Tsahal retire une vidéo célébrant les femmes soldats de l’armée de l’air
Rechercher

Tsahal retire une vidéo célébrant les femmes soldats de l’armée de l’air

Le clip avait été diffusé à l'occasion de la Journée internationale de la femme ; retiré sous la pression des religieux qui s'opposent à l'intégration des femmes dans l'armée

Soldate de l'armée israélienne (Crédit : Tsahal.fr)
Soldate de l'armée israélienne (Crédit : Tsahal.fr)

L’armée israélienne a fait l’objet de critiques samedi après avoir retiré une vidéo de l’armée de l’air, diffusée sur les réseaux sociaux, à l’occasion de la Journée internationale de la femme. Ce choix serait dû aux pressions exercées par des groupes religieux.

Ces derniers mois, les rabbins sionistes religieux ont critiqué les tentatives de l’armée d’ouvrir de nouvelles unités de combat aux femmes et d’augmenter les unités mixtes.

Le site sioniste religieux Srugim a déclaré dans un tweet que la vidéo avait été supprimée à la suite d’une plainte qu’il avait déposée, qualifiant la vidéo de « provocante ».

La vidéo, intitulée « La réponse de l’armée de l’air au machisme », met en vedette une voix off de femme soldat, répétant les critiques fréquentes qu’elles reçoivent :

« Il y a ceux qui disent que les femmes ne peuvent pas être combattantes – elles ne peuvent tout simplement pas physiquement, elles ne sont pas construites pour cela physiologiquement, elles devraient rester à la maison avec les enfants », disent les voix.

« On dit que les mères ne peuvent pas être opérationnelles. Leurs pauvres enfants. Leurs pauvres maris », dit la vidéo. « On dit que les femmes ne le peuvent pas. Les femmes ne savent pas conduire. Laissez ça aux hommes ».

Les commentaires sont juxtaposés avec des plans d’action de femmes soldats de l’armée de l’air, dans un parcours à obstacles, en service en tant que contrôleuses du trafic aérien, téléguidant des drones, mécaniciennes d’hélicoptères, navigatrices et pilotes.

La vidéo se termine sur l’image d’une pilote. « C’est ce qu’ils disent… », dit la femme pilote en montant dans le cockpit d’un avion de combat F-16.

La vidéo a été retirée vendredi, apparemment en raison de fortes pressions exercées par des groupes religieux.

Ce geste a suscité des critiques samedi de la part des femmes députées de l’opposition.

La députée Tzipi Livni s’exprimant lors du « Premier Congrès israélien sur le judaïsme et la démocratie », le 12 février 2018. (Crédit photo : Erez Uzir)

« Ce qu’ils disent sur les femmes à l’armée est ce qu’ils disent sur les femmes en politique, et ce qu’ils disent sur toutes les femmes qui réussissent », a écrit Tzipi Livni de l’Union sioniste sur Twitter.

« C’est terminé ! Nous ne garderons pas le silence, nous nous battrons et réussirons. Une véritable armée n’est pas une armée religieuse. Partagez cette vidéo avec force. »

Stav Shaffir, également de l’Union sioniste, lui a emboîté le pas.

La députée Stav Shaffir de l’Union sioniste (Flash90)

« Si cette excellente vidéo a été retirée, c’est très triste », a-t-elle dit en faisant référence à Srugim.

« Le plus triste, c’est que les Srugim se disent sionistes. Il n’y a aucun lien entre le sionisme et les tentatives pathétiques des politiciens et d’autres partis de nuire aux courageuses combattantes qui protègent le pays et d’affaiblir Tsahal », a dit Shaffir. « Je suis sûre que l’armée de l’air n’est pas intimidée par ces absurdités. »

La députée de l’Union sioniste Merav Michaeli a déclaré qu’il était temps de « mettre fin à cette discrimination ».

Le Bureau du porte-parole de Tsahal a déclaré dans un communiqué que la vidéo avait été retirée parce qu’elle n’avait pas été officiellement approuvée avant sa publication.

« La vidéo en question a été produite par le personnel des médias de l’Air Force Magazine et n’est pas un document officiel du Bureau du porte-parole de l’armée israélienne », a déclaré Tsahal.

« Sans parler du contenu de la vidéo, la réalisation n’était pas autorisée comme il se doit », a déclaré l’armée, notant que la procédure de validation serait revue à l’avenir.

La question de l’enrôlement des femmes, en particulier dans les unités de combat, est devenue sensible parmi les dirigeants sionistes religieux ces dernières années, et a opposé les chefs militaires traditionnellement libéraux israéliens aux chefs spirituels d’un grand nombre de soldats et d’officiers pratiquants.

Des femmes du bataillon mixte Caracal s’entraînent dans le sud d’Israël le 10 décembre 2014. (Unité porte-parole de Tsahal)

En janvier, le chef d’une académie religieuse pré-armée du sud d’Israël a accusé Tsahal de vouloir « détruire » les familles israéliennes, dans un discours avertissant les religieuses de ne pas « tenter » de s’enrôler.

Le rabbin Tzvi Kostiner a affirmé que le service militaire mixte avait poussé des femmes à quitter l’armée en raison de problèmes émotionnels, de blessures et de harcèlement.

« Cette mixité est indécente. Aujourd’hui, l’armée tout entière est un énorme mélange », a-t-il dit lors d’un rassemblement à Jérusalem pour les adolescentes religieuses intitulé « La féminité : une question de nature ».

Selon le rabbin Kostiner, les hommes et les femmes qui servent ensemble ont conduit à la « folie » dans l’armée, les femmes assumant des rôles traditionnellement réservés aux hommes.

Le rabbin Tzvi Kostiner (Capture d’éran YouTube)

Comme si c’était un nouvel engouement, s’enrôler, être un homme, être un idéaliste », a dit le rabbin, qui dirige la Yeshiva Midbara K’Eden de Mitzpe Ramon. « Ne vous enrôlez pas », a-t-il averti, et imploré les personnes présentes « d’aller partout et de dire aux filles de ne pas s’enrôler. »

Les propos de Kostiner sont intervenus une semaine à peine après que le ministre de la Défense Avigdor Liberman a empêché le chef du rabbin séfarade Yitzhak Yosef d’assister à des cérémonies militaires pour avoir soutenu un rabbin de droite qui avait demandé l’éviction du chef d’état-major de Tsahal Gadi Eizenkot, au sujet de l’intégration des femmes soldats dans les unités de combat.

Le rabbin en question, Shmuel Eliyahu, a également été écarté des cérémonies de Tsahal, tout comme le rabbin Shlomo Aviner, qui a déclaré qu’il était interdit de rejoindre les unités mixtes, qui constituent la quasi-totalité des unités non combattantes de l’armée, ainsi que plusieurs unités de combat.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...