Tsahal démantèle une opération de contrebande d’armes en Cisjordanie
Rechercher

Tsahal démantèle une opération de contrebande d’armes en Cisjordanie

Les soldats ont arrêté six suspects palestiniens, ont saisi sept fusils, quatre couteaux de commando et des milliers de balles

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Armes, balles et matériel militaire saisis par des soldats israéliens lors d'un raid dans le village de Deir Razih, au sud-ouest de Hébron, le 8 février 2018 (Crédit : armée israélienne)
Armes, balles et matériel militaire saisis par des soldats israéliens lors d'un raid dans le village de Deir Razih, au sud-ouest de Hébron, le 8 février 2018 (Crédit : armée israélienne)

Les troupes israéliennes ont démantelé un important réseau de contrebande d’armes dans le sud des collines de Hébron jeudi matin. Ils ont arrêté six suspects et ont confisqué des fusils, des couteaux et des munitions, a indiqué l’armée.

Selon l’armée israélienne, les armes ont été découvertes à l’intérieur d’un complexe dans le village de Deir Razih, au sud-ouest de Hébron.

« C’était un complexe qui appartenait à un marchand d’armes qui a été arrêté sur les lieux, avec cinq autres suspects qui ont été remis au service de sécurité du Shin Bet pour être interrogés », a indiqué l’armée dans un communiqué.

Les soldats ont saisi quatre armes de poing, trois canons à air comprimé, quatre couteaux de commando, des milliers de balles et du matériel militaire comme des harnais, des étuis, des supports pour armes à feu et des pinces à munitions.

Lors d’un autre raid qui a eu lieu avant l’aube dans le camp de réfugiés d’al-Fawar dans le centre de la Cisjordanie, les troupes israéliennes ont arrêté un Palestinien soupçonné d’avoir lancé 24 cocktails Molotov sur des soldats de Tsahal le mois dernier.

Ailleurs en Cisjordanie, les soldats ont arrêté huit autres Palestiniens soupçonnés par l’armée d’avoir participé à des affrontements avec des soldats ou d’avoir lancé des pierres sur des civils israéliens.

« Les suspects et les preuves ont été remis aux forces de sécurité pour enquête », a déclaré l’armée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...