Trump : Le sommet avec Kim « n’aurait peut-être pas eu lieu sans Otto Warmbier »
Rechercher

Trump : Le sommet avec Kim « n’aurait peut-être pas eu lieu sans Otto Warmbier »

"Otto n'est pas mort en vain", a déclaré le président, affirmant que la mort de l'étudiant juif américain, aux mains des Nord-Coréens, a attiré l'attention sur la nation secrète

Otto Warmbier arrive au tribunal pour son procès à Pyongyang, en Corée du Nord, le 16 mars 2015 (Xinhua / Lu Rui via Getty Images / JTA)
Otto Warmbier arrive au tribunal pour son procès à Pyongyang, en Corée du Nord, le 16 mars 2015 (Xinhua / Lu Rui via Getty Images / JTA)

Le sommet extraordinaire qui a eu lieu mardi entre les Etats-Unis et la Corée du Nord n’aurait peut-être pas eu lieu sans la mort d’Otto Warmbier, l’étudiant juif américain emprisonné par la Corée du Nord puis renvoyé chez lui, a déclaré le président Donald Trump lors d’une conférence de presse mardi.

« Otto n’est pas mort en vain », a dit M. Trump, après la fin des pourparlers avec Kim Jong Un en Corée du Nord, au terme desquels les deux dirigeants ont signé un document qui stipule que Trump promet des « garanties de sécurité » au Nord, et Kim a réitéré son engagement en faveur de la « dénucléarisation complète de la péninsule coréenne ».

« Je pense que sans Otto, cela ne serait pas arrivé. Il s’est passé quelque chose à partir de ce jour-là », a dit Trump.

« C’était une chose terrible. C’était brutal. Mais beaucoup de gens ont commencé à se concentrer sur ce qui se passait, et notamment sur la Corée du Nord. Je pense vraiment qu’Otto est quelqu’un qui n’est pas mort en vain. »

Warmbier était « une personne très spéciale et il le restera longtemps dans ma vie », a-t-il dit, ajoutant que les parents de l’étudiant étaient « de bons amis à moi ».

Trump, qui a déclaré que les droits de l’homme ont été évoqués pendant les pourparlers et qu’il poursuivrait les conversations sur le sujet à l’avenir, répondait à un journaliste qui lui demandait comment il pouvait se sentir si à l’aise en qualifiant Kim de « talentueux » alors que le dirigeant nord-coréen avait fait tuer certains membres de sa propre famille, affamé son propre peuple et était responsable de la mort de Warmbier.

« Il est très talentueux », répondit Trump. « Toute personne qui prend en charge une situation comme il l’a fait à l’âge de 26 ans et qui est capable de la gérer et de la mener à bien – je ne dirai pas que c’est bien, je ne dirai rien à ce sujet. Très peu de gens de cet âge – on peut en prendre un sur 10 000 – ne pourraient probablement pas y arriver. »

Kim a pris le pouvoir en 2011 après la mort de son père, Kim Jong Il.

Les Kim ont dirigé la Corée du Nord depuis que l’Union soviétique a désigné le grand-père de Kim Jong Un, Kim Il-Sung, comme dirigeant communiste en 1948.

Après avoir pris le pouvoir, Kim Jong Un a fait tuer son oncle par un peloton d’exécution et son demi-frère avec un agent neurotoxique dans un aéroport en Malaisie.

En mai 2015, l’agence d’espionnage de la Corée du Sud a déclaré aux parlementaires que Kim avait ordonné l’exécution de son chef de la défense au moyen d’un canon antiaérien parce qu’il s’était plaint du jeune dirigeant, lui avait répondu et s’était endormi lors d’une réunion qu’il présidait.

Un agent de l’immigration escortant Kim Jong-Nam, fils du leader nord-coréen Kim Jong-Il, descendant d’un autobus pour prendre un vol de All Nippon Airways à l’aéroport de Narita, près de Tokyo, le 4 mai 2001. (AFP/Toshifumi Kitamura/ Dossier)

En avril, les parents d’Otto Warmbier ont engagé des poursuites contre le régime de Pyongyang pour la torture et le meurtre de leur fils.

Cindy et Fred Warmbier ont déclaré dans l’action au civil intentée devant le tribunal de district de Washington que leur fils a été emprisonné par la Corée du Nord, après avoir été contraint d’avouer avoir volé une affiche, alors qu’il était en visite touristique dans le pays début février 2016.

Le procès indique que Warmbier, un étudiant de l’Université de Virginie, était en voyage de cinq jours en Corée du Nord en décembre 2015, au moment où les États-Unis ont annoncé de nouvelles sanctions contre le régime de Kim au sujet de ses activités liées à la prolifération des armes nucléaires.

Warmbier a été arrêté le 2 janvier 2016, au moment du départ de son groupe de touristes, et accusé d’actes hostiles contre le pays en tant qu’agent du gouvernement américain – en particulier le vol d’une affiche politique dans son hôtel comme « trophée ».

Contraint de faire ce que ses parents ont qualifié de « faux aveux », il a été condamné à 15 ans de travaux forcés.

Après de longues négociations, il a été renvoyé aux États-Unis le 13 juin 2017, dans le coma. Les Nord-Coréens ont dit que son état de santé était dû aux médicaments contre le botulisme qu’il prenait.

Les parents ont accepté de le débrancher du respirateur artificiel et il est mort six jours plus tard, à l’âge de 22 ans.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...