéroports militaires, dont celui d’Al-Chaayrate, avaient été alors pris pour cible.

Ces derniers mois, les frappes imputées à Israël ont visé en Syrie des positions où sont stationnées des forces iraniennes ou des combattants du Hezbollah, faisant parfois des morts selon l’OSDH.

Le chef de l’armée de l’air israélienne, le général de division Amikam Norkin, s’exprime lors de la conférence de l’aviation israélienne à Airport City,le 2 mai 2018. (Crédit : Tomer Neuberg/FLASH90)

Le général Amikam Norkin, chef de l’Armée de l’Air, a déclaré mardi aux hauts-gradés que l’Armée de l’Air doit à la fois défendre l’espace aérien du pays et protéger la santé des soldats en service, dans le contexte de l’épidémie de coronavirus.

« C’est un événement historique qui se produit une fois tous les 100 ans. L’armée [de l’Air] est passée en état d’urgence », a déclaré Norkin aux hauts-gradés dans une visio-conférence.

« Nous avons procédé à des adaptations et des modifications importantes sur notre manière d’opérer. Nous sommes attentifs à notre personnel et nous prendrons soin de leur santé. Nous aiderons autant que possible dans l’effort national et civil pour combattre ce virus. Nous continuerons à défendre le ciel de la nation. Et nous serons préparés au niveau opérationnel », a-t-il dit.

Déclenché par la répression de manifestations pro-démocratie, le conflit en Syrie s’est complexifié avec l’intervention de plusieurs acteurs étrangers. Il a fait plus de 380 000 morts.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...