Israël en guerre - Jour 253

Rechercher

Turquie : Détention prolongée pour une médecin accusée de « propagande terroriste »

Sebnem Korur Fincanci est détenue depuis le 26 octobre dans une prison d'Ankara pour avoir réclamé une enquête sur l'armée turque

La présidente de l'Union des médecins de Turquie (TTB), Sebnem Korur Fincanci. (Crédit : Twitter)
La présidente de l'Union des médecins de Turquie (TTB), Sebnem Korur Fincanci. (Crédit : Twitter)

La présidente de l’Union des médecins de Turquie (TTB), Sebnem Korur Fincanci, jugée pour « propagande terroriste », sera maintenue en détention jusqu’à la prochaine audience de son procès le 11 janvier, a décidé jeudi un tribunal d’Istanbul.

Mme Fincanci est détenue depuis le 26 octobre dans une prison d’Ankara pour avoir réclamé une enquête sur des accusations de recours à des armes chimiques par l’armée turque dans le nord de l’Irak contre des combattants du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK), relayées par des médias prokurdes et des élus de l’opposition.

Ankara avait aussitôt dénoncé une campagne de « désinformation ».

Le PKK est considéré comme une organisation terroriste par Ankara et l’Union européenne.

Mme Fincanci, qui avait déjà comparu la semaine dernière devant le même tribunal stambouliote, a à nouveau jeudi rejeté les accusations contre elles, a constaté l’AFP.

« Je ne vais pas présenter de défense (…), car ce que j’ai fait n’est pas un crime et fait partie de mon travail de docteure », a lancé la médecin, qui encourt jusqu’à 7 ans et demi de prison.

« Si je suis une terroriste, de quelle organisation terroriste suis-je membre : la Fondation des droits de l’homme ou [l’organisation] Médecins pour les droits de l’homme ? », a-t-elle interrogé, remettant en cause l’impartialité de ses juges.

Un responsable de l’Union des médecins de Turquie a annoncé en marge de l’audience que les 11 membres de son comité central font désormais l’objet d’une enquête pour « appartenance à une organisation terroriste ».

L’arrestation fin octobre de Mme Fincanci, âgée de 63 ans, avait déclenché des manifestations à Istanbul.

Amnesty International et Human Rights Watch ont appelé avec cinq autres organisations à la libération de Mme Fincanci dans l’attente de l’issue de son procès.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.