Tunisie/Coronavirus : René Trabelsi, ancien ministre du Tourisme, irait mieux
Rechercher

Tunisie/Coronavirus : René Trabelsi, ancien ministre du Tourisme, irait mieux

L’ancien ministre, qui a quitté le gouvernement tunisien en février, se trouve hospitalisé dans un hôpital parisien depuis plusieurs semaines après avoir contracté le coronavirus

Sur cette photo prise le 2 mai 2018, on voit René Trabelsi au téléphone devant la synagogue de la Ghriba de l'île de villégiature tunisienne de Djerba. Trabelsi, qui appartient à la communauté juive de Tunisie, a été nommé ministre du Tourisme le 5 novembre 2018. (Crédit : FETHI BELAID / AFP)
Sur cette photo prise le 2 mai 2018, on voit René Trabelsi au téléphone devant la synagogue de la Ghriba de l'île de villégiature tunisienne de Djerba. Trabelsi, qui appartient à la communauté juive de Tunisie, a été nommé ministre du Tourisme le 5 novembre 2018. (Crédit : FETHI BELAID / AFP)

Jeudi, le père de l’ancien ministre du Tourisme tunisien, René Trabelsi, a rassuré auprès de la radio Express FM sur l’état de santé de son fils, qui a contracté le coronavirus vers la fin du mois de mars, a rapporté le magazine Réalités.

L’ancien ministre, qui a quitté le gouvernement tunisien en février, se trouve hospitalisé dans un hôpital parisien depuis plusieurs semaines.

« René se porte bien, il va beaucoup mieux d’après ce que m’ont dit les médecins qui le traitent là-bas en France. Il va quitter l’hôpital dans quelques jours, après être sorti du service de réanimation », a déclaré Pérez Trabelsi, président de la commission d’organisation du pèlerinage à la Ghriba et dirigeant de la communauté juive de Djerba.

Le responsable communautaire est également revenu sur l’annulation du pèlerinage annuel de la Ghriba, organisé par ses services.

Perez Trabelsi, président de la commission d’organisation du pèlerinage de la Ghriba, fustige les recommandations du gouvernement israélien. (Crédit: capture d’écran Youtube/Djerba Magazine)

« Il était prévu que 8 000 visiteurs participent cette année au pèlerinage de la Ghriba, mais la pandémie du coronavirus en a décidé autrement », a-t-il déclaré.

« Malheureusement, c’est un mauvais coup porté au tourisme tunisien, et plus particulièrement à l’économie de notre île. Depuis le 20 mars, je n’ai pas quitté la maison. Nous devons respecter le confinement. Mais la santé passe avant toute autre chose. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...