Rechercher

Tsahal signale 31 décès en 2021 ; le suicide est la principale cause

Les chiffres de l'armée montrent qu'au moins 11 soldats ont mis fin à leurs jours ; 10 ont été tués dans des accidents de voiture et un au combat

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Funérailles d'Omer Tabib, un soldat israélien tué par le Hamas, à Elyakim, le 13 mai 2021. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)
Funérailles d'Omer Tabib, un soldat israélien tué par le Hamas, à Elyakim, le 13 mai 2021. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)

Tsahal a connu une légère augmentation du nombre de décès de soldats au cours de l’année écoulée – 31 par rapport aux 28 de l’année précédente – ainsi qu’une légère hausse du nombre de suicides, selon les nouvelles statistiques publiées par l’armée mardi.

Le suicide est resté la principale cause de décès dans l’armée en 2021, avec au moins 11 soldats soupçonnés de s’être suicidés et deux autres dont les décès sont actuellement désignés comme des accidents mais qui pourraient également être des suicides, a déclaré à la presse le brigadier général Yoram Knafo, chef d’état-major de la Direction des effectifs de Tsahal.

Sur les 11 soldats soupçonnés d’être morts par suicide, trois étaient membres de la communauté éthiopienne, un nombre bien supérieur à celui auquel on pourrait s’attendre compte tenu de leur représentation dans la population. L’une des deux personnes soupçonnées de s’être suicidées était également éthiopienne.

M. Knafo a déclaré que l’armée était consciente du problème et s’efforçait de mieux le résoudre, tout en essayant de ne pas stigmatiser les soldats de la communauté éthiopienne.

Des soldats de Tsahal patrouillent dans une rue du village de Salem, à l’est de Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie, lors d’une opération d’arrestation de Palestiniens recherchés, tôt le 30 mai 2016. (AFP PHOTO/JAAFAR ASHTIYEH)

Un certain nombre d’études menées en Israël ont révélé une incidence de suicide plus élevée chez les Israéliens éthiopiens que dans la population générale. Un rapport du ministère de la Santé datant de 2020 a révélé que les immigrants éthiopiens avaient 4,1 fois plus de risques de se suicider que les Juifs nés en Israël.

Le nombre de suicides dans les rangs de Tsahal en 2021 a marqué une augmentation par rapport à l’année précédente, où neuf soldats étaient soupçonnés d’être morts par suicide, bien que Knafo ait déclaré que dans l’ensemble, le nombre de suicides dans l’armée s’est maintenu à environ 10 par an au cours des quatre dernières années.

Un seul soldat de Tsahal a été tué au combat au cours de l’année écoulée. Omer Tabib a été touché par un missile anti-char guidé à la frontière de Gaza lors du conflit du mois de mai avec les groupes terroristes de la bande.

Le sergent d’état-major Yonatan Granot, tué par une décharge apparemment accidentelle de l’arme d’un autre soldat dans la vallée du Jourdain (Crédit : autorisation)

Un autre soldat, Yonatan Granot, est mort après avoir reçu une balle dans la tête par un autre soldat qui aurait tiré une arme sur leur base en violation des ordres et qui est actuellement jugé pour homicide involontaire.

Dix soldats ont été tués dans un accident de voiture alors qu’ils étaient en permission, et six soldats sont décédés de maladies en 2021, aucune d’entre elles n’étant liée au COVID-19, a précisé M. Knafo. Il s’agit notamment du colonel Sharon Asman, commandant de la brigade d’infanterie Nahal, qui s’est effondré et est mort après une course à pied en raison d’un problème cardiaque non diagnostiqué, a-t-il déclaré.

L’année dernière, aucun soldat n’a été tué dans des accidents de travail ou d’entraînement, a précisé M. Knafo.

Deux décès liés à l’armée n’ont notamment pas été inclus dans les chiffres de 2021 : Barel Hadaria Shmueli, qui a été abattu d’une balle dans la tête par un tireur palestinien lors d’une émeute le long de la frontière de Gaza, et un officier de renseignement qui est mort dans une prison militaire dans des circonstances mystérieuses alors qu’il attendait son procès pour de graves infractions à la sécurité.

Barel Hadaria Shmueli, un officier de la police des frontières qui a été abattu par un tireur de Gaza à la frontière en août 2021 (Crédit : autorisation)

La mort de Shmueli n’a pas été incluse dans les chiffres car il servait dans la police des frontières, et n’était donc pas du ressort de Tsahal, tandis que l’officier de renseignement, dont le nom est interdit de publication, avait été libéré de Tsahal avant sa mort, ce qui le place également hors du champ des statistiques de Tsahal.

En 2021, l’armée a noté une augmentation significative du nombre de soldats gravement blessés, avec 67, contre 41 l’année précédente. Il s’agit du plus grand nombre de soldats gravement blessés depuis 2014, année où Israël a mené une guerre de 51 jours dans la bande de Gaza, incluant une invasion terrestre.

Selon Knafo, 11 des 67 étaient des soldats qui sont tombés gravement malades à cause du coronavirus.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...