Israël en guerre - Jour 228

Rechercher

Tirs nourris de roquettes sur le centre et le sud ; 300 000 réservistes mobilisés

5 blessés par des roquettes à Ashkelon et Ashdod ; l'armée revendique le contrôle de toutes les villes frontalières, mais dit qu'il peut encore rester des terroristes

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Un habitant d'Ashkelon et son fils se mettant à l'abri après qu'une roquette tirée depuis la bande de Gaza par des terroristes palestiniens ait touché un bâtiment dans la ville du sud, le 9 octobre 2023. (Crédit : Chaim Goldberg/Flash90)
Un habitant d'Ashkelon et son fils se mettant à l'abri après qu'une roquette tirée depuis la bande de Gaza par des terroristes palestiniens ait touché un bâtiment dans la ville du sud, le 9 octobre 2023. (Crédit : Chaim Goldberg/Flash90)

Cinq personnes ont été blessées lundi, dont deux grièvement, lorsque des barrages de roquettes ont été tirés par des terroristes de la Bande de Gaza sur des villes du sud et du centre d’Israël, dont une qui a explosé près de l’aéroport international Ben Gurion.

Le service de secours du Magen David Adom (MDA) a déclaré avoir soigné quatre personnes blessées à Ashkelon par des impacts de roquettes, dont un homme de 75 ans dans un état grave, deux hommes de 55 et 30 ans dans un état modéré, et une personne légèrement blessée.

À Ashdod, MDA a déclaré que ses secouristes avaient soigné une femme d’une cinquantaine d’années grièvement blessée par l’impact d’une roquette.

Des sirènes ont été entendues à Jérusalem, Tel Aviv, Herzliya et Raanana et jusqu’à Baqa al-Gharbiyye au nord.

C’est la première fois depuis samedi que des sirènes ont été entendues dans plusieurs de ces localités.

Il y a eu de multiples explosions, causées soit par des impacts, soit par des interceptions par le système de défense anti-missile Dôme de fer.

Une roquette est tombée dans une zone ouverte près de l’aéroport Ben Gurion. Cependant, l’aéroport a déclaré qu’il fonctionnait normalement.

Ces tirs de roquettes ont eu lieu un jour après qu’Israël a officiellement déclaré l’état de guerre, alors que le bilan de l’assaut meurtrier du Hamas a dépassé les 800 morts et devrait encore s’alourdir, le sort de plus d’une centaine de personnes enlevées et emmenées dans la Bande de Gaza n’étant toujours pas clair.

Parallèlement à l’invasion, menée par des terroristes à bord de convois de camionnettes et de motos ainsi que de hors-bords et de planeurs motorisés, les terroristes gazaouis ont tiré des milliers de roquettes sur Israël, touchant des maisons à Tel Aviv et ailleurs.

Parmi les 700 morts, on compte au moins 73 soldats, dont des officiers supérieurs, et 34 policiers.

Le nombre de blessés n’a cessé d’augmenter. Le ministère de la Santé a déclaré qu’à partir de lundi matin, 2 382 personnes avaient été traitées dans les hôpitaux, dont 22 dans un état critique et des centaines d’autres luttant pour leur vie.

Les craintes que des terroristes puissent encore se promener librement dans le pays sont restées vives, ce qui a mis une grande partie du pays sur le qui-vive.

Le principal porte-parole de l’armée a déclaré lundi que les troupes israéliennes avaient repris le contrôle de toutes les villes situées à la frontière de Gaza, mais que des terroristes pouvaient encore se trouver en territoire israélien. Peu après, Tsahal a déclaré que les soldats avaient tué un terroriste palestinien dans le kibboutz Kfar Azza, près de la frontière avec la Bande de Gaza.

La famille et les amis assistant aux funérailles du soldat israélien, David Shila, au cimetière militaire du mont Herzl, à Jérusalem. (Crédit : Noam Revkin Fenton /Flash90)

« Les échanges de tirs se poursuivent entre nos forces et les terroristes », a déclaré l’armée israélienne dans un bref communiqué.

Les échanges de tirs entre les militaires israéliens et les terroristes palestiniens retranchés ont fait rage tout au long de la journée de samedi et de dimanche. L’armée s’est lentement remise de son choc et a tué et capturé de nombreux assaillants, après de longues heures au cours desquelles les hommes armés ont ravagé les villes.

Le contre-amiral Daniel Hagari a déclaré que les incidents survenus lundi matin entre les troupes et les terroristes palestiniens étaient « isolés ».

Hagari a déclaré que dans le Conseil régional de Shaar HaNegev, trois terroristes ont été tués par les troupes ; à Beeri un terroriste a été tué ; à Holit et Sufa, cinq terroristes ont été tués ; et à Alumim, quatre terroristes ont été tués.

Des soldats prenant position dans la ville méridionale de Sderot, le 8 octobre 2023. (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)

« Il est possible qu’il y ait encore des terroristes dans la région », a déclaré Hagari, mais il a ajouté qu’il n’y avait pas de combats en cours dans aucune des villes.

Certains des terroristes se trouvaient en Israël depuis l’attaque préliminaire de samedi, tandis que d’autres ont franchi la frontière au cours des deux derniers jours.

Hagari déclare que les brèches dans la barrière frontalière de Gaza seront physiquement sécurisées par des chars soutenus par des hélicoptères de combat et des drones.

Il a indiqué que l’armée avait évacué 15 des 24 villes situées à la frontière et qu’elle continuerait à évacuer les autres dans le courant de la journée de lundi, mais que la ville de Sderot ne serait pas évacuée à ce stade.

Par ailleurs, Hagari a indiqué que quelque 4 400 roquettes ont été lancées en direction d’Israël depuis le début de l’assaut, samedi matin.

En ce qui concerne le recrutement des réservistes, Hagari a déclaré que Tsahal « n’a jamais mobilisé autant de réservistes aussi rapidement – 300 000 réservistes en 48 heures ».

Il s’agit de la plus grande mobilisation depuis la Guerre de Kippour en 1973, lorsqu’Israël avait appelé 400 000 réservistes.

Pendant ce temps, Tsahal a continué à mener des frappes aériennes, l’armée affirmant qu’elle frappait des cibles appartenant au groupe terroriste palestinien du Hamas.

Des réservistes militaires arrivent près de la frontière avec le Liban, dans le nord d’Israël, le 7 octobre 2023. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)

Une grande vague de frappes a été menée cette nuit dans le cadre de ses efforts pour « dévaster les capacités du Hamas », deux jours après que le groupe terroriste a déclenché un massacre d’une ampleur sans précédent en Israël, tuant au moins 700 civils et membres du personnel de sécurité au cours de la journée la plus meurtrière de l’Histoire du pays.

Toutefois, la présence de plus de 100 otages israéliens à Gaza pourrait compliquer les plans israéliens de contre-attaque à grande échelle sur Gaza.

Le porte-parole des Brigades Ezzedine al-Qassam du Hamas, connu sous le nom de guerre d’Abu Obeida, a affirmé lundi que les bombardements israéliens dans la Bande de Gaza avaient tué quatre otages israéliens.

« Les bombardements de l’occupation sur la Bande de Gaza ce soir et aujourd’hui ont entraîné la mort de quatre prisonniers ennemis et le martyre de leurs ravisseurs, les moudjahidines al-Qassam », a déclaré Abou Obeida dans un communiqué publié sur sa chaîne Telegram.

Parmi les 500 cibles touchées au cours de la nuit figurent huit salles de guerre du Hamas et du Jihad islamique palestinien, un bâtiment abritant des agents du Hamas, plusieurs tours abritant des équipements du Hamas, un centre de commandement utilisé par un haut responsable des forces navales du Hamas, un « équipement opérationnel utilisé par le Hamas » situé dans une mosquée à Jabaliya, un équipement utilisé par le groupe terroriste pour le renseignement et trois tunnels dans la zone de Beit Hanoun, dans le nord de la Bande de Gaza.

Tsahal a déclaré avoir tué des centaines d’autres terroristes palestiniens sur le territoire israélien.

Dimanche en fin de journée, les frappes aériennes israéliennes ont détruit 159 logements à Gaza et en ont gravement endommagé 1 210 autres, a déclaré l’ONU. L’agence controversée des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) a déclaré qu’une école abritant plus de 225 personnes avait été directement touchée, mais n’a pas précisé d’où provenaient les tirs.

Les Nations unies ont déclaré lundi que plus de 123 000 personnes ont été déplacées dans la Bande de Gaza depuis le début du conflit entre les terroristes palestiniens et Israël.

Des Palestiniens inspectant les décombres d’une mosquée détruite après avoir été touchée par une frappe aérienne israélienne de représailles dans le camp de réfugiés de Shati, dans la ville de Gaza, le 9 octobre 2023. (Crédit : Adel Hana/ AP Photo)

Lors de cet assaut choquant, les hommes armés du Hamas ont pénétré samedi matin dans 22 localités du sud d’Israël, notamment dans des villes et des petites communautés situées à une distance de 24 kilomètres de la frontière de Gaza. Dans certains endroits, ils ont erré pendant des heures, abattant des civils et des soldats tandis que l’armée israélienne, prise au dépourvu, s’efforçait de réagir. Dans le même temps, des milliers de roquettes ont été tirées sur des villes du sud et du centre du pays.

ZAKA, un groupe de bénévoles qui s’occupe des restes humains après des attaques terroristes et d’autres catastrophes, a annoncé dimanche soir que parmi les morts se trouvaient quelque 260 jeunes Israéliens, pour la plupart, fauchés par des tireurs du Hamas qui ont envahi un festival de musique en plein air dans le sud d’Israël.

Les réseaux sociaux ont été remplis d’horribles vidéos montrant des hommes, des femmes et des enfants transportés dans la Bande de Gaza, beaucoup d’entre eux semblant avoir été maltraités.

Des vidéos ont également été publiées montrant des Israéliens morts, notamment des soldats, dont les corps ont été exhibés dans les rues.

Un extrait d’une vidéo UGC publiée sur Telegram le 9 octobre 2023 montre un terroriste palestinien armé marchant autour du festival de musique Supernova, avec un corps derrière lui, près du kibboutz Reim, dans le désert du Néguev, dans le sud d’Israël. (Crédit : ANONYMOUS/AFP)

Le bureau de presse du gouvernement, qui dépend du cabinet du Premier ministre, a déclaré que le nombre d’otages à Gaza était supérieur à 100. Le Hamas et le Jihad islamique palestinien se sont vantés dimanche soir de détenir quelque 130 otages israéliens, affirmant qu’il s’agissait entre autres de hauts responsables de l’armée.

Le Hamas a déclaré lundi qu’il souhaitait « libérer tous les prisonniers palestiniens » d’Israël et mettre fin aux « provocations » israéliennes en Cisjordanie et à Jérusalem, en particulier à la mosquée Al-Aqsa.

Abdel-Latif al-Qanoua a déclaré à l’Associated Press par téléphone que les terroristes du Hamas continuaient à combattre les forces israéliennes et qu’ils avaient capturé d’autres Israéliens lundi matin.

« Nous menons une bataille ouverte pour défendre notre peuple et la mosquée Al-Aqsa », a-t-il déclaré. « Cette bataille est liée à la libération de tous les prisonniers palestiniens et à la cessation des activités de ce gouvernement fasciste à Jérusalem. »

Des Palestiniens emmenant un civil israélien kidnappé, au centre, du kibboutz Kfar Azza dans la Bande de Gaza, le 7 octobre 2023. (Crédit : Hatem Ali/AP)

Il a affirmé que le groupe avait capturé « un grand nombre d’Israéliens » à Gaza, sans fournir de chiffre précis, mais il a ajouté que l’aile armée du Hamas, les Brigades Ezzedine al-Qassam, annoncerait les chiffres plus tard.

Plus tôt dans la journée de lundi, Hagari a déclaré que les combats se poursuivaient à Kfar Beeri, Nirim, Shaar HaHegev, Nir Oz, Alumim et Holit et dans leurs environs.

Hagari a déclaré qu’au cours de la nuit, quelque 70 terroristes s’étaient infiltrés à Beeri. La plupart d’entre eux ont été tués lors d’affrontements avec les troupes de Tsahal, mais d’autres se cachent encore dans des maisons du kibboutz.

À Kfar Azza, sept terroristes ont été identifiés dans les environs de la ville, et l’entrée d’un tunnel près du kibboutz a également été trouvée, selon Hagari.

Alors que l’on savait que les terroristes s’infiltraient par voie terrestre, maritime et aérienne, il s’agit du premier tunnel découvert dans le cadre du conflit actuel. Israël a investi des millions de dollars dans un mur souterrain perfectionné, composé de capteurs et d’obstacles, censé rendre impossible l’introduction de tunnels dans le pays.

Six terroristes ont été identifiés près du kibboutz Nirim et quatre à Alumim, a ajouté Hagari.

Les familles désemparées demandent des informations

La poursuite des combats et le brouillard informationnel ont aggravé les questions difficiles concernant les diverses défaillances qui ont permis aux terroristes de Gaza de mener un assaut a priori sans entrave. Les proches des personnes disparues ou supposées avoir été enlevées ou tuées ont déclaré qu’ils se sentaient abandonnés par les autorités, et nombre d’entre eux ont dit qu’ils n’avaient pas encore été contactés par les autorités.

Des familles de civils enlevés par l’organisation terroriste Hamas tiennent une conférence de presse à Kfar Maccabiades, Ramat Gan, le 8 octobre 2023 (Crédit : Miriam Alster/Flash9)

Ce sentiment d’une gestion chaotique et médiocre du massacre commis par le Hamas était largement partagé samedi, lorsque de nombreux habitants assiégés dans les localités envahies ont lancé des appels à l’aide urgents et à voix basses à leurs proches et aux autorités, implorant des secours qui, dans de nombreux cas, ne sont arrivés que de longues heures plus tard, parfois trop tard.

Les scènes de chaos et de souffrance et l’incapacité prolongée à maîtriser la situation ont choqué et indigné la nation, et ont suscité des demandes de réponses sur les nombreuses défaillances en matière de renseignement, de déploiement et de politique qui ont permis à une telle catastrophe nationale de se produire.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.