Trump met en garde l’ONU contre le rôle destabilisateur de l’Iran
Rechercher

Trump met en garde l’ONU contre le rôle destabilisateur de l’Iran

L'envoyée américaine à l'ONU Nikki Haley montrait de son côté ce qu'elle assure être de nouvelles preuves de l'engagement iranien dans le conflit au Yémen

Le président américain Donald Trump sur la pelouse de la Maison Blanche à Washington, Etats-Unis, le 24 janvier 2018 (Crédit : MANDEL NGAN / AFP)
Le président américain Donald Trump sur la pelouse de la Maison Blanche à Washington, Etats-Unis, le 24 janvier 2018 (Crédit : MANDEL NGAN / AFP)

Le président américain Donald Trump a de nouveau accusé lundi l’Iran de déstabiliser le Moyen-Orient, alors que l’ambassadrice américaine à l’ONU Nikki Haley montrait ce qu’elle assure être de nouvelles preuves de l’engagement iranien dans le conflit au Yémen.

M. Trump a participé à une réunion entre des membres du Conseil de sécurité de l’ONU et du Conseil de sécurité nationale (NSC) américain, au cours de laquelle il a affirmé qu’il y avait « beaucoup de travail » à faire, à la Maison Blanche.

Il a énuméré à cette occasion plusieurs objectifs, dont la lutte contre « les activités de déstabilisation de l’Iran », la fin de la guerre en Syrie, le combat contre le terrorisme et la dénucléarisation de la Corée du Nord.

Plus tôt, Mme Haley avait emmené la délégation onusienne sur une base militaire de Washington pour lui montrer les débris d’un missile tiré, selon elle, depuis le Yémen par les combattants houthis, soutenus par l’Iran, sur le territoire saoudien.

Nikki Haley, ambassadrice des Etats-Unis aux Nations unies, pendant une réunion du Conseil de sécurité, à New York, le 29 août 2017. (Crédit : Spencer Platt/Getty Images/AFP)

« On voit s’entasser les preuves que l’Iran ignore de façon éhontée ses obligations internationales », a affirmé Mme Haley, ajoutant que « l’agression iranienne n’est pas seulement une menace contre ses voisins mais contre le monde entier ».

L’administration Trump, alliée de la monarchie saoudienne, dénonce l’accord nucléaire signé en 2015 entre les grandes puissances et l’Iran, et tente de convaincre l’ONU d’agir contre Téhéran, notamment par l’imposition de sanctions contre son programme balistique.

Mais Washington doit composer avec la Russie, principal soutien de l’Iran et qui dispose d’un droit de veto au Conseil.

Selon les responsables américains, les débris métalliques proviennent d’un missile de courte portée iranien tiré par les rebelles houthis en novembre et qui s’est écrasé près de l’aéroport international de Ryad.

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif assiste à une réunion des ministres des Affaires étrangères des Etats riverains de la mer Caspienne à Moscou le 5 décembre 2017. (Crédit : AFP / Kirill KUDRYAVTSEV)

Le missile n’a pas fait de dégâts après avoir été intercepté par l’armée saoudienne, engagée dans le conflit yéménite en soutien du gouvernement face aux rebelles. Les débris portent notamment le logo d’une entreprise militaire iranienne et l’inscription « made in Iran » apparaît sur une des pièces.

Le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, a dénoncé sur Twitter une « fausse information », qualifiant la démonstration américaine de « tentative de Trump et Cie de créer un récit iranophobe au conseil de sécurité de l’ONU (en utilisant) une fausse preuve ».

L’Iran a toujours démenti fournir des armes aux Houthis.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...