Rechercher

Tensions à Jérusalem : Un chauffeur de bus raconte un trajet sous les pierres

La tension demeure autour de la Porte de Damas, point névralgique de la Vieille Ville, au lendemain d'une violente éruption au cours de laquelle des émeutiers ont attaqué des bus

La police arrête un jeune Palestinien devant la porte de Damas, près de la vieille ville de Jérusalem, le 20 octobre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
La police arrête un jeune Palestinien devant la porte de Damas, près de la vieille ville de Jérusalem, le 20 octobre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les tensions autour de la Vieille Ville de Jérusalem étaient toujours vives mercredi, un jour après que la colère qui couvait a explosé – en devenant les pires combats observés depuis des mois près de la Porte de Damas, dans ce qu’un chauffeur de bus pris dans la violence a appelé une « zone de guerre ».

En rupture avec les affrontements intenses des jours précédents, la journée de mercredi n’a été marquée que par de nouvelles violences sporadiques sur le site de la ligne de démarcation entre Jérusalem-Est et Jérusalem-Ouest.

Des vidéos largement diffusées sur les réseaux sociaux montrent des policiers malmenant et bousculant un jeune garçon qui se dispute avec la police.

Une forte présence policière a été observée autour de la porte et d’une place adjacente très fréquentée, les autorités cherchant à réprimer les jours de combats entre Palestiniens et Israéliens, et entre Palestiniens et les policiers, qui ont culminé avec les affrontements de mardi.

La police a également été déployée pour protéger un groupe de législateurs du parti d’extrême droite Sionisme religieux qui s’est rendu dans la zone dans le cadre d’une démonstration provocante mercredi.

« Jérusalem est à nous, au peuple d’Israël pour toujours et à jamais, les émeutiers ne peuvent pas porter atteinte à notre capitale éternelle », a déclaré le chef du parti, Bezalel Smotrich.

Mardi, 22 personnes ont été arrêtées et 17 blessées lors d’émeutes à la Porte de Damas au cours desquelles des résidents arabes de Jérusalem-Est ont lancé des pierres sur la police et les bus de la ville qui passaient.

Trois bus ont été endommagés lors de ces attaques.

Le chauffeur de bus Yehezkel Shmueli a déclaré qu’il avait crié aux passagers de se coucher sur le sol alors que le véhicule passait la Porte de Damas et était la cible d’un déluge de pierres.

« Il y avait des cris, des pleurs, un traumatisme », a-t-il déclaré à la Douzième chaîne.

« Les gens voyaient la mort arriver », a déclaré Shmueli. « C’était une zone de guerre ».

Capture d’écran de la vidéo du chauffeur de bus Egged Yehezkel Shmueli. (Crédit : la Treizième chaîne )

Il a raconté à la Treizième chaîne qu’il a été frappé par du verre au visage lorsqu’une pierre a brisé une fenêtre, ce qui l’a conduit à appuyer sur le gaz « pour échapper à cet enfer. »

Le chauffeur a déclaré qu’il était conscient qu’il y avait eu des incidents de jets de pierres dans le secteur de la Porte de Damas plus tôt dans la journée, mais on lui a dit que la police était arrivée sur les lieux et allait sécuriser le périmètre pour que le bus puisse circuler.

Ils ont envoyé une personne dans un champ de mines et lui ont dit : « Priez pour ne pas marcher sur une mine », a déclaré Shmueli, qui a été touché au ventre et à la jambe par des pierres.

Un passager a également été légèrement blessé.

La compagnie de bus Egged, qui gère les bus de la ville de Jérusalem, a déclaré en réponse qu’elle « fait confiance à la police israélienne pour faire tout ce qui est en son pouvoir pour calmer les esprits et rétablir le calme à la Porte de Damas. »

Capture d’écran de la vidéo d’un bus israélien endommagé lors d’émeutes par des Palestiniens à la porte de Damas de la vieille ville de Jérusalem, le 19 octobre 2021. (la Treizième chaîne)

Lors d’un autre incident, des policiers en civil sont intervenus pour arrêter l’un de ceux qui jetaient des pierres, mais ils ont eux-mêmes été attaqués.

L’un des agents, craignant que la situation ne devienne dangereuse, a sorti son pistolet et tiré des coups de feu en l’air. Une vidéo de la fusillade a été diffusée sur les réseaux sociaux.

Les tensions à Jérusalem entre les Palestiniens et Tsahal sont en hausse depuis début octobre. Les deux parties se sont affrontées à plusieurs reprises près de la porte de Damas, ce qui a conduit à des « dizaines d’arrestations » au cours des dernières semaines, selon la police israélienne.

Selon un porte-parole de la compagnie de bus Egged, « des dizaines de bus » ont été endommagés au cours des dernières semaines en raison des jets de pierres palestiniens dans la zone.

La cause de la violence n’est pas claire, mais mardi, les Palestiniens ont déclaré que les affrontements ont été déclenchés après que la police a bloqué un rassemblement annuel dans et autour de la Porte de Damas pour marquer l’anniversaire du prophète Mahomet.

La Douzième chaîne, cependant, a rapporté que la police pense que des jeunes qui s’ennuient et qui cherchent à s’amuser alors que les écoles de Jérusalem-Est sont fermées pour les vacances, se sont enflammés sur les réseaux sociaux et ont ensuite affronté Tsahal.

Les 22 personnes arrêtées au cours des émeutes étaient des mineurs, selon la chaîne.

Le leader du parti sioniste religieux et député Bezalel Smotrich, au centre, flanqué d’autres législateurs de partis d’extrême droite, visite la porte de Damas dans la vieille ville de Jérusalem, le 20 octobre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La police a utilisé des gaz lacrymogènes et des grenades aveuglantes contre les manifestants. Les canons de la police ont également pulvérisé à plusieurs reprises de l’eau de putois nauséabonde dans les rues et sur la place près de l’arche dans le but de disperser les émeutiers palestiniens.

Ces affrontements sont parmi les pires depuis le mois de mai, lorsque les violences dans cette zone tendue qu’est la Vieille Ville ont contribué à déclencher une guerre de onze jours entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...