Un ancien procureur militaire palestinien abattu chez lui en Cisjordanie
Rechercher

Un ancien procureur militaire palestinien abattu chez lui en Cisjordanie

Les crimes violents dans les zones palestiniennes de la Cisjordanie ont augmenté ces derniers mois, la police faisant état d'une hausse de 40 % des délits

Ekrima Muhanna, un fonctionnaire des services de sécurité de l'Autorité palestinienne, abattu par des inconnus le vendredi 23 juillet 2021 (WAFA).
Ekrima Muhanna, un fonctionnaire des services de sécurité de l'Autorité palestinienne, abattu par des inconnus le vendredi 23 juillet 2021 (WAFA).

Un haut responsable des services de sécurité de l’Autorité palestinienne a été tué par balles à son domicile vendredi, un suspect ayant ensuite été arrêté par les forces de l’Autorité palestinienne.

La victime, Ekrima Muhanna, occupait le poste de procureur militaire en chef de l’AP. Avant sa mort, Muhanna travaillait comme conseiller juridique au bureau des finances des services de sécurité, qui s’occupe des salaires et des achats du service.

« Les informations préliminaires indiquent que des hommes armés inconnus ont tiré sur lui à l’intérieur de sa maison à Deir Ghusun, près de Tulkarem, ce qui a entraîné sa mort, et qu’ils ont immédiatement fui les lieux », a déclaré le général de division Talal Dweikat, porte-parole des forces de sécurité de l’Autorité palestinienne, à l’agence de presse officielle WAFA.

Le gouverneur de Tulkarem, Essam Abu Bakr, lui-même ancien ministre de l’Intérieur, a exhorté les Palestiniens à attendre l’enquête avant de tirer des conclusions.

Abu Bakr a néanmoins émis l’hypothèse que Muhanna a été tué pour des raisons autres que son travail, soulignant le fait que le meurtre a eu lieu à l’intérieur de son domicile.

« Ce qui lui est arrivé n’est pas lié à son travail. L’incident était clairement motivé par des raisons personnelles », a déclaré Abu Bakr lors d’un appel téléphonique.

La ville palestinienne Tulkarem, située à l’ouest du nord de la Cisjordanie, le 18 juillet 2018. (Crédit : Gili Yaari/Flash90

Abu Bakr a ensuite déclaré aux médias palestiniens que les forces de sécurité avaient appréhendé un suspect après avoir enquêté sur la scène.

La Cisjordanie a connu une augmentation de la violence au cours de l’année dernière, la criminalité ayant augmenté d’environ 40 % par rapport à l’année dernière, selon les chiffres officiels.

Le porte-parole de la police de l’Autorité palestinienne, Louay Irzeqiat, a déclaré la semaine dernière que tous les types de violence – homicides, crimes violents, violence domestique et agressions – avaient connu un pic par rapport à 2020.

À la mi-juillet, quelque 22 Palestiniens avaient été violemment tués depuis le début de l’année, contre 13 en juillet dernier, a indiqué Irzeiqat, soit une augmentation de 69 %. Depuis lors, deux autres Palestiniens, dont Muhanna, sont morts dans des homicides présumés.

Abu Bakr a toutefois déclaré que la situation était sous contrôle dans son gouvernorat.

« Nous n’avons pas de vide sécuritaire dans notre gouvernorat. La situation est sous contrôle. Nous n’avons pas une situation où des suspects connus pour être des criminels se promènent en liberté – ce n’est tout simplement pas le cas », a-t-il déclaré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...