Rechercher

Tel Gezer, la forteresse cananéenne de la Bible qui a résisté

Dans un parc de 13 000 ha, ce site biblique dont l’emplacement a été confirmé par des preuves écrites, est ouvert à tous et abrite des strates d'histoire qui remonte au roi Salomon

  • Vue panoramique du parc national de Tel Gezer. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
    Vue panoramique du parc national de Tel Gezer. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
  • Vestiges d'une porte datant de l'époque du roi Salomon à Tel Gezer. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
    Vestiges d'une porte datant de l'époque du roi Salomon à Tel Gezer. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
  • Alors que l'original se trouve dans un musée à Istanbul, cette réplique fidèle de la pierre de la frontière de Guézer se trouve sur le mur de la maison du XIXe siècle construite par le missionnaire et architecte Conrad Schick pour sa famille. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
    Alors que l'original se trouve dans un musée à Istanbul, cette réplique fidèle de la pierre de la frontière de Guézer se trouve sur le mur de la maison du XIXe siècle construite par le missionnaire et architecte Conrad Schick pour sa famille. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
  • Chambres à battants cananéennes construites dans le mur de la ville pour assurer une double protection aux habitants de Tel Gezer. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
    Chambres à battants cananéennes construites dans le mur de la ville pour assurer une double protection aux habitants de Tel Gezer. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
  • Vestiges d'une ville israélite datant de l'époque du roi Salomon à Tel Gezer. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
    Vestiges d'une ville israélite datant de l'époque du roi Salomon à Tel Gezer. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
  • Un tombeau dans le quartier de Silwan à Jérusalem, connu depuis des siècles comme le tombeau de la fille du Pharaon. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
    Un tombeau dans le quartier de Silwan à Jérusalem, connu depuis des siècles comme le tombeau de la fille du Pharaon. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
  • Aujourd'hui, les visiteurs peuvent descendre les 175 marches menant à la source d'eau cananéenne vieille de 4 000 ans. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
    Aujourd'hui, les visiteurs peuvent descendre les 175 marches menant à la source d'eau cananéenne vieille de 4 000 ans. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
  • Vue panoramique du parc national de Tel Gezer. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
    Vue panoramique du parc national de Tel Gezer. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
  • L'entrée et la vue du point d'observation du parc national de Tel Gezer. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
    L'entrée et la vue du point d'observation du parc national de Tel Gezer. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
  • Pierres dressées verticales cananéennes à Tel Gezer (Crédit : Shmuel Bar-Am)
    Pierres dressées verticales cananéennes à Tel Gezer (Crédit : Shmuel Bar-Am)
  • Vue panoramique du parc national de Tel Gezer. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
    Vue panoramique du parc national de Tel Gezer. (Crédit : Shmuel Bar-Am)

Il est rare que les archéologues et les historiens disposent de preuves écrites permettant d’identifier avec certitude un lieu en Terre Sainte qui est mentionné dans la Bible. C’est pourquoi l’inscription rupestre découverte à Tel Jazer au début des années 1870 a fait grand bruit : les mots écrits sur le rocher, en hébreu ancien, étaient les suivants : « Frontière de Gezer ». Au fil des ans, de nombreuses autres pierres délimitant le territoire de Guézer ont été retrouvées sur le Tel, ou colline.

Le mot « Gezer » apparaît plus d’une douzaine de fois dans la Bible. Sa troisième mention est dans le contexte des territoires assignés aux Israélites qui, après l’Exode et un séjour de 40 ans dans le désert, étaient prêts à s’installer sur la terre promise par Dieu. Mais cette Terre Promise, où coulaient le lait et le miel, était aussi truffée de villes cananéennes qui ont résisté à l’invasion des Israélites. Et si les Israélites ont réussi à conquérir un certain nombre de villes cananéennes, plusieurs autres n’ont pas capitulé.

L’une d’entre elles était Gezer, que Josué avait assignée à la tribu d’Ephraïm. Ville grande et importante, Gezer faisait partie de l’empire égyptien et était gouvernée par des hommes qui avaient des échanges fréquents avec les pharaons. Ce n’est que sous le règne du roi Salomon, des centaines d’années après l’échec de la prise de la ville par les Israélites, que Gezer est passée sous le contrôle des Israélites. Et encore, cela ne s’est produit que parce que le pharaon régnant a dévasté la ville, tué ses habitants et offert Gezer en guise de cadeau au roi Salomon lorsque le monarque israélite a épousé sa fille.

À l’exception d’une petite tentative d’agriculture au XIXe siècle, Gezer a été pratiquement abandonnée pendant au moins deux millénaires. Ses ruines s’étendent sur 13 000 hectares et sont englobées dans le parc national de Tel Gezer.

Vue panoramique du parc national de Tel Gezer. (Crédit : Shmuel Bar-Am)

Tel Gezer est spécial. Non seulement c’est l’un des plus grands sites de ce type dans le pays, mais il est ouvert toute la journée et les visiteurs ne doivent pas payer pour y découvrir ses vestiges. Il abrite également une porte qui date de l’époque où Salomon enrôlait de force des ouvriers pour reconstruire la ville. En fait, à l’exception d’infimes disparités dues aux différences de terrain, elle est identique aux portes de deux autres villes que Salomon a décidé de reconstruire : Megiddo et Hazor (1 Rois 9:15).

On peut présumer que le roi Salomon, plein d’énergie, parcourait le pays pour surveiller l’évolution de tous ses projets extravagants (il a également construit un palais et un temple). Il est donc fort possible que les visiteurs, une fois le seuil franchi, marchent sur des pierres foulées par le roi le plus sage d’Israël.

Chaque année, en hiver et au printemps, une étonnante collection de fleurs sauvages fleurit sur tout le site de Tel. En été, il est envahi par une végétation sèche et envahissante. Il y a quelques mois, malgré un incendie, déclaré à Tel Gezer, les ruines archéologiques ont été complètement épargnées et les seules traces des flammes étaient les mauvaises herbes noircies témoignant de la désolation estivale habituelle. Au printemps prochain, le terrain devrait à nouveau être couvert de fleurs multicolores.

Grâce aux récents travaux de rénovation, le parc est désormais desservi par une bonne route et le sentier qui traverse le Tel est beaucoup plus facile à parcourir que par le passé (même s’il reste un peu rocailleux et que les visiteurs doivent rester vigilants). En outre, depuis l’année dernière, les bons marcheurs peuvent atteindre le plus grand système d’eau cananéen jamais découvert.

Le long du sentier, la tour cananéenne de Tel Gezer est la plus grande fortification de ce type en Israël. Construite pour protéger la zone de la Porte de la ville cananéenne, elle mesurait 16 mètres de large et 15 mètres de haut à l’époque de sa construction.

Vestiges de la porte cananéenne de Tel Gezer (Crédit : Shmuel Bar-Am)

Aujourd’hui, il ne reste que cinq mètres in situ, les 10 mètres supérieurs, probablement construits en briques crues, n’ont pas survécu aux éléments. Des salles de réception, des centres militaires et/ou administratifs, ou même une maison pour le gouverneur, se trouvaient probablement dans la tour.

Les murs à battants cananéens, pièces ou maisons construites dans le mur de la ville pour assurer une double protection aux habitants, sont facilement visibles depuis le sentier.

Et comme si la roche de la frontière de Gezer ne suffisait pas à prouver qu’il s’agit bien de la ville biblique, il y reste encore des vestiges de destruction datant des années autour de 950 avant l’ère commune, soit exactement l’époque où, selon la Bible, le pharaon égyptien a rasé la ville.

La plupart des experts pensent que le système d’eau cananéen situé à proximité a été creusé dans le calcaire il y a environ 4 000 ans. Il s’agit du plus ancien et probablement du plus grand système de ce type au Moyen-Orient.

Chambres à battants cananéennes construites dans le mur de la ville pour assurer une double protection aux habitants de Tel Gezer. (Crédit : Shmuel Bar-Am)

Les habitants devaient descendre dans un puits de 40 mètres pour atteindre la source souterraine.

Depuis les travaux de rénovation, les visiteurs peuvent désormais descendre les 175 marches qui mènent à l’eau.

Plus loin sur le sentier, dans une petite vallée située entre différentes parties du Tel, se dressent 10 rochers monolithiques. Bien que cette partie du Tel soit aujourd’hui plutôt isolée, du temps où Gezer était une ville cananéenne florissante, il semblerait que c’eût été le centre religieux de la société cananéenne. Une structure à colonnades avec des toits décoratifs, des colonnes et des zones rituelles auraient entouré les monolithes, souvent appelés Pierres Dressées.

Personne ne peut affirmer avec certitude ce qui aurait amené les Cananéens à construire ce site. L’érection de piliers pour commémorer une expérience religieuse semble avoir été une tradition chez de nombreux peuples du Moyen-Orient. Les Israélites ont eux aussi commémoré leur unité après avoir reçu la loi de Moïse en érigeant des pierres dressées :
« [Moïse]… construisit un autel au pied de la montagne et dressa 12 piliers de pierre représentant les 12 tribus d’Israël. » (Exode, 24:4)

Aujourd’hui, les visiteurs peuvent descendre les 175 marches menant à la source d’eau cananéenne vieille de 4 000 ans. (Crédit : Shmuel Bar-Am)

S’il est possible que les Cananéens aient préparé le site pour accueillir une réunion entre les chefs des différentes cités-États de la région, il est beaucoup plus probable que des actes de prostitution rituelle aient eu lieu dans le temple. Gezer a toujours été une communauté agricole et ses déesses représentaient la fertilité ; l’apaisement des dieux était censé se traduire par des moutons plus gras et de meilleures récoltes.

La ville israélite est la dernière sur la piste. Les pierres de chaque côté de la porte sont d’un style appelé maçonnerie en pierre de taille, où les pierres sont taillées dans une forme et une taille uniformes.

Au cours de fouilles menées il y a plus de cent ans, l’archéologue R.A. Macalister a découvert une partie de la porte et a cru qu’elle provenait d’un palais des Maccabées (Hasmonéens). Mais le célèbre homme d’État et archéologue Yigael Yadin était familier avec le passage biblique de Rois, et avait entendu parler de portes similaires à Megiddo et Hazor. Il a examiné le site de plus près et en 1958, il a déclaré qu’il s’agissait d’une porte solomonique (elle a été découverte dans son intégralité quelques années plus tard). Un seul et même architecte a probablement conçu les portes des trois sites.

Sous la rue, entre les deux côtés de la porte, se trouvait un égout, dont la tranchée est encore visible aujourd’hui. À l’époque, bien sûr, il était recouvert d’une allée de pierre.

Pierres dressées verticales cananéennes à Tel Gezer (Crédit : Shmuel Bar-Am)

De chaque côté de la porte se trouvent trois salles de garde, l’une d’entre elles, la plus proche de l’entrée, abrite un abreuvoir qui a pu servir aux hommes, aux animaux ou aux deux. Une autre salle de garde est entourée de bancs, peut-être pour que puissent s’y asseoir les juges, les prophètes ou tout autre personne qui passait près de la porte.

La découverte d’un objet unique à Tel Gezer illustre le lien tangible entre le passé et le présent. Connu sous le nom de calendrier de Gezer, il contient le plus ancien spécimen connu d’écriture hébraïque. Il énumère les huit périodes de l’année agricole. La tablette de pierre sur laquelle il est inscrit indique également la tâche associée à chacune des étapes. Les agriculteurs des kibboutzim voisins trouvent ce calendrier particulièrement pertinent car il prouve que leurs ancêtres faisaient cultiver les mêmes produits à l’époque qu’aujourd’hui, et transformaient le même vin.

Vestiges d’une ville israélite datant de l’époque du roi Salomon à Tel Gezer. (Crédit : Shmuel Bar-Am)

Pour savoir comment vous rendre au parc national de Tel Gezer, consultez Google ou Waze, ou n’hésitez pas à nous écrire à l’adresse israeltravels@gmail.com.

Aviva Bar-Am est l’auteur de sept guides en langue anglaise sur Israël.

Shmuel Bar-Am est un guide touristique agréé qui propose des visites privées et personnalisées en Israël pour les particuliers, les familles et les petits groupes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.