Le Hamas salue l’attentat à la voiture-bélier à Akko
Rechercher

Le Hamas salue l’attentat à la voiture-bélier à Akko

Les autorités ont affirmé connaître l'identité du conducteur, originaire de la ville arabe de Shfaram, qui a blessé quatre personnes dans un attentat à la voiture-bélier

Scène d'un attentat à la voiture-bélier présumé à Akko, le 4 mars 2018 (Crédit : United Hatzalah)
Scène d'un attentat à la voiture-bélier présumé à Akko, le 4 mars 2018 (Crédit : United Hatzalah)

La police a annoncé que l’attaque à la voiture-bélier commise dimanche dans la ville d’Akko et qui a légèrement blessé dimanche deux soldats, un garde-frontière et un civil était un attentat terroriste perpétré pour des raisons nationalistes.

« L’enquête sur l’incident ainsi que des objets et du matériel documentaire découverts sur les lieux indiquent qu’il s’agissait d’un attentat nationaliste », a fait savoir la police dans un communiqué.

La police a déclaré connaître l’identité du conducteur du véhicule, qui serait un homme arabe israélien originaire de la ville de Shfaram. Son identité n’a pas été communiquée.

Le groupe terroriste palestinien du Hamas a salué l’attaque à la voiture-bélier « héroïque et courageuse ».
La radio publique a cité le groupe terroriste comme ayant souligné « l’importance de la continuation de la résistance contre l’occupation ».

Cette déclaration des forces de l’ordre survient après des informations antérieures, qui avaient attribué l’incident à une explosion d’agressivité entraînée par une amende.

« Le conducteur avait dû payer 1 000 shekels pour s’être garé sur une place de parking réservée aux handicapés. Il s’est mis en colère et il est monté sur le trottoir, puis il a embouti un feu rouge et quelques buissons et son véhicule a renversé un agent de la police des frontières », avait commenté un témoin oculaire, Shimon Cohen, auprès du site d’information Ynet.

La première victime a été touchée par la voiture à proximité du marché de la ville d’Akko. Le conducteur a alors continué à avancer vers la gare et a fait deux victimes de plus avant qu’un soldat armé qui se trouvait sur les lieu n’ouvre le feu sur lui, parvenant ainsi à le neutraliser.

Les trois membres des forces de sécurité seraient tous âgés d’une vingtaine d’années, la victime civile étant un homme de 51 ans.

Le moment où le quinquagénaire a été renversé par la voiture reste encore indéterminé.

Le site de l’attentat présumé à la voiture-bélier survenu dans la ville d’Akko, dans le nord d’Israël, le 4 mars 2018 (Crédit : Magen David Adom)

Tous les quatre ont été frappés par le SUV de marque Hyundai, selon un porte-parole du service d’urgences du Magen David Adom.

Les victimes ont été évacuées vers l’hôpital Galilée situé dans la ville voisine de Nahariya, ainsi que le conducteur, grièvement blessé, par le service d’urgences Magen David Adom, a fait savoir la police.

Des images enregistrées par des caméras de surveillance montrent l’attaque perpétrée aux abords du marché. Un soldat traverse alors la rue et le SUV se dirige dans sa direction à grande vitesse.

Une vidéo filmée aux abords de la gare ferroviaire par un passant à l’aide son smartphone montre par ailleurs le conducteur sautant une bordure et s’aventurant sur une parcelle de gazon alors qu’il frappe deux autres membres des services de sécurité.

Il fait ensuite demi-tour, tentant apparemment de revenir vers les soldats, puis retourne sur la route et fuit les lieux de l’attentat alors que la police arrive.

Judah Ari Gross a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...