TV : Israël aurait anéanti les missiles du Hezbollah en cas de soldats blessés
Rechercher

TV : Israël aurait anéanti les missiles du Hezbollah en cas de soldats blessés

Les chasseurs de l'armée de l'air ont survolé la Méditerranée en prévision de représailles massives, mais l'attaque de missiles de dimanche a raté de peu ses objectifs

Des F-35 israéliens, américains et britanniques participent à un exercice militaire au-dessus de la mer Méditerranée, le 25 juin 2019. (Crédit : armée israélienne)
Des F-35 israéliens, américains et britanniques participent à un exercice militaire au-dessus de la mer Méditerranée, le 25 juin 2019. (Crédit : armée israélienne)

Israël était prêt à lancer des représailles massives contre le système de missiles de précision du Hezbollah au Liban et a choisi de ne pas mettre en œuvre ce plan uniquement parce qu’aucun soldat israélien n’a été blessé par le groupe terroriste lors d’une attaque transfrontalière dimanche soir, selon un reportage télévisé lundi soir.

« Le fait que [le dirigeant du Hezbollah Hassan] Nasrallah ait raté et n’ait tué aucun Israélien a sauvé le Hezbollah de la destruction de son programme de missiles de précision », a déclaré une source de l’armée israélienne cité par la Douzième chaîne d’information. « Les avions étaient déjà dans les airs. »

Selon le reportage, des avions à réaction de l’armée de l’air survolaient la mer Méditerranée armés de dizaines de tonnes d’explosifs en préparation d’une contre-attaque.

La source aurait déclaré que les avions de guerre étaient prêts à bombarder de nombreuses cibles liées à la production de missiles par le Hezbollah et attendaient le feu vert de Jérusalem.

Peu de temps avant ce reportage, une chaîne de télévision affiliée au Hezbollah avait publié des images montrant l’attaque au missile lancée la veille par le groupe terroriste contre un véhicule militaire israélien, qui n’a pas fait de victimes et a entraîné des représailles relativement limitées de la part d’Israël. Les images montrent deux missiles antichars manquant de peu un véhicule de Tsahal sur la route entre le Moshav Avivim et le kibboutz Yiron, près de la frontière nord.

Les images d’Al-Manar TV montrent un combattant du Hezbollah lancer un missile guidé Kornet sur ce qui semble être un véhicule blindé de transport de troupe [VBTT] israélien en mouvement, patrouillant le long de la clôture de la frontière. Un autre tir sur le VBTT est vu de plus loin. Bien que le réseau affilié au Hezbollah a déclaré que les deux frappes avaient détruit le VBTT, les images ne montrent pas que le véhicule militaire a été touché directement ; elles montrent des tourbillons de fumée qui l’entourent lorsque les missiles atterrissent.

Le VBTT lui-même n’a été touché par aucun des deux projectiles, selon les conclusions d’une analyse de l’armée israélienne publiée plus tôt lundi. Au contraire, un éclat d’obus provenant de l’explosion d’un des projectiles a heurté un pneu, forçant le véhicule à s’arrêter sur le bord de la route, a indiqué l’armée.

« Les mannequins placés dans les véhicules militaires israéliens n’ont pas servi à tromper la résistance dans le choix de la cible de sa riposte », a rapporté Al-Manar, faisant référence à une tactique de guerre psychologique utilisée par Tsahal la semaine dernière dont les médias libanais ont fait état, quand les militaires ont garé une jeep le long de la frontière nord avec des mannequins en uniforme à l’intérieur.

Un homme fixe un drapeau du Hezbollah dans le parc du « Jardin d’Iran » dans le village libanais de Maroun al-Ras le 1er septembre 2019, alors que des incendies se déclarent du côté libanais de la frontière après un échange de feu avec Israël. (Mahmoud Zayyat/AFP)

L’armée israélienne a déclaré qu’aucun Israélien n’avait été blessé lors de l’attaque de dimanche, mais le Hezbollah a maintenu qu’elle avait tué et blessé des soldats israéliens.

Des photos et des vidéos montrant des soldats blessés évacués par hélicoptère de la scène ont été un stratagème visant à faire croire au Hezbollah qu’il avait fait des victimes, selon des sources israéliennes.

Jacob Magid et Adam Rasgon ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...