Trois ans et demi de prison pour l’agresseur sexuel d’une fillette de 4 ans
Rechercher

Trois ans et demi de prison pour l’agresseur sexuel d’une fillette de 4 ans

Le suspect a été acquitté du viol et inculpé d'“acte indécent” à la place ; les parents de la fillette et des manifestants se mobilisent contre cette accusation atténuée "indigne"

Des manifestants se rassemblent devant le tribunal de district de Jérusalem après que le juge a condamné un homme qui a agressé une fillette de quatre ans pour un "acte indécent", l'acquittant des accusations de viol, le 16 mars 2021. (Capture d'écran : Inbar Tvizer/ Twitter)
Des manifestants se rassemblent devant le tribunal de district de Jérusalem après que le juge a condamné un homme qui a agressé une fillette de quatre ans pour un "acte indécent", l'acquittant des accusations de viol, le 16 mars 2021. (Capture d'écran : Inbar Tvizer/ Twitter)

Le tribunal de district de Jérusalem a condamné mardi Abraham Leshem à trois ans et demi de prison pour une agression sexuelle contre une fillette de quatre ans, après avoir abandonné les charges de viol contre lui.

Il y a deux ans, Leshem, alors étudiant de yeshiva âgé de 24 ans, aurait attaqué la fillette devant une synagogue. Mardi, il a été condamné pour avoir commis un « acte indécent » en public sur la jeune fille.

Les parents de la jeune fille, soutenus par une foule de manifestants, ont protesté contre la décision du juge d’acquitter Leshem des accusations de viol.

« Elle [avait] quatre ans et demi, et sa peine est sans commune mesure avec son âge. C’est honteux », s’est exclamé le père de la jeune fille.

L’acte d’accusation a été déposé contre Leshem en 2019, après qu’il se soit approché de la jeune fille alors qu’elle était seule et l’ait attaquée, laissant des traces d’ADN sur ses vêtements.

En septembre, un an et demi après le début du procès, le juge a acquitté Leshem du viol, ne l’inculpant que d’indécence. L’accusé a refusé de coopérer avec les enquêteurs et a gardé le silence tout au long du procès.

Des gardes de sécurité se tiennent devant le tribunal de district à Jérusalem. Le 24 mai 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

La mère de la jeune fille, angoissée, s’est adressée à l’agresseur de son enfant : « Elle allait à la synagogue avec son père et son frère. Qu’est-ce que vous lui avez fait ? … Pourquoi avez-vous ruiné nos vies ? Vous êtes assis au tribunal, silencieux, avec un sourire sur le visage, et vous pensez que vous êtes un héros ? Vous êtes un lâche, un héros pour les faibles. »

« Nous nous battrons pour elle et pour tous les enfants qui seront en danger lorsqu’il sera en liberté. Nous avons appris d’autres cas où il a fait du mal à des enfants, et ils ont été réduits au silence, cachés ou balayés sous le tapis. Nous nous battrons et la justice sera de notre côté. »

L’avocat de la défense, Liron Malka, représentant Leshem, a déclaré : « Les preuves ont été examinées avec précision et professionnalisme. L’accusation a commis une erreur en déposant un acte d’accusation pour viol… Il n’y avait aucun élément de preuve dans l’affaire ; par conséquent, il obtient gain de cause, et nous sommes heureux du résultat. »

Avant la sentence, le père de la fille s’est tourné vers la juge Rebecca Friedman-Feldman et a déclaré : « Un criminel va être libéré, et vous n’avez pas fait votre travail. Nous protesterons ici jusqu’à ce que vous réalisiez que vous vous êtes endormi pendant votre service. »

Des manifestants se sont rassemblés après avoir appris que l’accusé ne serait inculpé que pour indécence. Les parents de la jeune fille, qui étaient restés silencieux pendant les deux ans qu’a duré le procès, ont commencé à s’exprimer, appelant le public à les soutenir.

« Le tribunal l’a protégé au lieu de protéger les enfants et les personnes sans défense », a déclaré la mère de la petite fille à Mynet Jérusalem. « Maintenant, nous devons faire du bruit pour lui porter secours ».

Les manifestants sont arrivés en arborant des pancartes portant les slogans « Écoutez les enfants » et « Si vous ne nous entendez pas, nous allons crier », entre autres.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...