Troisième semaine d’émeutes : un émeutier palestinien tué à Gaza
Rechercher

Troisième semaine d’émeutes : un émeutier palestinien tué à Gaza

Les chiffres révèlent une baisse significative du taux de participation aux émeutes, malgré les appels des dirigeants palestiniens à maintenir la violence pour protester contre la reconnaissance américaine de Jérusalem

Des manifestants palestiniens brûlent des pneus durant une manifestation au nord de Ramallah, le 22 décembre 2017. (Crédit : AFP/Abbas MOMANI)
Des manifestants palestiniens brûlent des pneus durant une manifestation au nord de Ramallah, le 22 décembre 2017. (Crédit : AFP/Abbas MOMANI)

Un manifestant palestinien a été tué dans une violente émeute près de la barrière de sécurité le long de la bande Gaza vendredi. Des centaines de personnes ont pris part à des émeutes en Cisjordanie, pour la troisième semaine consécutive après l’annonce du président américain Donald Trump, dans laquelle il reconnait que Jérusalem est la capitale d’Israël.

« Zakaria al-Kafarneh, 24 ans, est mort d’une balle dans la poitrine, à l’est de Jabālīyah (au nord de Gaza) », a indiqué un porte-parole du ministère de la Santé du Hamas à Gaza dans un communiqué.

L’armée a confirmé avoir tiré sur les « principaux instigateurs » durant la manifestation. Des dizaines de participants ont lancé des pierres et fait rouler des pneus en feu à travers la frontière.

« Un tir a été confirmé », a indiqué le porte-parole de l’armée, sans toutefois confirmer qu’un homme avait été tué, conformément à la politique de l’armée.

Le ministère de la Santé à Gaza a indiqué que six autre émeutiers ont été touchés par des balles réelles, et que l’un d’eux étaient dans un état grave.

Un garde-frontière israélien pointe son arme durant des manifestations au nord de Ramallah, en Cisjordanie, le 22 décembre 2017. (Crédit : AFP/Abbas MOMANI)

Les manifestations organisées près de la barrière de sécurité à Gaza étaient concentrées à Jabaliya, Khan Younis et Gaza Ville.

L’armée a estimé à 900 le nombre de Palestiniens ayant participé aux manifestations en Cisjordanie. On observe une baisse drastique par rapport à la semaine dernières, où 2 500 personnes étaient descendues dans les rues, et bien moins que la semaine précédente, où 10 000 personnes manifestaient.

Durant ces émeutes en Cisjordanie, les manifestants ont lancé des pierres sur les soldats, et ont enflammé des pneus. Les soldats ont réagi en dispersant la foule avec des armes moins létales, comme des gaz lacrymogènes, des grenades assourdissantes et des balles en caoutchouc.

L’armée a indiqué qu’aux moins trois manifestants ont été blessés. Un porte-parole de l’armée a fait savoir qu’aucune balle réelle n’avait été utilisée durant les manifestations en Cisjordanie.

Le Croissant rouge palestinien a signalé que quatre manifestants palestiniens ont été touchés par des tirs réels, un à Qalandiya et à Ramallah, et deux autres près de Naplouse. près d’une vingtaine d’émeutiers ont été blessés par des balles en caoutchouc, principalement à Hawara, au nord de la Cisjordanie. Une dizaine d’autres personnes ont été pris en charge après avoir inhalé du gaz lacryogène.

Des petites manifestations ont été signalées à Hébron, Bethléem, Naplouse, Hawara, Qalqiliya et Qalandiya.

Des échauffourées entre Palestiniens et gardes-frontières ont également été signalées dans la Vieille Ville de Jérusalem.

Les forces de l’ordre israéliennes détiennent un Palestinien dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 22 décembre 2017. (Crédit : AFP/Menahem KAHANA)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...