Tulsi Gabbard rejette le soutien de David Duke à sa candidature présidentielle
Rechercher

Tulsi Gabbard rejette le soutien de David Duke à sa candidature présidentielle

Pour ce suprémaciste blanc et ancien représentant du KKK, la parlementaire hawaïenne donnera la priorité "à l'Amérique d'abord plutôt qu'à Israël d'abord !"

La représentante démocrate pour le 2e district d'Hawaï au Congrès Tulsi Gabbard, lors d'un rassemblement de campagne announçant sa candidature à la présidence à Waikiki, le 2 février 2019, à Honolulu. (Crédit : AP Photo/Marco Garcia)
La représentante démocrate pour le 2e district d'Hawaï au Congrès Tulsi Gabbard, lors d'un rassemblement de campagne announçant sa candidature à la présidence à Waikiki, le 2 février 2019, à Honolulu. (Crédit : AP Photo/Marco Garcia)

Le leader suprémaciste et ancien grand représentant du Ku Klux Klan David Duke a apporté son soutien à la représentante du Congrès Tulsi Gabbard pour la course à la présidentielle de 2020. Il a estimé qu’elle ne ferait pas passer “Israël d’abord,” un soutien que la Démocrate hawaïenne a immédiatement et fortement rejeté.

Duke a changé l’image de fond de sa page Twitter pour une photo de Gabbard accompagnée des mots : « Tulsi Gabbard présidente. Enfin un candidat qui fera bien passer l’Amérique d’abord plutôt qu’Israël d’abord ! »

Dans un communiqué adressé au site d’actualité politique The Hill, Gabbard a déclaré : « J’ai fortement dénoncé les opinions haineuses de David Duke et son soi-disant ‘soutien’ plusieurs fois par le passé, et je le rejette encore. »

Tulsi Gabbard, première membre hindoue de Congrès et vétéran de la guerre en Irak, avait annoncé plus tôt ce mois-ci qu’elle se présenterait aux primaires démocrates pour la présidentielle. Duke avait déjà appelé Trump juste après sa victoire électorale à nommer Gabbard comme secrétaire d’Etat, ce à quoi elle s’était déjà opposée.

Gabbard conteste l’interprétation que fait Duke de sa rhétorique anti-interventionniste, qu’il compare évidemment à une opposition à Israël ; elle affirme à l’inverse qu’elle s’oppose aux “guerres visant à changer de régime. »

David Duke, ancien représentant du KKK, leader de la suprématie blanche, en Allemagne en 2002. (Crédit : Aubignosc, CC BY-SA 3.0, via WikiCommons)

Duke, ancien représentant du KKK et ouvertement antisémite, avait soutenu Trump en 2016 — que le futur président avait également condamné.

Gabbard a martelé sa détestation de l’antisémitisme dans une série de tweets, en réaction au tout récent discours sur l’État de l’union de Trump.

“J’applaudis le président pour son opposition ferme à l’antisémitisme. Nous devons aujourd’hui tous faire vent debout contre l’intolérance religieuse et raciale de toutes sortes #SOTU, » a-t-elle ainsi écrit.

Elle a également évoqué sur Twitter une prochaine visite du camp de concentration d’Auschwitz.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...