Trump met l’image de sa visite au mur Occidental comme photo de couverture de son compte Twitter
Rechercher

Trump met l’image de sa visite au mur Occidental comme photo de couverture de son compte Twitter

Quelques heures après être devenu le premier président américain en exercice à visiter le Kotel, Trump a immortalisé ce moment en mettant la photo en couverture du compte qu'il alimente sur le célèbre réseau social

Eric Cortellessa couvre la politique américaine pour le Times of Israël

Page Twitter du président américain Donald Trump le 22 mai 2017 (Capture d'écran)
Page Twitter du président américain Donald Trump le 22 mai 2017 (Capture d'écran)

WASHINGTON — Le président américain Donald Trump a de toute évidence été ému par sa visite lundi au mur Occidental de Jérusalem. Tellement ému qu’il s’est senti obligé de mettre en photo de couverture de son compte Twitter un cliché de lui-même sur le site de prière le plus saint du judaïsme.

Lundi soir, Trump a changé l’image du compte qu’il alimente sur le célèbre réseau social en mettant une photographie de lui, la main droite posée sur le mur, les yeux fermés, apparemment en prière ou en réflexion.

Cette initiative est survenue quelques heures après que Trump a écrit une nouvelle page de l’histoire en devenant le premier président américain en exercice à se rendre sur ce site de la Vieille ville de Jérusalem. Il était accompagné de son épouse Melania et de proches Juifs ; son gendre et haut-conseiller Jared Kushner et sa fille Ivanka, elle aussi sa conseillère.

Portant une kippa noire, Trump a placé une note à l’intérieur de l’une des anfractuosités du mur. A part la délégation présidentielle, les personnels de sécurité et les médias, le rabbin du mur Occidental Shmuel Rabinovitch et quelques autres, le lieu avait été fermé aux fidèles pour permettre la visite présidentielle.

La semaine dernière, l’administration Trump avait suscité la controverse en raison de sa qualification du statut du mur.

Lors de la préparation du voyage, des responsables israéliens avaient demandé à leurs homologues américains si le Premier ministre Benjamin Netanyahu pourrait accompagner Trump sur le site. Il leur avait été opposé une fin de non-recevoir.

Le président américain Donald Trump devant le mur Occidental, le lieu de prière le plus saint du judaïsme, dans la Vieille ville de Jérusalem, le 22 mai 2017. (Crédit : Ronen Zvulun/Pool/AFP)
Le président américain Donald Trump devant le mur Occidental, le lieu de prière le plus saint du judaïsme, dans la Vieille ville de Jérusalem, le 22 mai 2017. (Crédit : Ronen Zvulun/Pool/AFP)

Un haut-responsable américain aurait riposté aux Israéliens que le mur Occidental « n’est pas votre territoire. Il fait partie de la Cisjordanie ».

La Maison Blanche avait rapidement pris ses distances face à ces propos, disant qu’ils n’avaient pas été sanctionnés par les canaux officiels et qu’ils ne représentaient pas le président.

Le Conseiller à la sécurité nationale H.R. McMaster avait néanmoins refusé de clarifier à deux occasions le positionnement des Etats-Unis sur le sujet de la souveraineté israélienne sur le mur durant une conférence de presse. Il avait répondu que cette question « ressemble à une décision politique ».

Le mur Occidental, vestige des murs qui soutenaient le complexe du Second temple, est le lieu de prière le plus proche pour les Juifs du site du mont du Temple lui-même et le lieu de prière le plus saint du Judaïsme.

Il a été capturé ainsi que le reste de la Vieille ville et Jérusalem-est pendant la guerre de 1967 et a été annexé par Israël dans le cadre de sa capitale unie – une initiative qui n’est pas reconnue au niveau international.

Plusieurs présidents américains avaient déjà visité le mur Occidental, mais Trump est le premier président à s’y rendre alors qu’il est en exercice.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...