Rechercher

Tsahal restreint l’accès à ses bases aux seuls détenteurs du pass vert

A partir du 14 octobre, les conscrits devront présenter une preuve de vaccination ou de guérison pour entrer dans les bases

Sur cette photo publiée par les Forces de défense israéliennes le 31 août 2021, un soldat reçoit une injection de rappel du vaccin contre le coronavirus. (Crédit : Tsahal)
Sur cette photo publiée par les Forces de défense israéliennes le 31 août 2021, un soldat reçoit une injection de rappel du vaccin contre le coronavirus. (Crédit : Tsahal)

À partir de la semaine prochaine, Tsahal n’autorisera dans les bases que les soldats vaccinés ou guéris du COVID-19, selon les directives actualisées publiées par l’armée mardi.

Cette décision a été prise alors que le ministère de la Santé a mis à jour ses directives sur le coronavirus, stipulant que le « laissez-passer vert » ne sera disponible que pour ceux qui ont reçu une injection de rappel du COVID.

Jusqu’à présent, environ 80 % des soldats éligibles ont reçu leur dose de rappel, selon Tsahal. Des milliers d’autres recevront une troisième dose de vaccin cette semaine, a ajouté l’armée.

À partir du 14 octobre, seules les personnes ayant un laissez-passer vert ou un test Covid négatif récent seront autorisées à entrer dans les bases de l’armée, selon les nouvelles directives.

Les soldats conscrits qui n’ont pas de laissez-passer vert devront passer des tests périodiques sur la base, a déclaré l’armée israélienne, ajoutant que la fréquence sera déterminée par les responsables médicaux militaires, dans les deux prochaines semaines.

Les membres permanents de l’armée, tels que les officiers, qui n’ont pas de laissez-passer vert devront présenter un test négatif avant d’entrer dans une base militaire.

Les directives concernant les employés civils de l’armée n’ont pas encore été décidées.

Sur cette photo polycopiée, publiée par Tsahal, le 20 décembre 2020, une officière infirmière prépare un vaccin contre le coronavirus. (Crédit : Tsahal)

Séparément, les unités dont au moins 90 % des membres sont détenteurs d’un laissez-passer vert ne seront pas tenues de fonctionner en capsules socialement éloignées et seront autorisées à organiser des rassemblements plus importants.

Le mois dernier, dans le contexte d’une augmentation des cas de coronavirus, Tsahal avait limité l’appel des réservistes à ceux qui sont vaccinés ou qui se sont remis du COVID-19.

Lundi matin, 1 486 personnes dans l’armée, y compris les soldats conscrits, les officiers, les sous-officiers et les employés civils, ont été infectés par le COVID-19, a déclaré Tsahal.

Ce nombre est en baisse par rapport à la semaine dernière, où l’on comptait 1 854 cas actifs de coronavirus dans l’armée.

Des soldats israéliens portant des masques lors du Memorial Day au cimetière militaire de Tzfat, le 14 avril 2021. (Crédit : David Cohen/Flash90)

Lundi matin, 890 soldats et employés supplémentaires s’étaient auto-isolés après avoir été en contact avec des cas confirmés de coronavirus.

Les ministres du Cabinet ont décidé dimanche de maintenir les nouvelles exigences relatives au laissez-passer vert pour la population civile, bien que les responsables du ministère de la Santé aient déclaré vouloir annuler les règles pour les rassemblements en plein air. Les Israéliens devront désormais scanner le QR code du laissez-passer lorsqu’ils entreront dans les lieux publics qui l’exigent, au lieu de simplement montrer le certificat.

À partir de jeudi, le laissez-passer vert sera valable six mois après la dernière injection de vaccin, un changement de politique qui concerne entre 1,7 et 1,9 million d’Israéliens, selon les médias en hébreu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...