Un Arabe de Haïfa dit que son fils a été attaqué, battu par des religieux juifs
Rechercher

Un Arabe de Haïfa dit que son fils a été attaqué, battu par des religieux juifs

Le père de la victime dit que le garçon a été tiré dans la voiture des agresseurs, malmené et a été qualifié à plusieurs reprises un d' "arabe qui pue" ; la police enquête

Un garçon arabe qui a été attaqué à Haïfa, prétendument par des juifs religieux (indiqué par la famille, via Hadashot news)
Un garçon arabe qui a été attaqué à Haïfa, prétendument par des juifs religieux (indiqué par la famille, via Hadashot news)

La police de Haïfa a enquêté sur un crime présumé de haine au cours du week-end, après qu’un homme arabe a déclaré que ses jumeaux avaient été attaqués et battus par trois jeunes juifs religieux.

L’homme a raconté à Hadashot que ses enfants et quelques amis attendaient qu’on les ramène de l’école jeudi après-midi quand une voiture s’est arrêtée à côté d’eux.

« Trois jeunes hommes sont sortis et ont commencé à les battre », a déclaré l’homme. « Un de mes enfants et ses amis ont réussi à s’enfuir. Mon autre garçon a été sévèrement frappé par les assaillants. »

Il a dit que les hommes juifs ont alors trainé son fils dans leur voiture et ont roulé avec lui. « Ils ont simplement kidnappé mon garçon », a-t-il dit. Les assaillants auraient continué à rudoyer le garçon en lui hurlant dessus, le traitant à plusieurs reprises « d’Arabe qui pue » et exigeant de savoir où ses amis s’étaient enfuis.

À un moment donné, a-t-il dit, les assaillants ont remarqué la croix autour du cou de son fils. « Ils lui ont dit ‘Oh, tu es un chrétien ? Si tu étais musulman, nous t’aurions déjà tué.’ Puis ils l’ont jeté hors de la voiture », raconte le père.

L’homme a dit que son fils est rentré à la maison blessé et effrayé « et n’a pas parlé pendant vingt minutes. »

Il est ensuite allé déposer une plainte auprès de la police et a dit qu’il avait peur que les assaillants reviennent pour s’attaquer à nouveau ses enfants.

La police a déclaré que l’affaire faisait l’objet d’une enquête et que la violence et l’intimidation ne seraient pas tolérées.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...