Turquie: Erdogan espère une normalisation « rapide » avec la Russie
Rechercher

Turquie: Erdogan espère une normalisation « rapide » avec la Russie

Selon le Premier ministre turc, la Turquie est prête à verser des compensations à la Russie pour l'avion abattu

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, au centre, arrive à l'inauguration de la mosquée Bayzid à l'aéroport international Esenboga d'Ankara, le 23 juin 2016. (Crédit : Adem Altan/AFP)
Le président turc Recep Tayyip Erdogan, au centre, arrive à l'inauguration de la mosquée Bayzid à l'aéroport international Esenboga d'Ankara, le 23 juin 2016. (Crédit : Adem Altan/AFP)

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a espéré lundi soir que son message adressé à son homologue russe faisant état des « regrets » d’Ankara au sujet de l’avion militaire russe abattu par la Turquie en 2015 puisse aboutir à une normalisation « rapide » des relations.

« J’espère que nous pourrons mettre derrière nous la situation actuelle qui est préjudiciable aux deux pays et avancer vers une normalisation rapide », a-t-il déclaré lors d’un dîner de rupture du jeûne musulman dans son palais présidentiel d’Ankara.

« La Turquie a toujours montré à ses amis qu’elle est un pays de confiance », a affirmé Erdogan.

Le Kremlin avait pour sa part évoqué des « excuses » de la part du chef de l’Etat turc.

Binali Yildirim, le Premier ministre turc. (Crédit : Facebook)
Binali Yildirim, le Premier ministre turc. (Crédit : Facebook)

De plus, la Turquie est prête « si nécessaire » à verser des compensations à la Russie pour l’avion russe abattu par la chasse turque en novembre 2015 lors d’une mission en Syrie, a affirmé lundi soir le Premier ministre turc, Binali Yildirim.

« Nous avons avancé l’idée que si nécessaire nous sommes prêts à verser des compensations », a-t-il dit sur la chaîne publique TRT alors que le président turc Recep Tayyip Erdogan a tendu la main à Moscou pour normaliser les relations bilatérales qui ont beaucoup souffert de cette affaire.

Jusqu’à présent Ankara avait exclu des excuses et des compensations à Moscou.

Yildirim a en outre indiqué que le chef de l’Etat turc devrait s’entretenir au téléphone mercredi ou jeudi avec son homologue russe Vladimir Poutine sur les moyens de remettre sur les rails les relations entre les deux pays qui défendent toutefois des intérêts opposés en Syrie.

« Je pense que nous avons trouvé un accord sur cette affaire. Nous allons tourner la page et continuer notre chemin », a ajouté le chef de l’exécutif turc.

Erdogan a adressé lundi un nouveau message au président russe dans lequel il a exprimé, selon lui, des « regrets » et des « condoléances » pour le pilote russe tué. Kremlin pour sa part a évoqué des « excuses » turques.

Le 24 novembre 2015, un bombardier russe Su-24 avait été abattu par l’aviation turque près de la frontière syrienne, provoquant la mort du pilote, tué alors qu’il retombait en parachute après s’être éjecté.

La Turquie avait assuré que l’appareil russe avait violé son espace aérien. En riposte, Moscou avait adopté des mesures de rétorsion, essentiellement commerciales, envers la Turquie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...