Trump accuse Clinton de la “domination” de l’Iran au Moyen Orient
Rechercher

Trump accuse Clinton de la “domination” de l’Iran au Moyen Orient

Indiquant que le Moyen Orient serait au cœur de la campagne, le candidat républicain affirme que sa rivale démocrate a placé Téhéran “sur la route des armes nucléaires”

Indiquant qu’Israël et le Moyen Orient seraient au cœur d’une campagne de plus en plus aigre, Donald Trump a déclaré que l’Iran était la puissante islamique dominante au Moyen Orient et était en train d’obtenir des armes nucléaires à cause d’Hillary Clinton.

Il a déclaré que Clinton était corrompue par les donations du monde arabe et musulman à la fondation de son mari, bien qu’à un moment il ait cité un cadeau à Clinton, 58 000 dollars de bijoux de la part du sultanat de Brunei, qui était en fait, selon le New York Times, un cadeau au département d’Etat des Etats-Unis, et pas pour Clinton personnellement.

Décrivant le monde en 2009 au début de la présidence de Barack Obama et du mandat de Clinton comme secrétaire d’Etat, il a déclaré que « l’Iran étouffait sous les sanctions ». A présent, « grâce à Hillary Clinton, l’Iran est à présent la puissance islamique dominante au Moyen Orient, sur la route des armes nucléaires. »

Critiquant le rôle joué par Clinton dans les changements du Moyen Orient, Trump a déclaré que « l’Egypte était gouvernée par un régime amical qui honorait son traité de paix avec Israël, quelque chose de très agréable, parce qu’au passage, Israël a été très mal traité par les Etats-Unis. »

Hosni Moubarak, ancien président égyptien, renversé en 2011 par une révolution du "Printemps arabe". (Crédit : capture d'écran YouTube)
Hosni Moubarak, ancien président égyptien, renversé en 2011 par une révolution du « Printemps arabe ». (Crédit : capture d’écran YouTube)

Le régime de Hosni Moubarak a honoré le traité de paix de Camp David, tout comme ses successeurs. La plupart des experts jugent que la révolution qui a renversé Moubarak en 2011 était inévitable.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...