Un accord sera signé avec AstraZeneca pour des millions de vaccins – Netanyahu
Rechercher

Un accord sera signé avec AstraZeneca pour des millions de vaccins – Netanyahu

Les pourparlers seraient sur le point de s'achever pour ce vaccin de l'université de Oxford qui entraînerait peu d'effets secondaires chez les seniors ; c'est le 3e accord d'Israël

Des techniciens de laboratoire travaillent à la firme pharmaceutique mAbxience sur un vaccin expérimental contre le coronavirus développé par l'université d'Oxford et le laboratoire AstraZeneca à Garin, en Argentine, le 14 août 2020. (Crédit :Natacha Pisarenko/AP)
Des techniciens de laboratoire travaillent à la firme pharmaceutique mAbxience sur un vaccin expérimental contre le coronavirus développé par l'université d'Oxford et le laboratoire AstraZeneca à Garin, en Argentine, le 14 août 2020. (Crédit :Natacha Pisarenko/AP)

Israël serait dans la dernière phase de négociations avec le géant pharmaceutique AstraZeneca concernant l’achat de « millions » de doses de son vaccin dont les essais cliniques sont encore en cours, a annoncé le Premier ministre Benjamin Netanyahu dans la journée de vendredi.

Netanyahu a déclaré que « les derniers détails seront finalisés dans les quelques heures qui suivent, avant la signature d’un accord qui déterminera l’acquisition par Israël de millions de doses du vaccin contre la COVID-19 qui a été développé par AstraZeneca et l’université d’Oxford ».

Ce serait le troisième accord signé par Israël concernant des vaccins pour lutter contre la pandémie, après ceux qui ont été conclus avec Pfizer et Moderna. Israël négocie également avec la Russie pour son vaccin « Sputnik V ».

« Ma politique, c’est que tous ceux qui veulent un vaccin doivent être en mesure d’en recevoir un », a expliqué Netanyahu, faisant allusion aux démentis apportés récemment par le gouvernement sur son intention présumée de le rendre obligatoire.

« Nous continuerons à œuvrer de manière à garantir qu’il y aura suffisamment de vaccins pour tous les citoyens qui le désirent », a-t-il poursuivi.

Selon la Treizième chaîne, l’accord porterait sur dix millions de doses qui permettront de vacciner cinq millions de personnes.

Pfizer a fait savoir, vendredi, que la firme avait demandé aux régulateurs américains de permettre l’utilisation en urgence de son vaccin contre le coronavirus, donnant le signal de départ à un processus qui pourrait peut-être déboucher sur un nombre limité de vaccinations dès le mois prochain.

Photo d’illustration : Des flacons de vaccins anti-COVID-19 et des seringues avec le logo de la firme pharmaceutique américaine Pfizer et de son partenaire allemand BioNTech, le 17 novembre 2020. (Crédit : Justin Tallis/AFP)

Moderna devrait aussi demander une autorisation de mise sur le marché d’urgence d’ici quelques semaines.

AstraZeneca n’est pas aussi avancé dans le processus mais l’entreprise a fait savoir, jeudi, que lors de ses essais cliniques initiaux, son produit avait paru entraîner une réponse immunitaire robuste chez les personnes âgées en bonne santé.

Le vaccin a causé moins d’effets secondaires chez les personnes âgées de 56 ans et plus que chez les plus jeunes – ce qui est une conclusion significative, le nombre de cas graves de la COVID-19 se retrouvant chez les seniors de manière disproportionnée, a fait savoir la firme dans un communiqué annonçant les résultats de ses essais cliniques de Phase II.

Le fabricant a précisé que les essais de Phase III seraient plus longs et plus détaillés pour confirmer ces résultats initiaux.

Les réponses immunitaires ont tendance à baisser chez les personnes âgées, le système immunitaire ralentissant graduellement avec la vieillesse. Ce qui rend les seniors plus vulnérables aux infections entraînées par les maladies.

« En résultat, il est crucial que les vaccins contre la COVID-19 soient testés dans ce groupe qui est également un groupe prioritaire pour l’immunisation », a commenté André Pollard, professeur à Oxford et auteur de l’étude sur les résultats qui a été publiée dans le Lancet.

500 personnes ont participé à la Phase II et elles ont reçu soit deux doses de vaccin, soit deux doses de placebo. 240 étaient âgées de plus de 70 ans.

Les réponses immunitaires ont été évaluée le jour même de la vaccination, puis à plusieurs occasions dans les semaines qui ont suivi.

Ces réponses ont été « similaires » dans tous les groupes d’âge, ont noté les chercheurs.

« Les recherches ont montré qu’une réponse immunitaire a eu lieu dans tous les groupes d’âges, y compris chez les participants âgés de plus de 70 ans », a déclaré Michael Head, chercheur en Santé globale au sein de l’université de Southampton qui, pour sa part, n’a pas été impliqué dans les essais cliniques.

« Et dans la mesure où les populations du Troisième âge seront l’un des groupes prioritaires pour la vaccination lorsqu’un vaccin sera disponible, c’est une bonne nouvelle », a-t-il ajouté.

Le produit mis au point par Oxford/AstraZeneca fait partie de 48 vaccins qui sont actuellement testés sur les êtres humains, selon l’Organisation mondiale de la Santé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...