Rechercher

Tsahal a frappé un dépôt d’armes du Hamas à Gaza suite au tir d’une roquette

L'armée ne croit pas que le groupe terroriste ait tiré la roquette, mais tient les dirigeants de l'enclave pour responsables ; aucun blessé n'a été rapporté

Fumée et incendie à la suite d'une frappe aérienne à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, tôt le 2 janvier 2022. (Said Khatib/AFP)
Fumée et incendie à la suite d'une frappe aérienne à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, tôt le 2 janvier 2022. (Said Khatib/AFP)

L’armée israélienne a frappé des cibles dans la bande de Gaza mardi après minuit en réponse à une roquette tirée depuis l’enclave contrôlée par le Hamas quelques heures plus tôt.

L’attaque à la roquette était la première en près de quatre mois, mettant fin à l’une des plus longues périodes de calme à la frontière de Gaza depuis des années.

L’armée israélienne a déclaré dans un communiqué avoir bombardé un certain nombre de cibles, dont un site utilisé par le Hamas pour fabriquer des armes. Les médias affiliés au Hamas ont rapporté que les frappes aériennes israéliennes visaient un site exploité par des factions palestiniennes à l’ouest de Khan Younis dans le sud de la bande de Gaza.

Des témoins et des sources de sécurité dans la bande de Gaza n’ont signalé aucun blessé lors du raid aérien.

« Tsahal considère le Hamas comme responsable de ce qui se passe dans la bande de Gaza », a déclaré l’armée.

Le porte-parole du Hamas, Hazem Qassem, a cherché à minimiser les frappes. « Le bombardement sioniste de certains sites vides est une tentative ratée d’empêcher notre peuple palestinien de défendre la ville de Jérusalem », a-t-il déclaré.

« Nous félicitons les hommes de la résistance qui ont fait face aux avions de chasse avec notre défense anti-aérienne », a ajouté Qassem, affirmant que c’était la première fois que le Hamas utilisait le missile sol-air.

La chaîne de télévision pro-Hezbollah al-Mayadeen a déclaré que le Hamas avait utilisé un missile SAM-7, également connu sous le nom de 9K32 Strela-2, un missile sol-air portable.

Tsahal n’a déploré aucun dommage à son propre avion pendant la frappe.

Une source de sécurité anonyme a déclaré au radiodiffuseur public Kan que l’armée de l’air opérait en supposant que le Hamas dispose de missiles anti-aériens et que le groupe terroriste les avait déjà déployés lors de frappes israéliennes.

La roquette tirée sur le sud d’Israël lundi soir a été interceptée par le système de défense aérienne du Dôme de Fer.

Aucun blessé n’a été signalé à la suite de l’attaque. Le conseil régional d’Eshkol a déclaré qu’il n’y avait aucun changement dans les instructions pour les résidents.

Après les tirs de roquettes, le Premier ministre Naftali Bennett, le ministre de la Défense Benny Gantz et le chef militaire Aviv Kohavi ont tenu une réunion pour discuter d’une réponse potentielle, selon les médias israéliens.

L’attaque est intervenue dans un contexte d’escalade des tensions israélo-palestiniennes, à la suite d’affrontements et de violences dans la Vieille Ville de Jérusalem, d’une série d’attentats terroristes meurtriers palestiniens et de l’intensification des activités de Tsahal contre les groupes terroristes en Cisjordanie.

Aucun des groupes terroristes basés à Gaza n’a revendiqué les tirs de roquettes. Des sources palestiniennes citées par le radiodiffuseur public Kan et le site d’information Ynet ont déclaré que le Jihad islamique palestinien serait à l’origine de l’attaque.

Après les tirs de roquettes, le Hamas a contacté Israël par l’intermédiaire de médiateurs égyptiens afin de souligner qu’il n’était pas intéressé par une nouvelle escalade et qu’il n’était pas derrière l’attaque, a rapporté Kan.

Par le passé, Israël a répondu par des frappes aériennes contre des sites appartenant aux dirigeants de Gaza, le Hamas, quel que soit le groupe à l’origine de l’attaque. Plus rarement, il a dirigé sa réponse contre le Jihad islamique, si le groupe terroriste en revendiquait la responsabilité.

Le Hamas a suffisamment d’influence dans l’enclave pour qu’aucun groupe rival ne tire sur Israël sans, au minimum, l’approbation tacite du groupe au pouvoir.

La dernière fois que des roquettes ont été tirées depuis l’enclave côtière vers Israël remonte au 1er janvier 2022. À l’époque, aucune sirène n’avait retenti lorsque les deux roquettes avaient atterri en mer au large de Tel Aviv. Pourtant, Tsahal a répondu par une série de frappes aériennes contre des cibles du Hamas.

Dimanche après-midi, des sirènes ont retenti dans la ville de Nahal Oz ; Tsahal a qualifié ces sirènes de fausse alerte.

Ces derniers jours, de violents affrontements ont eu lieu entre Palestiniens et policiers sur le Mont du Temple à Jérusalem, faisant des dizaines de blessés parmi les Palestiniens et les policiers.

Le Hamas et d’autres groupes terroristes basés à Gaza ont à plusieurs reprises invoqué le lieu saint comme étant une ligne rouge à ne pas franchir. Les actions de la police pour y réprimer les émeutes l’année dernière ont été parmi les éléments déclencheurs d’une guerre de 11 jours à Gaza en mai dernier.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...