Rechercher

Texas : Une école interdit une adaptation du journal d’Anne Frank et d’autres livres

Le conseil d'administration d'une école du secteur de Fort Worth, dont les membres sont majoritairement conservateurs, ont retiré tous les livres contestés par les parents

Le livre "Anne Frank's Diary: The Graphic Adaptation" (Autorisation : Anne Frank Fonds)
Le livre "Anne Frank's Diary: The Graphic Adaptation" (Autorisation : Anne Frank Fonds)

JTA – Une école de district de la banlieue de Fort Worth, au Texas, a ordonné à ses bibliothécaires d’enlever de leurs rayons et de ses ordinateurs de l’établissement une adaptation illustrée du Journal d’Anne Frank, ainsi que la Bible et des dizaines d’autres livres qui avaient été remis en cause par des parents d’élèves, l’année dernière.

Cette purge survenue à la Keller Independent School District de Keller, au Texas, a été demandée par une responsable du district dans un courriel, dont une copie a été obtenue par JTA. Une autre copie du courriel a aussi circulé sur les réseaux sociaux.

« J’ai besoin que tous ces livres soient retirés de la bibliothèque et des salles de classe d’ici la fin de la journée », écrit dans le courriel Jennifer Price, la directrice des programmes et de l’instruction de l’établissement scolaire.

C’est le plus récent exemple de retrait de livres effectué dans les écoles pour le compte de parents se battant au nom de l’idéologie conservatrice et de membres des conseils scolaires qui contestent une série d’ouvrages en raison de leurs contenus trop « progressistes » – LGBT-Friendly ou liés à la « théorie critique de la race », par exemple. Certains livres présentant des thématiques juives ont été pris au piège de cette bataille idéologique dans le passé.

« C’est dégoûtant. C’est dévastateur. C’est l’interdiction pure et simple des livres qui est aujourd’hui légitimée, il n’y a rien à faire », confie à JTA Laney Hawes, mère de quatre enfants dans le district de Keller, évoquant le courriel. « Je me sens mal pour les enseignants et pour les bibliothécaires ».

Anne Frank’s Diary: The Graphic Adaptation, un ouvrage qui a été conçu par le réalisateur israélien Ari Folman et par l’illustrateur David Polonsky, est une adaptation parue en 2019 du journal intime bestseller qui avait été écrit par l’adolescente, assassinée pendant la Shoah. Le New York Times avait évoqué un livre « si intéressant et si efficace qu’il est facile d’imaginer qu’il puisse remplacer le Journal original dans les classes et auprès des jeunes lecteurs ».

La contestation des parents concernant cette adaptation d’Anne Frank avait été rendue publique au mois de février et le district l’avait initialement rejetée. Hawes, qui n’est pas elle-même juive, figure sur la liste de parents susceptibles d’être appelés à la rescousse dans le cadre d’une commission qui est chargée d’examiner les récriminations au sujet des livres.

« Et quand on nous a présenté le journal d’Anne Frank, on a tous pensé : ‘C’est une blague.’ Mais ce n’en était pas une », déplore Hawes, qui ajoute que la plainte était que l’ouvrage « ne doit pas être lu sans la supervision d’un parent ».

Elle soupçonne que les parents puissent avoir été gênés par les références faites à l’appareil génital féminin, à l’homosexualité et autres sujets sexuels, qui ont pu être considérés lors de plaintes parentales antérieures comme des références « pornographiques ». Mais elle dit ne pas toutefois en avoir la certitude dans la mesure où aucun parent ayant demandé le retrait du livre ne s’est présenté lors des réunions de commission.

Des journalistes photographient le musée Anne Frank rénové, à Amsterdam, le 21 novembre 2018. (Crédit : AP/Peter Dejong)

La commission de Hawes a décidé de réautoriser le livre dans l’établissement, pensant alors que c’était la fin de la saga. Mais après les élections au conseil de l’école, au mois de mai, des activistes de droite soutenus par les fonds de campagne d’un PAC qui était affilié à la firme de téléphonie cellulaire conservatrice Patriot Mobile ont obtenu la majorité. Et les nouveaux élus réécrivent aujourd’hui les directives permettant de répondre aux plaintes des parents, et ils ont donné l’ordre que tous les livres ayant fait, l’année dernière, l’objet d’une contestation soient retirés de la bibliothèque.

« A l’heure actuelle, l’administration de l’ISD Keller demande aux personnels et aux bibliothécaires de réexaminer les livres ayant fait l’objet d’une plainte, l’année dernière, pour déterminer s’ils répondent aux exigences des nouvelles directives », a commenté le district auprès de la JTA. « Les livres qui respectent les nouvelles directives retourneront sur les rayons des bibliothèques de l’établissement dès qu’il sera confirmé qu’ils sont bien conformes à la nouvelle politique qui a été mise en place ».

Le district n’a pas mentionné le Journal d’Anne Frank, ni la Bible, un ouvrage qui a été aussi au cœur des contestations l’année dernière et qui devrait, en conséquence, disparaître de l’école.

Parmi les autres livres concernés, The Bluest Eye, de Toni Morrison, Fun Home d’Alison Bechdel et So You’ve Been Publicly Shamed, de Jon Ronson.

Les livres interdits ailleurs sont visibles à la Central Library qui est une branche du système de la Brooklyn Public Library à New York City, une photo prise le 7 juillet 2022. (Crédit : AP/Ted Shaffrey)

Le district n’a donné aucun calendrier concernant la mise en œuvre de la nouvelle politique de réexamen. Selon les règles actuelles, les employés ou « les résidents du district » sont en droit de contester n’importe quel ouvrage « sur la base de son caractère approprié ».

Le district de Keller a fait l’objet d’une enquête, en 2021, de l’Agence d’éducation du Texas – une enquête pendant laquelle le gouverneur républicain Greg Abbott avait prétendu que le district mettait à disposition des enfants des livres « sexuellement explicites ».

« Ce groupe de membres élus au conseil de notre école, et les parents fous qui se trouvent derrière eux ont décidé que les commissions devaient nécessairement être manipulées », explique Hawes, évoquant des parents se rendant aux conseils de l’école en déplorant des « complots » visant « à prendre le contrôle des établissements scolaires publics », et portant des tee-shirts avec l’inscription « Alex Jones was right ».

Alex Jones, qui est proche des milieux américains les plus conservateurs, a fait fortune en diffusant des théories du complot sur son site Infowars.

Capture d’écran non-datée de l’animateur d’Infowars, Alex Jones. (Capture d’écran : Vimeo)

Hawes, qui indique être devenue l’activiste officieuse des enseignants et des bibliothécaires du district qui ne se sentent plus en sécurité parce qu’ils dénoncent les politiques mises en vigueur, note avoir été contactée par plus d’une dizaine de personnels de l’éducation dans la matinée où l’existence du courriel a été révélée.

Une enseignante l’a appelée au téléphone en sanglotant. « Elle m’a dit : Je ne peux même plus les laisser lire ‘Le Journal d’Anne Frank’, » raconte-t-elle.

Cet article contient des liens affiliés. Si vous utilisez ces liens pour acheter un produit, le Times of Israel touchera une commission sans aucun coût supplémentaire pour vous.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...